Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: guerre succession Espagne Jordi Savall Valls Kerll Desmarest   Lun 8 Jan 2018 - 18:50


In excelsis Deo.
Au temps de la guerre de succession d'Espagne

Francesc Valls (1671-1747) : Missa Scala Aretina.
Johann Caspar Kerll/Joan Cabanilles : Batalla Imperial.
Anonyme/Jordi Savall : El Cant dels Aucells, Catalunya comptat gran, Catalunya triomfant, Catalunya en altre temps.
Henry Desmarest (1661-1741) : Messe à deux chœurs et deux orchestres.

Hespèrion XXI, La Capella Reial de Catalunya
Le Concert des Nations, direction : Jordi Savall.
2 Hybrid SACD Alia Vox.

Enregistré à la Chapelle Royale du Château de Versailles en juillet 2016

et à la Collégiale de Cardona en 1996 et 2014.
19,99 € Fnac
Paru le 13 octobre 2017

La Missa Scala Aretina de Francesc Valls pour onze voix réparties en trois chœurs, et la Messe à deux chœurs d’Henry Desmarest, composées de chaque côté des Pyrenées, ne sont pas des inédits (enregistrements Recasens de 2014 pour la première, Schneebeli de 2000 pour la seconde). Ce qui l’est, c’est leur couplage. La judicieuse mise en miroir du label Alia Vox nous replonge dans la Guerre de Succession d’Espagne (1701-1714) lorsque la France soutenait le roi Philippe V (qu’elle avait placé sur le trône) dans le conflit qui l’opposa à la Catalogne épaulée par l’Autriche.

Le Catalan Valls, partisan de l’archiduc d’Autriche, tomba en disgrâce à la chute de la Catalogne. Sa Missa Scala Aretina (dont l’intitulé évoque l’usage thématique de l’échelle hexacordale de Guido de Arezzo) lui valut reproche quant à certain vent de liberté harmonique difficilement décelable par nos oreilles contemporaines mais que l’Ibère indépendant revendiquait, arguant que seule la mélodie valait finalité en musique. Le Français Desmarest, promis en France au destin de Charpentier auquel il succéda au Collège des Jésuites, fut, à la suite d’un enlèvement perpétré sur une bien-aimée encore mineure, contraint à un exil qui le conduisit… en Espagne, à la cour de Philippe V, roi versatile en musique et dont les goûts musicaux ramenèrent en France celui qu’il avait nommé Maître de la Musique Française à la Cour d’Espagne. La Messe à deux orchestres et à deux chœurs de 1704 de Desmarest peut être considérée comme un des effets papillons de la grandiose Missa Scala Aretina que Valls fit entendre en 1702, très certainement en présence de l’exilé.

L’art consommé de Jordi Savall fait sans encombre le voyage entre les deux œuvres. À l’aune de leur pompe, l’instrumentarium de son Concert des Nations sonne haut et fort. Les premières mesures de Valls, rehaussées par le tranchant de la harpe d’Andrew Lawrence-King, confirment la part belle faite aux graves par une prise de son puissante, que reconnaîtront les familiers des productions du maître catalan. Du chœur aux solistes qui s’en échappent (Pascal Bertin, Lluis Vilamajó, Hanna Bayodi-Hirt…), tout n’est qu’harmonie imposante et tranquille. Si la science contrapuntique est un jaillissement perpétuel, le frisson mélodique explose dans les pièces de type hymnique, intitulées Musiques de la Mémoire du Peuple, que Savall dépose aux pieds de la messe de Valls et notamment l’irrépressible Els Segadors devenu l’actuel hymne national de Catalogne.

Répétées dans la Saline d’Arc-et-Senans, cité utopique de Claude-Nicolas Ledoux, où Le Concert des Nations est actuellement en résidence, les deux messes sont réunies sous l’intitulé In excelsis Deo. L’on formule, avec l’Ambassadeur de l’Union européenne Savall, le vœu que ce disque serve à ce que soit entendue la suite : Et in terra pax hominibus bonae voluntatis…

8 janvier 2018 par Jean-Luc Clairet. Resmusica.

En illustration, un détail de :



La Guerre contre l'Espagne, 1667
Nº d'inventaire: INV 2922
Le Brun, Charles (peintre)
Date de création : 1678-1685 (XVIIe siècle)
Emplacement : Galerie des Glaces (Grande Galerie)
Matière et technique : huile sur toile marouflée
© RMN (Château de Versailles) / Gérard Blot / Hervé Lewandowski


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Alceste Lully Talens Lyriques Christophe Rousset   Dim 14 Jan 2018 - 23:44


Alceste
Jean-Baptiste Lully

Les Talens Lyriques, Choeur de chambre de Namur
Direction : Christophe Rousset

Judith Van Wanroij, Alceste, La Gloire
Edwin Crossley-Mercer, Alcide
Emiliano Gonzalez Toro, Admète, 2e Triton
Ambroisine Bré, Céphise, Nymphe des Tuileries, Proserpine
Douglas Williams, Lycomède, Charon
Étienne Bazola, Cléante, Straton, Pluton, Éole
Bénédicte Tauran, Nymphe de la Marne, Thétis, Diane
Lucía Martín Cartón, Nymphe de la Seine, Une Nymphe, Une Ombre
Enguerrand de Hys, Lychas, Phérès, Alecton, Apollon, 1er Triton, Suivant de Pluton

Audio 2 CD (janvier 2018)
Label: APARTE
ASIN: B076D68MH4
19€99 Fnac

Tragédie lyrique sur un livret de Philippe Quinault, répétée à Versailles en novembre 1673, créée au théâtre du Palais Royal le 2 janvier 1674, puis représentée le 4 juillet 1674 lors du Grand divertissement royal, une fête se déroulant sur 6 jours (répartis entre le 4 juillet et le 31 août), donnée à Versailles par Louis XIV pour célébrer la reconquête de la Franche-Comté.
C'est le second opéra de Lully. La partition, non éditée du vivant de Lully, fut publiée par les soins de son fils en 1708.


4 juillet 1674 : 1ère journée du grand divertissement royal.
La représentation d’Alceste dans la cour de Marbre

par Jean Le Pautre.
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

*** *** ***

Accompagné par son ensemble Les Talens Lyriques, le Chœur de Chambre de Namur et les solistes (sur lesquels nous reviendrons plus loin), Christophe Rousset nous livre un coffret de deux albums (de 80 et 70 minutes) qui s’inscrit dans un projet plus global poursuivi depuis plusieurs années autour de l’exploration de Lully.

Ainsi que le rappelle le livret (et plus précisément la présentation signée Jean Duron), « une véritable cabale se leva contre Alceste » dès sa création, « réunissant, bien au-delà de la position de Racine qui visait plutôt Quinault, tous ceux qui contestaient le privilège d’opéra obtenu par Lully ». La controverse n’empêcha cependant en rien la naissance de cette œuvre à la Cour et les répétitions débutèrent dès l’automne 1673, convaincant chaque auditeur. Un engouement qui ne se démentit point lorsque la pièce fut à nouveau donnée à l’ouverture des Divertissements de Versailles de l’été 1674. « Ce succès d’Alceste jadis et l’intérêt que l’œuvre suscite encore aujourd’hui doit beaucoup à la force du livret, à la beauté des vers et de la musique », mais à la construction musicale alors nouvelle qui sollicite sans cesse l’oreille par des choix recherchés qui fonctionnent aujourd’hui encore.

Christophe Rousset poursuit donc son exploration de l’univers de Lully avec son ensemble des Talens Lyriques qui s’est imposé comme l’un des meilleurs spécialistes du répertoire baroque et qui occupe une place désormais incontournable dans le paysage musical, notamment grâce à son désir d’exhumer certaines œuvres injustement tombées dans l’oubli. En effet, outre les enregistrements de Jean-Claude Malgoire datant de 1975 et 1992, Alceste reste l’un de ces opéras peu gravés. L’ancienneté du dernier album à faire date suffit à justifier celui d’aujourd’hui, d’autant qu’il est réalisé avec brio.  

Le chef met ici tout son talen(t/s) pour servir Alceste, tant dans sa musicalité que dans sa théâtralité, donnant les accents tragiques du livret à sa direction. L’équilibre des sons est des plus harmonieux, les ornements sont présents sans jamais prendre une ampleur trop importante qui rendrait l’œuvre globale indigeste, les contrastes si importants ici sont mis en lumière par un savant jeu de clair-obscur parfaitement maîtrisé tant par l’ensemble que par les solistes présents dans cet enregistrement.

Qu’il s’agisse de Judith van Wanroij dans le rôle-titre et celui de la Gloire, Edwin Crossley-Mercer (Alcide), Emiliano Gonzalez Toro (Admète), Ambroisine Bré (Céphise, Proserpine et les Nymphes des Tuileries), Douglas Williams (Lycomède et Caron), Etienne Bazola (Cléante, Straton, Pluton et Eole), Bénédicte Tauran (Thétis, Diane, Nympe de la Marne), Lucia Martin Carton ou encore Enguerrand de Hys, tous sans exception laisse entendre une excellente prononciation, évidemment déterminante pour tout enregistrement audio. Les nuances sont également présentes, les lignes de chant sont d’une grande clarté et chaque personnage trouve naissance dans la voix qui l’incarne.

Enfin, l’objet en lui-même est un coffret sous forme de livre de la taille d’un album, symbolisant Alceste par deux pièces maîtresses d’un échiquier. Quelques rares illustrations viennent ponctuer le livret ainsi que le texte introductif fort intéressant signé Jean Duron qui retrace l’histoire de l’œuvre. On regrette cependant que Christophe Rousset n’ait pas participé, même brièvement, à la rédaction d’un texte explicatif.

Elodie Martinez. (Opera online)




_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Larmes Résurrection Schein Schütz Tempête Bestion   Ven 23 Fév 2018 - 17:57




Larmes de Résurrection
Johann Schein, Heinrich Schütz
La Tempête

Claire Lefilliâtre Soprano
Dagmar Šašková Mezzo-soprano
Sébastien Obrecht, Vincent Lièvre Picard, Lisandro Nesis Ténors
Georges Abdallah Baryton
Victor Sicard Basse
Ensemble La Tempête    
Simon-Pierre Bestion, directeur


Date de sortie: 23 février 2018
Label: Alpha
© Alpha Classics / Outhere Music France
Durée totale: 1:17:07
Prix Fnac 16€99
Enregistré à la Chapelle Royale

En 1623, un siècle après la naissance du protestantisme,  les compositeurs et amis Heinrich Schütz et Johann Hermann Schein écrivent chacun un recueil en langue allemande, respectivement l’Histoire de la Résurrection du Christ (Schütz) et les Fontaines d’Israël (Schein). S’inscrivant dans la mouvance de la Réforme luthérienne, ces deux œuvres portent paradoxalement l’influence de l’Italie baroque, et plus particulièrement de Claudio Monteverdi.

Le mariage inattendu de ces deux œuvres amène ici à la création d’une passion italienne en langue allemande, en incluant dans l’œuvre opératique et très narrative de Schütz les pièces madrigalesques et expressionnistes de Schein, dont les textes tirés de l’Ancien Testament (psaumes de David ou Cantique des cantiques) illustrent magnifiquement l’histoire. Nait ainsi un récit fort, moderne et universel à travers des pages musicales somptueuses savamment orchestrées, et traitées avec un maximum d'expressivité, extrêmement dramatique.

Avec son Ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion a développé un parcours musical totalement étonnant, créant des concerts-spectacles où les œuvres majeures du répertoire sont mises en espace, croisées et entrelacées comme tous ces Pasticcio de l'époque baroque. Cherchant l'expressivité de la musique, il dynamise ses interprètes (la fine fleur française, aussi à l'aise dans les partitions médiévales que baroques ou romantiques !) et créée une rencontre pleine d'idées entre le public et la musique.

Interview de Simon-Pierre Bestion à l'occasion de l'enregistrement de l'album "Larmes de Résurrection" à la Chapelle Royale du Château de Versailles :



Extraits de l'album "Larmes de Résurrection" :





Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Duchesse Maine Bernier Bourgeois Mouret Ensemble Française   Dim 11 Mar 2018 - 17:45



Pour la Duchesse du Maine
Œuvres rares du baroque français.
Ensemble La Française

Un disque consacré à des compositeurs "rares" liés à la cour de la duchesse du Maine.

Ensemble La Française
Marie Remandet, soprano
Aude Lestienne, flûte
Shiho Ono, violon
Jean-Baptiste Valfré, violoncelle
Kazuya Gunji, clavecin

Format : 1 CD Digipack
Durée totale : 00:55:00
Label : Polymnie
Référence : POL503134
Date de sortie : 04/04/2018
Prix Fnac : 15€99

Sur les traces de la duchesse du Maine.

Anne Louise Bénédicte de Bourbon Condé (1676-1753), duchesse du Maine, fût un personnage emblématique du XVIIIème siècle français, tour à tour femme du monde et mécène.
Lassée de la vie à la cour de Versailles, elle se retire dans son château de Sceaux où elle donnera notamment en 1714 et 1715 de superbes fêtes.
Ces Grandes Nuits de Sceaux rassemblent tout le "gratin" parisien et le meilleur des artistes : comédiens, danseurs, poètes, musiciens...

En 2016, nous avons créé un "concert-spectacle" : la nuit de la Duchesse, retraçant les divertissements de cette cour de Sceaux dont voici quelques extraits : Nicolas Bernier, Thomas Louis Bourgeois, Jean-Joseph Mouret...


Ce programme 2016 nous a permis de découvrir les compositeurs liés à cette cour de Sceaux : Nicolas BERNIER (1665-1734), Thomas Louis BOURGEOIS (1676-1750), François COLIN de BLAMONT (1690-1760), Philippe COURBOIS (1705-1730) et Jean-Joseph MOURET (1682-1738).

Ces compositeurs, relativement tombés dans l’oubli, ont largement et magnifiquement contribué au genre de la cantate française.

Après avoir catalogué et déchiffré l’intégralité des cantates pour soprano de ces 5 compositeurs, nous avons sélectionné 3 pièces :

- la Cantate Médée de Nicolas BERNIER
- la Cantate Ariane de Thomas Louis BOURGEOIS
- et aussi une pièce instrumentale : une suite de danse de Jean-Joseph MOURET  

2017 fut l’occasion de monter un nouveau programme purement musical autour de ces 3 œuvres.
Le programme a été enregistré du 26 au 29 octobre 2017 à la Chapelle de l'Hôpital de Fourvière à Lyon (ingénieur du son : Enrico Fiocco).
Ce premier enregistrement CD est une étape très importante dans le développement de notre jeune ensemble !  
(Site : http://www.ensemblelafrancaise.com/)


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: deLalande Majesté Poème Harmonique Dumestre   Dim 15 Avr 2018 - 11:06



Majesté
Michel-Richard de Lalande
Le Poème Harmonique

Interprète : Poème Harmonique, Matthieu Romano, Ensemble Aedes, Vincent Dumestre, Emmanuelle De Negri, et al.
CD (13 avril 2018)
Nombre de disques: 1
Label: Alpha
ASIN : B07B6MHJL8
Prix : 17,99 € Fnac


En 1683, Michel-Richard de Lalande entre comme sous-maître à la Chapelle Royale, après avoir été soutenu par Louis XIV lors d’un redoutable concours de recrutement.
Âgé seulement de 25 ans, le jeune compositeur va rapidement s’affirmer comme le favori du roi et conquérir en presque quarante ans de carrière les emplois les plus convoités de la cour. Le monarque l’associe même à la construction de la nouvelle Chapelle Royale, attenante au Château de Versailles.

Au fur et à mesure que les voûtes s’élèvent, Lalande compose et arrange ses motets, qui expriment la grandeur alors sans égale du royaume, en même temps qu’ils témoignent de l’acoustique incomparable du lieu. Psaumes, hymnes, Te Deum, ses oeuvres enregistrent dans la liturgie l’atmosphère de la cour, au rythme des troubles et des réjouissances.

Après avoir enregistré à la Chapelle Royale les Te Deum de Lully et de Charpentier, Vincent Dumestre et Le Poème Harmonique sont de retour à Versailles et abordent les musiques composées par Lalande pour ce lieu extraordinaire. Aux grands motets Deitatis majestatem et Ecce nunc benedicite, synthèses de la pompe royale et du langage de l’opéra, se joignent le bouleversant Miserere et le Te Deum le plus grandiose joué sous Louis XIV, celui du roi lui-même.



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Naïs Rameau Purcell Choir Orfeo orchestra   Mar 15 Mai 2018 - 10:54



Naïs
Jean-Philippe Rameau
Purcell Choir - Orfeo orchestra

György Vashegyi (Chef d'orchestre)
Chantal Santon-Jeffery (Soprano), Reinoud Van Mechelen (Ténor), Manuel Nuñez-Camelino (Ténor), Florian Sempey (Baryton), Thomas Dolié (Baryton).

CD (13 avril 2018)
Nombre de disques: 2
Label: Glossa
ASIN : B07B6NBN7Z
17€99 Fnac


Le 18 octobre 1748, la signature du traité d’Aix-la-Chapelle met fin à huit années de guerre opposant plusieurs pays d’Europe pour la succession au trône d’Autriche (1740-1748). La paix, offerte par Louis XV à la France, est célébrée par des réjouissances dans tout le royaume et dans la capitale, à partir du 12 février 1749. Le directeur de l’Académie royale de musique (l’Opéra de Paris), Joseph Guénot de Tréfontaine, profite de ces festivités pour flatter le roi triomphateur en commandant à Cahusac et Rameau un nouvel opéra en lien avec l’actualité : ce sera Naïs, sous-titré « opéra pour la paix ».

Naïs est accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par le public, lassé des sombres tragédies et de leur lot de passions noires et oppressantes. Avec Naïs, Rameau signe certaines de ses pages les plus impressionnantes, parmi lesquelles l’ouverture et le prologue, retraçant le combat entre les Titans et la cour céleste pour gouverner l’Olympe. Échanges galants, évolution d’athlètes, prophétie, fête pastorale, combat naval et noces sous-marines ponctuent l’ouvrage et accompagnent l’éclosion des sentiments tendres qui unissent Naïs et Neptune.

Reprise en mars 2017 au Palace of Arts de Budapest, la pastorale héroïque Naïs de Rameau, co-produite par le CMBV et Müpa Budapest Early Music Festival, a fait l’objet d’un enregistrement pour le label Glossa.

Pour cette nouvelle version, le directeur musical György Vashegyi et le CMBV ont réuni Chantal Santon-Jeffery, Reinoud Van Mechelen, Florian Sempey, Thomas Dolié, Manuel Nuñez-Camelino, Daniela Skorka, Philippe-Nicolas Martin, aux côtés des Purcell choir et Orfeo Orchestra.

Ce disque s’inscrit dans une coopération artistique franco-hongroise menée depuis 2014 entre le CMBV et le chef d’orchestre György Vashegyi, qui a permis notamment la recréation et l’enregistrement des Fêtes de Polymnie (2015) et des Indes galantes de Rameau (sortie prévue en 2019), mais aussi de grands motets et d’Isbé de Mondonville (2016 et 2017). (Cf. Le centre de musique Baroque de Versailles, sur le forum)



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Salieri Horaces Talens Lyriques Christophe Rousset   Ven 7 Sep 2018 - 10:12



Les Horaces
Antonio Salieri (1750-1825)

Les Talens Lyriques

Christophe Rousset, direction
Judith Van Wanroij, Camille
Cyrille Dubois, Curiace
Julien Dran, le jeune Horace
Jean-Sébastien Bou, le vieil Horace
Philippe-Nicolas Martin, L’Oracle, un Albain, Valère, un Romain
Andrew Foster-Williams, Le Grand-Prêtre, le Grand-Sacrificateur
Eugénie Lefebvre, Une suivante de Camille

Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles

Olivier Schneebeli, direction

CD album. 2 volumes
Aparte Music
Paru le 31 août 2018
19€99 (Fnac)


Après Les Danaïdes en 2015, les Talens Lyriques gravent en première mondiale Les Horaces d’Antonio Salieri, qu’ils ont recréé à Versailles en 2016 !

Pour ressusciter cette partition, Christophe Rousset convoque un casting vocal de rêve : le ténor Cyrille Dubois, Judith van Wanroij, Julien Dran ou encore Jean-Sebastien Bou, incarnent les destins des personnages inspirés de la lutte fratricide des Horaces et des Curiaces dans la Rome antique, restituée de façon spectaculaire par un Salieri déjà romantique dans son audace musicale.

Les combats, serments et grandes scènes de foule, les larmes de l’héroïne Camille, le dilemme de Curiace, ou la détermination implacable du vieil Horace offrent autant de scènes dramatiques qui maintiennent l’ouvrage en tension permanente.

Né en 1750, Antonio Salieri a connu une carrière fulgurante en Italie puis à Vienne, où il est devenu en 1774 le Compositeur de la Cour Impériale du Saint Empire et Directeur de l’Opéra Italien, avant d’y ajouter la direction de la Chapelle Impériale en 1788. Avec plus de 40 opéras à son actif, Salieri fut acclamé tant à Vienne qu’en Italie.

Ami de Gluck et Haydn, professeur de Beethoven et Schubert, il se vit commander trois opéras pour Paris, qui firent date et grand bruit : Les Danaïdes (1784 : le lendemain de la création triomphale, Gluck (son auteur présumé) fit passer une annonce dans la presse, précisant qu’il avait finalement confié la musique à M. Salieri ; Coup de théâtre incroyable), Tarare (1787, immense succès jusqu’en 1825) et dans l’intervalle, Les Horaces (1786).

Cette grande tragédie lyrique dans le style de Gluck, d’après Corneille, glorifie les héros comme David saura les peindre. Rome et Albe en guerre, résolurent de confier leur destinée à trois champions pris de part et d'autre. Le hasard désigna les trois frères Horaces pour les Romains, et les trois frères Curiaces pour les Albains. Lors du combat, les trois Curiaces furent blessés, deux Horaces furent tués, le troisième, feignant de fuir, tua séparément les trois Curiaces. Au retour, le vainqueur voyant sa soeur Camille pleurer un des Curiaces, son fiancé, la conduisit à la mort. Condamné lui-même à mort, il en appela au peuple, qui l'acquitta.

Sur un argument aussi puissant, Salieri produisit une musique d’une force nouvelle, littéralement pré-romantique, et qui porta le culte du Héros et de son destin tragique au plus haut point. Avec l’incarnation de Camille par la grande Judith van Wanroy, et un plateau masculin d’exception, Christophe Rousset exhume avec panache une partition monumentale.

"Répétée pour être créée à Fontainebleau devant la Cour, la tragédie lyrique Les Horaces de Salieri fut finalement jouée à l’Académie royale de musique le 7 décembre 1786.

Le livret de Nicolas-François Guillard s’inspire directement de Pierre Corneille (Les Horaces, 1640). L’œuvre s’inscrit dans la lignée des tragédies déclamées du répertoire de la Comédie Française adaptées pour la scène lyrique, comme Iphigénie en Aulide de Gluck, Andromaque de Grétry ou Le Cid de Sacchini.
Si le public de l’époque trouva le sujet trop politique et l’intrigue trop noire (le suicide de l’héroïne choqua au point qu’on dû remanier les dernières scènes), il remarqua les beautés de la partition : dans la lignée des Danaïdes crées deux ans plus tôt, les airs pathétiques, les scènes de foule et la pompe des divertissements témoignent du romantisme naissant."
   

Centre de musique baroque de Versailles.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Charpentier Arts Florissans Idylle musique Marguerite Louise   Sam 29 Sep 2018 - 9:03



Marc-Antoine Charpentier
Les Arts Florissans
Idylle en musique

Ensemble Marguerite Louise
Gaétan Jarry, Maïlys de Villoutreys, Virginie Thomas, Jonathan Spicher, et al.
CD (14 septembre 2018)
Nombre de disques: 1
Label: Château de Versailles Spectacles
Prix : 17€99


Château de Versailles Spectacles vient de créer son propre label discographique dont le premier album est paru vendredi 14 sept. dernier. Il s’agit de l’enregistrement des Arts Florissans de Charpentier (qui a inspiré le nom de l’ensemble formé par William Christie), ici servi par l’Ensemble Marguerite Louise sous la direction de Gaétan Jarry et enregistré à Versailles en juillet 2017.
(V. Lancement du label discographique Château de Versailles)

Charpentier fut l’égal de Lully et Lalande pour la qualité exceptionnelle de sa musique. Il créa pour la Duchesse de Guise des œuvres d’une infinie beauté, que Louis XIV admirait particulièrement, dont l’idylle en musique Les Arts Florissans (1685).
Gaétan Jarry et ses jeunes musiciens redonnent une vie flamboyante à cette allégorie de l’âge d’or artistique du «plus grand Roi du Monde» qui venait d’installer sa Cour à Versailles et s’incarnait en Apollon comme en Roi Soleil. L’œuvre ici reprise se prolonge par des extraits de la Couronne de Fleurs comme un épilogue reliant le Printemps des Arts insufflé par Louis à celui de la Nature, un opéra rarement enregistré !

(Couverture ill. Entrée d'Alexandre le Grand dans Babylone ou Le triomphe d'Alexandre Le Brun Charles (1619-1690), Paris, musée du Louvre)



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 8036
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Europe Galante Campra Nouveaux Caractères   Sam 29 Sep 2018 - 9:45



L'Europe Galante
André Campra
Les Nouveaux Caractères

Sébastien d'Hérin, Les Nouveaux Caractères
Caroline Mutel, Heather Newhouse, Isabelle Druet
Compositeur: André Campra
CD (28 septembre 2018)
Nombre de disques: 2
Label: Château de Versailles Spectacles
Prix : 24€99


Hier 28 septembre est paru L'Europe galante d'André Campra, deuxième CD du tout nouveau label Château de Versailles Spectacles. (voir supra)

André Campra, maître de la musique de la chapelle du Roi (1660-1744) fut le compositeur lyrique le plus important entre Lully et Rameau.
Le triomphe de L’Europe Galante en 1697 salua cette œuvre fondatrice de l’Opéra-Ballet, mêlant danse et art lyrique dans des divertissements d’une grande richesse. C
ampra entraine le spectateur en voyage dans les nations amoureuses de l’Europe. La France bat au cœur galant des bergers et des bergères, l’Italie déploie le bal masqué vénitien, et la Turquie entrouvre son Sérail peuplé de sultanes et d'intrigues. Le Français y est volage et indiscret, l’Espagnol fidèle et romanesque, l’Italien raffiné mais jaloux et violent, enfin le Sultan doit tempérer le dépit criminel de la Sultane, supplantée par une belle esclave...
Un piquant badinage musical sous le règne de Louis XIV !

(Ill. couv. Le Triomphe de Vénus par François Boucher, 1740. Nationalmuseum de Stockholm).

Sept autres parutions sont déjà annoncées par CVS :

Michael Praetorius, Messe de Noël, Paul McCreesh, DVD,
Jean-Jacques Rousseau, Le Devin du Village, Sébastien d’Hérin, CD et DVD bonus,
Haendel, Le Couronnement Royal de George II d’Angleterre, Robert King, DVD,
Francesco Cavalli, Missa Concertata, Benjamin Chénier, CD,
Jean-Baptiste Lully, Phaéton, Vincent Dumestre, DVD,
Colin de Blamont et Blanchard, La Guerre des Te Deum, Daniel Cuiller, CD,
Jean-Baptiste Lully, Lalande, Couperin, La Messe du Roi Soleil, Gaétan Jarry, CD.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Actualités - colloque et parutions - Histoire
» les Nouveaux Robinsons (RP)
» Etudes scientifiques actuelles et récentes
» nouveaux cantiques
» Dotation horaire élève/prof dans les nouveaux programmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, ressources en ligne :: Musique de Cour-
Sauter vers: