Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Versailles", série historique coproduite par Canal +

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Lun 13 Sep 2010 - 22:13

Le blog Monversailles répercute une information au suite de l'écriture d'une série sur Versailles tournée à Versailles

Canal + veut développer sa série Versailles. La fiction, composée de 12 épisodes de 52 mn, sera consacrée à Louis XIV et à la construction du château de Versailles

http://www.monversailles.com/2010/09/les-scenaristes-de-mad-men-planchent-sur-versailles-et-louis-xiv/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Monversaillescom+%28Monversailles.com%29
Revenir en haut Aller en bas
Comte de Saint Germain
Baronne, Baron
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 39
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Autre tournage à Versailles   Lun 13 Sep 2010 - 22:50

Dans un autre style ; Une publicité pour Dior va être tournée sur le domaine cette semaine ainsi qu'à Compiègne. Sauf erreur de ma part, Charlize Theron en sera la protagoniste principale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2343
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mar 14 Sep 2010 - 8:05

Comte de Saint Germain a écrit:
Dans un autre style ; Une publicité pour Dior va être tournée sur le domaine cette semaine ainsi qu'à Compiègne. Sauf erreur de ma part, Charlize Theron en sera la protagoniste principale.

Ceci me rappelle, et de manière assez floue, le succès de Dynasty dans les années 80 : Linda Evans (aka Krystle) posait alors dans les salons de Vaux, pour un parfum, surfant sur la vague du succès... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4624
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Dim 4 Sep 2011 - 9:26

Alain ROGER-RAVILY a écrit:
Le blog Monversailles répercute une information au suite de l'écriture d'une série sur Versailles tournée à Versailles

Canal + veut développer sa série Versailles. La fiction, composée de 12 épisodes de 52 mn, sera consacrée à Louis XIV et à la construction du château de Versailles

http://www.monversailles.com/2010/09/les-scenaristes-de-mad-men-planchent-sur-versailles-et-louis-xiv/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Monversaillescom+%28Monversailles.com%29

Information reprise et confirmée dans le numéro 820 (du 17 au 23 août dernier) du magazine Les Inrockuptibles.
Revenir en haut Aller en bas
Comte de Saint Germain
Baronne, Baron
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 39
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Pub DIOR   Lun 5 Sep 2011 - 10:21

La nouvelle publicité de Dior tournée à Compiègne et à Versailles est enfin diffusée :

http://www.youtube.com/watch?v=mXrWiJcmvBI&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/
Comte de Saint Germain
Baronne, Baron
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 39
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: La série "Versailles" de Canal plus   Dim 6 Juil 2014 - 19:27

Le projet de série sur Versailles (ou plutôt sur la vie de Louis XIV) passe en phase réalisation:
http://www.jeanmarcmorandini.com/article-323184-canal-va-lancer-en-aout-le-tournage-d-une-nouvelle-serie-historique-versailles-avec-dix-episodes-de-52-minutes.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/
Claude Monet
Duchesse, Duc à brevet
avatar

Nombre de messages : 528
Age : 32
Localisation : Giverny
Date d'inscription : 24/08/2012

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Lun 7 Juil 2014 - 18:49

http://www.20minutes.fr/television/1415567-canal-va-lancer-versailles-une-nouvelle-serie-historique
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musee-orsay.fr/
Anne-Charlotte
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2387
Age : 44
Localisation : versailles
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mer 27 Aoû 2014 - 13:56

bonjour

article de la page de Canal+

VERSAILLES, la nouvelle Création Originale de CANAL+

CANAL+, annonce le lancement de la production de VERSAILLES, une série de 10X52'. Cette fiction historique ambitieuse est créée par Simon Mirren (FBI-Portés Disparus, Esprits Criminels) et David Wolstencroft (MI-5, The Escape Artist).

VERSAILLES est une coproduction CANAL+ Création Originale, Capa Drama, Zodiak, et Incendo.  Les showrunners Simon Mirren et David Wolstencroft, qui signent la bible et l’écriture de cinq épisodes, assurent  la production exécutive avec Anne Thomopoulos (productrice exécutive de Rome, Borgia, Camelot).

Jalil Lespert (Yves Saint-Laurent, Des Vents Contraires) signe la réalisation des deux premiers épisodes de la série, dont la direction artistique est assurée par Katia Wyszkop (chef décoratrice de Saint-Laurent de Bertrand Bonello, Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot, Potiche de François Ozon, Van Gogh de Maurice Pialat…).

Capa Drama, Zodiak France et Incendo partagent la production déléguée.
Le tournage, prévu en France en août 2014, réunira un casting international.
La post-production sera en partie réalisée au Canada, notamment les effets spéciaux.

__________
L'histoire:

La série VERSAILLES montre Louis XIV en jeune roi hanté par un traumatisme d’enfance, la fronde. Résolu à ne jamais revivre une telle situation de vulnérabilité, il va, méthodiquement, mettre tout en œuvre pour devenir le plus grand roi de l’histoire de France, et  faire de son royaume le plus puissant d’Europe.

Stratège né, manipulateur machiavélique, Louis usera de toutes les ressources pour mettre la noblesse au pas, nourrissant en privé les ressentiments les plus amers, voire la paranoïa. L’homme est aussi capable de passions romanesques. Mais comment les vivre quand on est le plus grand roi du monde ?

La première saison voit le jeune roi se muer en Roi Soleil, le roi des rois. Les personnages historiques et fictionnels, du courtisan le plus en vue au plus humble villageois, nous guident dans un monde de trahisons et de secrets d’alcôve, de manœuvres politiques et de déclarations de guerre, révélant Versailles dans toute sa gloire et sa brutalité. Une cage dorée d’où les arrivistes, prêts à tout pour y entrer, ne pourront jamais ressortir.

__________

Fabrice de La Patellière, directeur de la fiction française et des coproductions pour CANAL+ : ‘’Nous sommes très heureux de lancer, avec nos partenaires, cette série ambitieuse qui s’inscrit dans la ligne éditoriale de notre Création Originale, en matière de coproductions internationales. Le regard de Simon Mirren et David Wolstencroft sur cet épisode marquant de notre Histoire est un gage d’originalité et de modernité unique pour nous tous’’.

Simon Mirren et David Wolstencroft : ‘’Louis XIV n’a pas seulement réinventé la fonction royale. En créant Versailles, il a créé la première marque mondiale. Versailles est une histoire de pouvoir, de trahison, de famille. Il se trouve qu’elle se déroule au 17ème siècle…’’

Claude Chelli, Capa Drama : « Cette idée un peu folle d’une grande série internationale sur VERSAILLES née il y a quatre ans,  devient réalité aujourd’hui… Quatre ans d’acharnement et d’exigence pour ne rien lâcher de la volonté de Capa Drama de dépoussiérer le genre de la fiction historique, en   apportant un regard moderne, innovant et provocant, loin de  toute Histoire officielle …  C’est une ambition partagée, dès le premier jour, par CANAL+… qui nous a accompagné tout au long de ce parcours, et de Zodiak, notre partenaire. »

Philippe Alessandri, Zodiak France : ‘’C’est une satisfaction immense de coproduire et de distribuer ce projet audacieux dans toutes ses dimensions, qui devrait faire souffler un vent nouveau sur la série historique. Versailles est emblématique de la politique de Zodiak en matière de coproductions internationales premium, et les bons retours du marché international autour de la série nous confortent dans cette stratégie’’.

Cordialement
Anne-Charlotte
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Charlotte
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2387
Age : 44
Localisation : versailles
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mer 27 Aoû 2014 - 14:04

bonjour

Article de NewsTele du 25.08.2014

CANAL+, annonce dans un communiqué avec Capa Drama, Zodiak et Incendo, le tournage de la série Versailles, une Création Originale CANAL+.

Versailles est une série de 10X52’ dont le tournage a débuté le 18 août 2014, pour une durée de 6 mois, à Versailles et en Région Parisienne. Elle est portée par un casting international, dont George Blagden (Vikings) qui interprète LOUIS XIV et Alexander Vlahos (Merlin et Privates) dans le rôle de MONSIEUR, le frère du Roi ; Dominique Blanc interprète ANNE D’AUTRICHE et Amira Casar, BÉATRICE, une courtisane. Les acteurs Tygh Runyan, Stuart Bowman, Noémie Schmidt, Evan Williams, Anna Brewster, Sarah Winter, Anatole Taubman, Lizzie Brocheré, Elisa Lasowski, Maddison Jaizani, Peter Hudson, Gilly Gilchrist  complètent le cast de la série.

Jalil Lespert (Yves Saint-Laurent, Des Vents Contraires) signe la réalisation des deux premiers épisodes de la série, dont la direction artistique est assurée par Katia Wyszkop (chef décoratrice de Saint-Laurent de Bertrand Bonello, Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot, Potiche de François Ozon, Van Gogh de Maurice Pialat…). Les costumes sont créés par Madeline Fontaine (Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet, YSL de Jalil Lespert). Pierre-Yves Bastard (Maison close) assure la direction de la photographie.

Cette fiction historique ambitieuse créée par Simon Mirren (FBI-Portés Disparus, Esprits Criminels) et David Wolstencroft (MI-5, The Escape Artist) est une coproduction CANAL+ Création Originale, Capa Drama, Zodiak, et Incendo. Les showrunners Simon Mirren et David Wolstencroft assurent  la production de la série avec Claude Chelli (Braquo, L’Ecole du Pouvoir) et Anne Thomopoulos (Rome, Borgia). La distribution internationale a été confiée à  Zodiak Rights
Versailles 1667

Louis XIV a vingt-huit ans. Pour soumettre la noblesse et imposer définitivement son pouvoir absolu, il lance la construction de Versailles. Comme on tend un piège.

Louis XIV est un jeune roi hanté par un traumatisme d’enfance, la Fronde, une rébellion des Nobles contre son père Louis XIII... Stratège politique hors du commun, manipulateur, machiavélique, il va « inventer » Versailles pour éloigner les Nobles de Paris, les garder sous contrôle, et progressivement, transformer Versailles en une prison dorée. Il est aussi capable de passions romanesques. Mais comment les vivre quand on est le plus grand Roi du monde ?

La première saison voit le jeune roi se muer en Roi Soleil, le roi des rois. Les personnages historiques et fictionnels, du courtisan le plus en vue au plus humble villageois, nous guident dans un monde de trahisons et de secrets d’alcôve, de manœuvres politiques et de déclarations de guerre, révélant Versailles dans toute sa gloire et sa brutalité.

Cordialement
Anne-Charlotte
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud34
Dame, Chevalier


Nombre de messages : 72
Age : 39
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Jeu 28 Aoû 2014 - 9:29

Canal+ vient de dévoiler la liste complète du casting de " Versailles ".

Georges Blagden incarne Louis XIV.
L'acteur a interprété Grantaire dans l'adaptation cinématographique et musicale des "Misérables" avec Hugh Jackman.
Il est aussi connu pour son rôle dans la série "Vikings".

Alexander Vlahos, de "Merlin", tient le rôle de Monsieur le frère du Roi et Dominique Blanc est Anne d'Autriche dans la série événement de Canal+ .

Le casting est complété par Tygh Runyan, aperçu dans "Des serpents dans l'avion", Stuart Bowman, Noémie Schmidt, Evan Williams, Anna Brewster, Sarah Winter, Anatole Taubman, Lizzie Brocheré, connu pour son rôle dans "Braquo", Elisa Lasowski, Maddison Jaizani, Peter Hudson de "Highlander" et Gilly Gilchrist, qui a joué dans "Gladiator".

Les dix épisodes de 52 minutes reviennent sur l'histoire de la construction du château.

"En 1667, Louis XIV à 28 ans. Pour soumettre la noblesse et imposer définitivement son pouvoir absolu, il lance la construction de Versailles. Comme on tend un piège", peut-on lire dans le communiqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://leschonchons34@hotmail.com
Anne-Charlotte
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2387
Age : 44
Localisation : versailles
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mar 16 Sep 2014 - 21:10

bonsoir

voici la premières image (si on peut dire) du tournage


© EPV/ Didier Saulnier

voici un mini reportage sur la nouvelle série "Versailles" sur Canal + dans l'émission "la nouvelle édition" du 16/09/2014

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/c-la-nouvelle-edition/pid6850-le-replay.html?vid=1132702

Cordialement

Anne-Charlotte
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 3082
Age : 30
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Jeu 19 Fév 2015 - 16:53

Bonjour,


Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2343
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Lun 9 Mar 2015 - 10:32

Le tournage de la première saison est fini !

http://www.telerama.fr/series-tv/versailles-canal-offre-la-vie-de-chateau-a-sa-future-serie,123449.php


Sur le tournage de…

“Versailles” : Canal+ offre la vie de château à sa future série

Pierre Langlais, le 02/03/2015

La chaîne cryptée a terminé le tournage de sa nouvelle coproduction internationale sur la construction du château de Versailles par le jeune Louis XIV. Nous sommes allés y faire un tour.

La main gantée de noir, Fabien, le chef de la police du roi Soleil, passe à tabac un prisonnier. Dans la lumière diffuse et poussiéreuse des sous-sols de Versailles, il menace, frappe, livre à sa victime une leçon d'anatomie, prédit au malheureux une soudaine paralysie.

Entassés dans la pièce voisine, une douzaine de techniciens et de figurants se réchauffent comme ils peuvent. Une pluie glaciale balaye le parc alentour, qu'on aperçoit par les soupiraux. Pas de trace des jardins de Le Nôtre. Pour les besoins du tournage de Versailles, future série de Canal+, les prisons du palais de Louis XIV ont été transposées à Lésigny, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Paris, dans un château du XVIe siècle où Stephen Frears tourna certaines scènes des Liaisons dangereuses, à la fin des années 80.

Versailles raconte, dans sa première saison de dix épisodes, comment et pourquoi le jeune Louis XIV, âgé de 28 ans, décida de faire construire le plus beau château d'Europe. Tournée entre août et février pour la modique somme de 27 millions d'euros, cette coproduction internationale (Canal+, Capa Drama, Zodiak et les Canadiens de Incendo) sera diffusée à la rentrée prochaine en France.

Elle a déplacé son imposante caravane, ses quelque 269 collaborateurs, 400 costumes agrémentés de 10 000 boutons et 60 kilos de dorure (chiffres officiels !) entre la véritable cour de Versailles, le parc de Sceaux, le château de Vaux-le-Vicomte et les studios de Bry-sur-Marne. « C'est plus coûteux que de faire semblant en allant en République tchèque ou en Roumanie, mais c'est indéniablement plus crédible », précise Claude Chelli, producteur pour Capa Drama.

Après deux tentatives avortées (celle d'une équipe française, puis celle des scénaristes de Mad Men, Andre et Maria Jacquemetton), les manettes de cette ambitieuse entreprise ont été confiées à deux Britanniques, David Wolstencroft (MI-5) et Simon Mirren (Esprits criminels). Pour s'exporter plus facilement, mais aussi par choix artistique, expliquent les producteurs, ce Louis XIV-là parle anglais. « C'est un moyen de créer une distance, d'avoir un regard frais sur Louis XIV, de donner à voir une fiction, pas un livre d'Histoire », explique Claude Chelli. « Nous ne sommes pas étroitement liés à l'Histoire de France, mais nous sommes informés », renchérit Wolstencroft qui, heureux hasard, a étudié le roi Soleil lors de ses études à Cambridge. Les premiers rôles de la série sont donc britanniques, même si l'on y croise aussi Dominique Blanc (Anne d'Autriche), Amira Casar et Alexis Michalik.

S'ouvrant en 1667, Versailles a pour ambition de nous plonger dans l'intimité du roi aux heures où il quitte Paris, et de nous faire découvrir les raisons d'une construction « folle, chaotique, étrange », explique David Wolstencroft. « Pour Louis, Versailles était une question de survie, analyse-t-il. Il n'était qu'un jeune roi et, fin communicant, il s'est transformé en véritable marque grâce à la diffusion de son image et à son palais ».

La série, tout en s'appliquant à respecter les grands faits historiques, s'attarde dans les coulisses, imagine le quotidien de Louis et de sa cour. « On ne sait pas ce qu'il faisait, une fois seul dans sa chambre, s'amuse Anne Thomopoulos, productrice qui a travaillé sur Rome, une référence de la série historique. Il faut oser créer des événements qui n'ont pas existé pour donner plus de sens à ceux qui ont vraiment eu lieu ».

Avec toujours en tête la vraisemblance de ce que l'on invente – Mathieu da Vinha, conservateur scientifique de Versailles, a été embauché pour s'en assurer. « L'Histoire, celle des livres, nous donne quatre murs et un toit. Le reste, c'est nous qui l'imaginons », résume David Wolstencroft.

Au cœur du processus narratif de Versailles, un Louis XIV tendre, roi pas encore Soleil, « brillant mais fragile, traumatisé par le souvenir de la Fronde, complexé par rapport à son frère Philippe, et obsédé par l'idée de tout contrôler », analyse Wolstencroft, qui s'est attaché avec Simon Mirren a creuser la psychologie d'un personnage « souvent réduit à un fantasme, une statue de marbre ».

« J'ai voulu lui apporter le plus de vulnérabilité possible, explique George Blagden, son interprète, un acteur anglais de 25 ans vu notamment dans Vikings. Un roi qui obtient tout ce qu'il désire ne m'intéresse pas. Je veux le voir échouer, pour pouvoir m'identifier à lui, et le suivre sur la voie du pouvoir. » Pour incarner ce Louis XIV en devenir, loin de la figure majestueuse du tableau de Hyacinthe Rigaud, Blagden a regardé Le ParrainJalil Lespert, le réalisateur des premiers épisodes, m'a demandé d'observer Michael Corleone, un symbole de puissance », précise-t-il) et a pris des cours de boxe (« pour comprendre la psychologie du combattant qui ne lâche rien, et pour qui l'échec n'est pas une option »).

Versailles sera surprenante, jurent ses auteurs, qui ont placé un panneau « Don't be boring » (« ne soyez pas ennuyeux ») au-dessus de leurs bureaux. On nous garantit tout sauf Les Tudors, soap en costumes aux interminables scènes de bal. On nous promet une œuvre ample, riche en superbes décors (5 kilomètres de tissus, 1 tonne de peinture, 30m3 de bois massif, disent encore les chiffres officiels) et pourtant intimiste. Une série à la mise en scène « lumineuse », dont les dix premiers épisodes de 52 minutes ne seront qu'un début – « le titre c'est "Versailles", pas "Louis XIV", rappelle David Wolstencroft. On peut aller jusqu'à la Révolution ! ». L'intronisation sur Canal+ est attendue à l'automne prochain.


Dernière édition par Vidame du Hayreu-Hersay le Lun 9 Mar 2015 - 10:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 11897
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Lun 9 Mar 2015 - 10:36

De nombreux autres liens ont été sollicité dont Pierrefonds,
on peut se demander pour quels événements en rapport avec Versailles.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2343
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Lun 9 Mar 2015 - 11:00

Cher Noisy, quand on lit que "les prisons du palais de Louis XIV ont été transposées à Lésigny" (!!!!! - au passage, bonjour à notre nouvelle arrivante Wink ), on peut effectivement se demander quelles scènes vont bien pouvoir être tournées à Pierrefonds... Mais le journaliste sait-il vraiment de quels évènements il parle ?

Enfin, cela n'en reste pas moins pour moi une excellente initiative, et si effectivement on évite les très nombreux ratés des Tudors (série qui m'a tout de même donné l'envie de m'orienter vers des sources sérieuses sur la période) pour s'approcher de Rome, alors pourquoi pas !

Il est par contre évident que ceux qui exigent de ce type de fictions de tenir de la conférence filmée au Collège de France (pour paraphraser l'ami Lebrun) feront mieux de passer leur chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Sam 14 Mar 2015 - 11:49

Versailles, la série française au budget royal

Avec 27 millions d'euros pour 10 épisodes, la superproduction de Canal + doit permettre de conquérir une audience à l'échelle mondiale.
Publicité


http://www.lefigaro.fr/medias/2015/03/14/20004-20150314ARTFIG00021--versailles-la-serie-francaise-au-budget-royal.php

Publié le 14/03/2015

Un signe fort. À peine nommée ministre de la Culture, Fleur Pellerin a choisi d'effectuer sa première visite officielle, tout début septembre, sur le tournage de Versailles, la nouvelle superproduction commandée par Canal +. Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de rencontrer le Roi-Soleil… ni de s'inviter dans les coulisses de la série télévisée la plus chère de la production française.

Créée par les deux showrunners Simon Mirren (Esprits criminels) et David Wolstencroft (MI-5), écrite et tournée dans la langue de Shakespeare, servie par un casting international qui doit permettre de conquérir une audience à l'échelle mondiale, Versailles a mis gros sur la table: 27 millions d'euros.

Du jamais-vu dans la production hexagonale, habituée à des budgets bien moins fastueux. Aux manettes de cette série à grand spectacle et à gros risque: Canal +, qui a apporté un tiers du financement, mais aussi les producteurs Capa Drama, Zodiak Fiction et le canadien Incendo. «Un épisode d'une série française coûte en général 1,3 million d'euros. Dans le cas de Versailles, c'est deux fois plus cher, puisque cela nous revient à 2,7 millions d'euros», indique Fabrice Larue, le président de Newen, la maison mère de Capa Drama. On est loin des 250.000 euros déboursés par Telfrance, également filiale de Newen, pour produire 52 minutes de Plus belle la vie sur France 3, grâce à une fabrication totalement industrialisée.

D'après Fabrice Larue, en tout cas, la série Versailles, qui a mis cinq ans à voir le jour, tant les incertitudes financières ont pesé, représente aujourd'hui «le modèle que la fiction française doit développer».

Pour avoir une chance de s'exporter à l'international, «les productions hexagonales doivent être capables de rivaliser en termes de qualité avec les fictions internationales», estime le PDG. Et ce même si les séries tricolores partent avec un handicap. Aussi «royal» soit-il, le budget d'une production comme Versailles est loin d'atteindre le montant des séries américaines comme le Marco Polo de Netflix (9 millions de dollars par épisode) ou encore l'emblématique Game of Thrones de HBO (6 millions de dollars l'épisode).

De toutes les manières, les fictions françaises n'ont guère le choix si elles veulent parvenir à la rentabilité. «Une série américaine est amortie sur son marché national, et les ventes à l'international représentent la cerise sur le gâteau. Au contraire, une série française ne s'amortit pas sur son marché d'origine. Les exportations deviennent un complément nécessaire.»

Diffusion fin novembre

Pour remporter ce pari ambitieux, Versailles a mis toutes les chances de son côté, en faisant notamment appel à deux pointures, les producteurs exécutifs Anne Thomopoulos (Borgia) et Claude Chelli. On doit à ce dernier la série policière Braquo, vendue dans plus de vingt pays et récompensée par un Emmy Awards.

Au total, le tournage, qui s'est déroulé de la mi-août à la fin du mois de février à Versailles, Sceaux, et Bry-sur-Marne, aura mobilisé près de 270 personnes, dont 34 couturières. Deux kilomètres et demi de tissus ont été utilisés pour la fabrication de plus de 400 costumes. Sans compter les 650 paires de chaussures et de bottes, les 60 kg de dorures, la tonne de peinture…

Versailles sera diffusée à partir de fin novembre sur Canal +, au moment du 300e anniversaire de la mort de Louis XIV. Aucun feu vert n'a encore été donné pour une éventuelle saison 2. «Si l'on veut installer une marque et un rendez-vous, il faudrait pouvoir produire une saison par an afin de rivaliser avec les séries américaines. Mais c'est impossible si l'on doit attendre à chaque fois la fin de la diffusion pour se décider», constate Fabrice Larue.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Charlotte
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2387
Age : 44
Localisation : versailles
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: AAAnn   Ven 20 Mar 2015 - 19:52

Bonsoir

Versailles : sur le tournage de la future superproduction Canal

Une superproduction à l’ambition internationale, le pari le plus audacieux de Canal+,Versailles, c’est d’abord une débauche de luxe qui fait tourner toutes les têtes depuis un an. Pas un article qui ne s’extasie devant les « 27 millions d’euros de budget de la série », soit « le double de Dowtown Abbey», ou sur le fait que la chaîne y engloutisse 15 % de la somme qu’elle consacre à la création originale.Portée sans relâche par le producteur Claude Chelli depuis plusieurs années, Versailles, centrée sur un jeune et fougueux Louis XIV qui,en 1661, lance des travaux pour agrandir un pavillon de chasse afin d’en faire le fameux château et contrôler la noblesse de Paris, aurait dû voir le jour dès 2010. À l’époque, Canal+ recrute André et Maria Jacquemetton, deux pointures oeuvrant sur le phénomène Mad Men. Mais le temps de gestation s’étire et les deux showrunners finissent par signer un contrat d’exclusivité avec la Warner. Quatre ans plus tard, le chantier Versailles est terminé et devrait permettre à la France de placer sa production sur la carte mondiale des séries aux côtés de celle des Américains, des Anglais et des Scandinaves. Véritable Concorde audiovisuel, le programme est logiquement devenu un enjeu politique. Quand, après l ’évocation d’une délocalisation des prises de vues à Prague, la série a finalement été filmée en France, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, venue en visite sur le plateau cet été, s’en est explicitement félicitée. Pas étonnant : depuis son coup d’envoi le 18 août dernier, le tournage a fait travailler une centaine de personnes chaque jour pendant six mois, et pas qu’à Versailles puisque le château de Vauxle- Vicomte et les studios de la SFP à Bry-sur-
Marne ont également été sollicités.Bien sûr, la fierté française doit s’accommoder d’un certain nombre de principes anglo-saxons désormais mondialisés – les showrunners sont les rois du plateau et sont anglais. Simon Mirren, à qui on doit Esprits criminels, est passionné par la psychologie des esprits dérangés, tandis que David Wolstencroft, qui a pris le Roi-Soleil comme sujet d’étude à Cambridge, est l’auteur de MI-5. La production, elle, est internationale, mélange d’aides à la française via les crédits d’impôts, de financement par les chaînes (Canal+ lâche 10 millions) et de contributions amenées par des producteurs extérieurs (dont le Canadien Incendo, qui a délocalisé le mixage sur ses terres pour des raisons fiscales). « Notre ambition pour la série nécessitait des moyens très importants qu’on n’aurait pas pu avoir en partant sur une production franco-française, indique Fabrice de la Patellière, directeur de la fiction de Canal+. On double le budget d’une série quand on passe en coproduction internationale. Et puis on avait envie de l’écriture très contemporaine des shows anglo-saxons. »

Mais il n’y a pas que l’écriture qui lorgne vers la Grande-Bretagne. Pour incarner le roi, alors âgé de 28 ans, la production a opté pour un parfait inconnu, l’Anglais George Blagden, aperçu dans la série Vikings. Des Anglais au coeur d’une histoire sur Louis XIV, interprété par un acteur de la Perfide Albion ? Shocking ! Simon Mirren assume : « Je comprends que ce choix puisse en agacer certains. Comme quand Daniel Day-Lewis a incarné Lincoln, sauf qu’il était fantastique dans le rôle ! »
Pour nous assurer de la pertinence de ce choix, nous nous rendons au château de Vaux-le-Vicomte afin d’assister à une scène qui marquera la saison 1 de Versailles. Rendu délirant par une fièvre foudroyante, le roi déambule en chemise de nuit, le teint pâle et les yeux hagards, dans l’une des somptueuses pièces de Versailles. Il a en tête d’inventer de nouveaux pas de danse et oblige Bontemps (Stuart Bowman), intendant du château et fidèle confident, à le suivre en rythme, tandis que les gardes détournent pudiquement le regard. Intense. Pendant la pause, Blagden se souvient de la préparation peu académique imposée par Simon Mirren : « La première fois qu’on s’est vus, il m’a demandé si je pratiquais la boxe. Je lui ai répondu que non et il m’a dit : “OK, tu vas prendre des cours !” Il m’a expliqué que la boxe permettait d’acquérir un état d’esprit qui pourrait m’aider à entrer dans la peau d’un psychopathe. Il avait raison car, après quelques semaines de pratique, j’ai ressenti un pouvoir et un contrôle nouveaux. » « La psychologie de Louis XIV n’avait jusqu’à présent jamais été évoquée, explique Simon Mirren.
Quand il a fait construire Versailles, il a par exemple conservé l’enveloppe originale du pavillon de chasse de Louis XIII, son père. Mon interprétation, c’est qu’il ne voulait pas être juste un numéro. Construire son Versailles là-dessus n’était pas un hommage ou une nostalgie mais une façon de lui dire : “Fuck you ! Je t’aime père, mais fuck you ! Je suis Louis XIV, je suis le centre de la France.” » Hanté par la Fronde et par la mort récente de sa mère, passionné de danse et de culture, mais également fin stratège politique et super PDG avant l’heure qui a fait rayonner Versailles dans le monde entier, Louis XIV avait tout pour s’inscrire dans la lignée des antihéros complexes qui font les beaux jours des séries américaines depuis une dizaine d’années. « Versailles, c’est Louis XIV qui aurait croisé Les Soprano », veut croire Jalil Lespert, réalisateur des deux premiers épisodes.

Versailles, c’est donc le pari de réunir les méthodes des showrunners à l’américaine et le savoir-faire du cinéma hexagonal (80 % du staff est français). Plus qu’un « shooter » (rôle habituellement dévolu aux réalisateurs dans les séries américaines), Jalil Lespert a véritablement défini l’identité visuelle de la série en partant d’une ligne conductrice partagée par les créateurs. « J’ai voulu apporter une french touch, une élégance à la française traversée par un esprit punk », résume-t-il. La costumière Madeline Fontaine, doublement césarisée (pour Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet, et Séraphine, de Martin Provost), et la décoratrice Katia Wyszkop (un César pour Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot) ont dû se plier au rythme effréné de la série, dont les épisodes sont écrits au fur et à mesure du tournage. Des modèles transformables ont été créés pour habiller les personnages principaux et les nombreux courtisans qui suivaient partout le roi et ses proches. Le risque était donc grand de se laisser déborder par les costumes et le décorum.
La « modernité » revendiquée (le terme revient dans la bouche de tous les intervenants rencontrés) passe par une caméra en mouvement, des gros plans sur un Louis XIV filmé à hauteur d’homme ou le choix d’une musique électro. « Je recherche des sonorités très actuelles à la Drive, des notes très tendues, hypnotiques, détaille Jalil Lespert. Quand j’ai rencontré David et Simon pour la première fois, ils ne m’ont pas parlé de Marie-Antoinette (de Sofia Coppola) mais deLa Reine Margot (de Patrice Chéreau). On retrouve dans Versailles un peu de cette fièvre, de ce sentiment d’oppression. La Reine Margot est un film éminemment contemporain. Les personnages sont humains, en sueur dans leurs costumes. Ce sont aussi de jeunes gens qui sont confrontés à des destins surdimensionnés. »
MARION OLITÉ & DANIEL DE ALMEIDA

https://fr.news.yahoo.com/photos/versailles-tournage-future-superproduction-canal-photo-164000351.html

Cordialement

Anne-Charlotte
Revenir en haut Aller en bas
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2343
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Ven 15 Mai 2015 - 20:41

http://www.lexpress.fr/styles/familles-royales/versailles-le-decor-favori-du-cinema-francais-et-international_1679450.html

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Charlotte
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2387
Age : 44
Localisation : versailles
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Sam 10 Oct 2015 - 18:55

Bonsoir

voici la bande d'annonce

https://www.facebook.com/1569307649953745/videos/1649599128591263/

Cordialement

Anne-Charlotte
Revenir en haut Aller en bas
Chanteroy
Vicomtesse, Vicomte


Nombre de messages : 392
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Sam 10 Oct 2015 - 22:32

Cela promet......Les Tudor revisités
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.fr
Surintendant
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 2341
Age : 50
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Série TV - Canal + Versailles ( 2015)   Mer 11 Nov 2015 - 13:44

Versailles, la nouvelle création originale de Canal +

Le lundi 16 novembre prochain, à 20h55, Canal Plus lancera la première saison de la série événement "Versailles".

Au casting, les téléspectateurs retrouveront George Blagden, Alexander Vlahos, Amira Casar, ou encore Dominique Blanc.

Une deuxième saison a déjà été commandée. Son tournage débutera en janvier prochain.

Résumé
La série VERSAILLES montre Louis XIV en jeune roi hanté par un traumatisme d’enfance, la fronde. Résolu à ne jamais revivre une telle situation de vulnérabilité, il va, méthodiquement, mettre tout en oeuvre pour devenir le plus grand roi de l'histoire de France, et  faire de son royaume le plus puissant d'Europe.

Stratège né, manipulateur machiavélique, Louis usera de toutes les ressources pour mettre la noblesse au pas, nourrissant en privé les ressentiments les plus amers, voire la paranoïa. L’homme est aussi capable de passions romanesques. Mais comment les vivre quand on est le plus grand roi du monde ?

La première saison voit le jeune roi se muer en Roi Soleil, le roi des rois. Les personnages historiques et fictionnels, du courtisan le plus en vue au plus humble villageois, nous guident dans un monde de trahisons et de secrets d'alcôve, de manoeuvres politiques et de déclarations de guerre, révélant Versailles dans toute sa gloire et sa brutalité. Une cage dorée d'où les arrivistes, prêts à tout pour y entrer, ne pourront jamais ressortir.

Les deux premiers épisodes dès le 16 novembre pour les chanceux propriétaires de décodeurs :



CLiquez ici

Le premier teaser de la Création Originale "Versailles"


Les coulisses de la série diffusée à partir du 16 novembre sur CANAL+.



Le site officiel de la série : Cliquez ici

La page Wikipedia déjà mis en ligne : Cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 11897
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: mathieu da vinha serie versailles canal+   Mer 25 Nov 2015 - 13:35

Mathieu da Vinha, conseiller historique
"'Versailles' n'est pas une série historique"


Le 23 novembre 2015 | Mise à jour le 23 novembre 2015
INTERVIEW AMANDINE BOURGOIN

Durant six ans, Mathieu da Vinha, directeur scientifique du centre de recherche du château de Versailles a regarde «Versailles» se construire pierre par pierre. Le conseiller historique de la création originale de canal+ revient avec paris match sur les coulisses de la série française la plus cherre de l'histoire.

Paris Match. Comment devient-on conseiller historique sur une série comme «Versailles» et en quoi a consisté votre rôle?
Mathieu da Vinha. J'ai commencé à travailler sur le projet il y a six ans. J'ai reçu un mail de la société de production Capa qui disait qu'une série autour de Versailles était en développement. J'étais loin de mesurer ce que ça allait être. J'ai fait en sorte que la série soit la plus vraisemblable possible. Les scénaristes habitent à Los Angeles à des années-lumière de Versailles et de l'histoire de France. J'ai répondu à leurs questions, je leur ai donné de la documentation pour les aider à développer les intrigues. On a beaucoup échangé notamment sur les accouchements de l'époque, la médecine, les complots politiques, le problème protestant, les troubles diplomatiques entre la France, les Pays-Bas, l'Espagne...

Comment trouve-t-on sa place en tant qu'historien dans une fiction?
J'ai accepté justement parce que c'était une fiction et qu'on pouvait prendre des libertés. Si on était venu me chercher pour un docu-fiction je ne pense pas que j'aurais accepté parce que pour moi c'est un entre-deux qui ne fonctionne pas. Il y a une alternance entre la réalité historique et la pseudo réalité historique, les décors et les costumes sont moches. Tout est généralement mauvais fictionnellement et historiquement. De son côté "Versailles" n'est absolument pas une série historique. C'est une fiction historique. Les scénaristes ont joué avec la chronologie, avec les faits.
La vérité n'est pas importante pour une série comme «Versailles»?
Non. C'est un très bon divertissement. J'espère que les gens en le regardant vont se rendre compte que ce n'est pas la réalité, et que ça va leur donner envie d'en savoir plus sur Louis XIV.
L'une des premières énigmes que l'on est tenté d'éclairer à la fin du premier épisode est celle de l'enfant noir de la reine.
Les gens sont persuadés que c'est la chose la plus fausse alors que c'est l'une des plus vraies. En 1664, la reine a mis au monde une petite fille cyanosée (la peau devient bleue après le manque d'oxygène), elle avait le teint presque noir. Elle est morte à trois mois. Mais quelques années plus tard dans un couvent de Fontainebleau, il y avait une religieuse noire qui ressemblait étrangement au roi. On sait que la famille royale y compris la reine lui rendait visite et qu'Alexandre Bontemps (le valet du roi) donnait de l'argent pour sa pension.

Le personnage de Philippe d'Orléans est particulièrement impressionnant dans la série, quel homme était-il vraiment?
C'est un personnage assez méconnu. C'était un homme d'une grande intelligence, il aimait les arts, les sciences et était ouvertement homosexuel. Alexander Vlahos est excellent dans le rôle. La relation entre Monsieur et Louis XIV est extrêmement bien rendue, on a vraiment beaucoup discuté sur ce point avec les auteurs. Le roi aimait son frère mais s'en méfiait. A cause du souvenir de son oncle qui a été opposé toute sa vie à son père Louis XIII, il l'a toujours tenu à distance, mais cela ne l'empêchait pas de l'adorer. Ils avaient vraiment une relation de chien et chat. En 1701, Louis XIV a eu une dispute avec Philippe d'Orléans. Il est parti bouder dans son château à Saint-Cloud et il est mort deux heures après. Louis XIV s'en est voulu.

Dans la série, la sexualité est omniprésente, qu'en était-il à Versailles?

La cour de France dans les années 1660 n'était pas débridée mais c'était une cour jeune. On sait que toutes les femmes rêvaient d'être la maîtresse du roi. Elles faisaient tout pour lui plaire. On sait par exemple que Madame de Montespan était très entreprenante et jouait avec le roi un jeu amoureux loin d'être ambiguë. Il était très fier de l'avoir conquise. Elle était belle "à faire admirer à tous les ambassadeurs" comme disait Madame de Sévigné. C'était l'un de ses joyaux.

Vous avez consacré un ouvrage à Alexandre Bontemps, le premier valet de chambre du roi, est-ce que vous êtes fier de ce qui a été fait de ce personnage?
Complètement. S'il y a un personnage sur lequel je ne voulais pas transiger, c'était bien lui. Au début, les scénaristes avaient fait de lui un homosexuel, je leur ai tout de suite dit que ça n'allait pas être possible. Sa relation avec Louis XIV est extrêmement bien rendue. C'était l'un des très rares amis du roi. Lorsque Bontemps va mourir, Louis XIV enverra quelqu'un prendre des nouvelles de sa santé tous les jours.

Les conseillers historiques des séries sont souvent les plus critiqués à cause des erreurs historiques, vous y avez pensé?
J'en suis conscient mais ce n'est pas bien grave. J'ai fait ce travail tout à fait honnêtement, je n'ai pas honte, je suis très fier d'avoir participé à cette production, et d'y participer encore pour la saison 2. Je sais faire la différence entre le travail que j'accomplis sur une série et la démarche scientifique lorsque j'écris mes livres.

Mathieu da Vinha est l'auteur de «Versailles, enquête historique. Pour décrypter la nouvelle série Canal +», Tallandier, 256 p., 18,90 €.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mer 25 Nov 2015 - 13:43

Dans La Croix, le 22/11 : http://www.la-croix.com/Culture/Television/Versailles-noye-dans-le-Grand-Canal-2015-11-22-1383350


« Versailles » noyé dans le Grand Canal+

Œuvre de fiction, la nouvelle série de Canal+, fondée sur quelques éléments de vraisemblance historique, fait la part belle à l’imagination des scénaristes.


Dès les premières images, puis tout au long des épisodes, un malaise s’installe. Qu’ont voulu nous montrer Simon Mirren et David Wolstencroft, les scénaristes de Versailles, diffusé le 16 novembre  ? Ont-ils souhaité mettre en scène le siècle et les débuts de Louis XIV, ou bien, plus prosaïquement, passer Versailles au crible anachronique de Canal+ ?

La surcharge d’activités sexuelles, de violences diverses, les longues focales incessantes sur des visages exorbités donnent à l’ensemble une tonalité post-moderne indéniable. Comme si une joyeuse bande d’adolescents avait pris un immense plaisir à tourner dans la galerie des Glaces une très longue publicité pour un parfum ou pour des chocolats… À moins que les auteurs n’aient eu l’ambition de hausser leur Versailles à la hauteur d’un grand jeu vidéo.

« Bling-bing, punk et nonchalant »

Le réalisateur des deux premiers épisodes, Jalil Lespert, l’avoue : « Nous avons voulu aborder notre Histoire de manière décomplexée, avec une nonchalance bling-bling, un peu punk dans l’écriture. » Donc, ceux qui s’attendent à retrouver Si Versailles m’était conté de Sacha Guitry seront évidemment déçus. Le monument historique cède la place à une reconstitution hystérique. Et si chaque époque tend à Versailles un miroir, c’est d’abord pour s’y mirer.

Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherches du château de Versailles, s’est risqué à assumer, six années durant, la rude fonction de conseiller historique de cette série. Il a lu et annoté les scenarios, répondu aux questions des auteurs. Et il ne regrette rien, même s’il sait que « tous ses collègues historiens vont lui tomber dessus ».

« Mon travail a été de préserver la vraisemblance », explique-t-il, soulignant : « Il s’agit d’une œuvre de fiction, qui intègre des éléments historiques. » En d’autres termes, il fait sienne la profession de foi d’Alexandre Dumas : « Il est permis de violer l’Histoire, à condition qu’on lui fasse de beaux enfants. »

« La fiction s’est engouffrée dans l’énigme »

La lecture de son livre (1), véritable contrepoint historique de la série, sera profitable à tous ceux qui s’interrogent sur les surprises offertes par les deux premiers épisodes. Pour Mathieu da Vinha, qui lui a consacré sa thèse, le personnage de Bontemps, premier valet de Louis XIV, incarné par Stuart Bowman, est « bien rendu » : « Ayant autorité sur le château et sur la ville, il voyait tous les jours le roi en tête-à-tête, de 1642 jusqu’à sa mort, en 1701. »

À l’issue du premier épisode, on apprend que la reine Marie-Thérèse aurait accouché d’une bâtarde noire. « La fiction s’est engouffrée dans l’énigme », analyse le conseiller historique : « En 1664, la reine a accouché d’une fille cyanosée, qui a vécu deux mois. Plus tard, le roi et la famille royale ont régulièrement rendu visite à une religieuse noire au monastère de Moret-sur-Loing. Elle aurait été le fruit d’une relation épisodique de Louis avec une Africaine. »

Enfin, Monsieur, frère du Roi, était « véritablement homosexuel, et s’affichait ostensiblement fardé et paré de bijoux », rappelle Mathieu da Vinha. Pour autant, « imaginer qu’il apparaissait publiquement en femme et pouvait assassiner un courtisan en public », comme le fait la série, « c’est vraiment aller trop loin ». « Sur ce point, je n’ai pas gagné », avoue le conseiller historique.

FRÉDÉRIC MOUNIER

(1) Versailles, enquête historique. Pour décrypter la nouvelle série Canal +, Tallandier, 256 p., 18,90 €.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Comte de Saint Germain
Baronne, Baron
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 39
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   Mer 25 Nov 2015 - 22:09

Je suis étonné de ne pas déjà lire des critiques de membres de notre forum sur cette série... je me lance.
Après avoir vu les 5 premiers épisodes ma recommandation est "passez votre chemin, vous allez être déçu". On réalise bien vite que l'histoire narrée est une fiction. On s'attache difficilement aux personnages. Les décors reconstitués et les costumes sont soignés, mais cela ne sauve pas l'ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1418
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: décor série versailles canal +   Lun 11 Jan 2016 - 20:28

Un ami antiquaire approché par la production a fourni pour 6 mois deux bustes "antiques"  de 20 ans d'âge, fabriqués à Rome (des copies de copies de copies de copies...) pour le tournage de la deuxième saison...

Quand vous verrez le Grand Roi à côté, inclinez vous king

Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Versailles", série historique coproduite par Canal +   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Versailles", série historique coproduite par Canal +
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Galerie Historiques de Versailles.
» L'hôtel particulier de Mme du Barry à Versailles
» Déclaration Balfour & Traité de Versailles-Benjamin Harrison Freedman & Samuel Landman.
» Letavia - reconstitution historique des Bretons fin Ve
» Trouver un fait historique à partir de 3 indices

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, ressources en ligne - Transfert de données en cours :: A l'écran-
Sauter vers: