Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Johann Adolph Hasse Sonates clavecin Dauphine Marie-Josèphe   Dim 7 Avr 2013 - 12:10

Johann Adolph Hasse
Sonates pour clavecin



Interprète: Luca Guglielmi


CD (4 avril 2013)
Nombre de disques: 1
Label: Accent
ASIN : B00BUN79UU
Prix : EUR 14,21 (Amazon)

Sa carrière de compositeur à la Cour du Prince Electeur de Saxe à Dresde, puis à Vienne, valut à Johann Adolph Hasse (1699-1783) une renommée européenne.
Comme nous l'avons déjà vu plus haut, il entretint un lien particulier avec Versailles.

Il fut invité par la Dauphine Marie Josèphe de Saxe à venir à Versailles en 1750 pour trois mois.
Comme la Reine, la Dauphine organisait des concerts dans ses appartements. Elle y reçut Hasse et son épouse, la cantatrice Faustina Bordoni, un couple qu'elle connaissait depuis sa jeunesse.  
Nous savons que Hasse lui dédia une partition manuscrite de son opéra « Didone Abandonnata », composé en 1742.
Ce compositeur fécond était également un adepte du clavecin. Il composa douze sonates qui furent publiées à Paris. Les six premières de ce livre furent dédiées à la Dauphine.

Le claveciniste Luca Guglielmi présente, pour la première fois en CD, les quatre premières de ces sonates "Fatte per la Real Delfina di Francia".

_________

Luca Guglielmi :
Chef d'orchestre, compositeur, claveciniste et organiste, Luca Guglielmi, est né à Turin en 1977 où il a suivi des études musicales et universitaires.

Compositeur, il a à son actif plusieurs ouvrages pour chœur mixte a cappella, une formation qu'il affectionne particulièrement. Ses compositions ont été interprétées en Italie par le Vocalensemble dirigé par Carlo Pavese, par le Coro Filarmonico "Ruggero Maghini" et par le St. Jacobs Chamber Choir dirigé par Gary Graden.
Parallèlement, depuis 1993 il est très actif internationalement en tant que soliste du clavecin, de l'orgue, du clavicorde, du pianoforte ainsi qu'à la tête de quelques ensembles.

Comme accompagnateur, il a secondé des artistes aussi prestigieux que Cecilia Bartoli, Barbara Bonney, Sara Mingardo, Monica Groop, Angelika Kirschlager et Christoph Pregardien.
Il a aussi collaboré avec des metteurs en scène comme Gilbert Deflo, Yannis Kokkos et Emilio Sagi. Il s'est produit dans de nombreuses maisons d'opéras et salles de concert du monde entier : Carnegie Hall de New York, Wigmore Hall de Londres, Musikverein et Konzerthaus de Vienne, Herkulessaal de Munich, Teatro Real de Madrid, Liceu de Barcelone, Teatro Regio de Turin, Conservatoire de Milan, Teatro San Carlo de Naples.

A l'âge de vingt ans il a été invité par Jordi Savall à faire partie de ses ensembles Hespèrion XX (maintenant XXI), La Capella Reial de Catalunya et Le Concert des Nations, jouant par ailleurs en duo avec lui ou en trio avec Rolf Lislevand.

Parmi ses multiples collaborations avec divers ensembles, on remarque l'Ensemble Zefiro d'Alfredo Bernardini, l'ensemble La Fenice de Jean Tubery, Ricercar Consort de Philippe Pierlot, Armonico Tributo Austria de Lorenz Duftschmidt ou encore l'Accademia Strumentale Italiana d'Alberto Rasi.
Passionné par l'enseignement, il est professeur de clavecin, orgue et direction d'orchestre dans des Stages comme Urbino, Pamparato (Italie), San Feliu de Guixols (Catalogne) et Barbaste (France). Il appuie exclusivement son enseignement sur les traités anciens et plus généralement sur les sources historiques.

En 2005, il a fondé l'ensemble "Concerto Madrigalesco", ensemble à géométrie variable, jouant sur instruments d'époque dans un répertoire historique allant des années 1400 à 1800, et montrant une prédilection pour le "Seicento Italiano" et les œuvres où prime la basse continue.
© Luca Guglielmi 2012


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Deux siècles d'orgue Espinasse Désenclos Robinl Bouvard   Sam 8 Juin 2013 - 12:03

La Chapelle Royale du Château de Versailles
Deux Siècles d'Orgue



Récemment restauré, l’orgue de la Chapelle Royale témoigne du passé glorieux de ce lieu et de la magnificence des cultes royaux.
Ce projet, confié aux quatre organistes titulaires de cet orgue, présente un riche panorama des compositeurs qui eurent accès à la tribune, de Couperin à Balbastre.

Il s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle collection réalisée par Alpha avec le Château de Versailles et présentera le fruit de recherches sur le répertoire organistique.

Interprètes : François Espinasse, Frédéric Désenclos, Jean-Baptiste Robin, Michel Bouvard


CD1 (71:06:73)
Jean-Baptiste ROBIN :

Nicolas LEBÈGUE (1631-1702)
Extraits du Premier Livre d'orgue (pièces du sixième ton)
Extraits du Troisième Livre d'orgue (Noëls)

Jacques-Denis THOMELIN (v. 1640-1693)
Hymne Ave Maris Stella:

Guillaume-Gabriel NIVERS (1632-1714)
Extraits du Deuxième Livre d'orgue contenant la Messe et les Hymnes de l’Église – 1667 (Messe)

FRANÇOIS ESPINASSE:

François COUPERIN (1668-1733) :
Extraits de la Messe propre pour les couvents de religieux et religieuses (1690)


CD2 (70:24:00)
MICHEL BOUVARD :

Louis MARCHAND (1669-1732) :
Pièces choisies pour l’orgue de feu le grand Marchand

FREDERIC DESENCLOS :

Jean-François DANDRIEU (ca. 1682-1738)
( Offertoire ... Tierce en taille)

Claude Bénigne BALBASTRE (1724-1799)
Noel suisse

Louis Claude DAQUIN (1694-1772)

CD (4 juin 2013)
16€95 Fnac
Nombre de disques: 2
Label: Alpha
ASIN : B00CD5J3084


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Rameau Dardanus Pygmalion Raphaël Pichon Opéra Royal 2013   Lun 23 Sep 2013 - 20:31

Jean-Philippe Rameau
Dardanus



Interprètes:
Bernard Richter, Gaëlle Arquez, João Fernandes, Benoît Arnould, Alain Buet, Sabine Devieilhe, Emmanuelle de Negri, et Romain Champion.

Orchestre:
Pygmalion
Chef d'orchestre: Raphaël Pichon

Nombre de disques: 2
Label: Alpha
24,97€ (Amazon)
(24 septembre 2013)

(Enregistré en février 2013 à l'Opéra Royal de Versailles.)

Après l'exploration des « cinq » Missae Breves clôturée par le succès de la version originelle de la Messe en si, l'ensemble Pygmalion grave Dardanus de Rameau, après un cycle de concerts qui reçut les honneurs unanimes de la critique.

Quoique supérieure du point de vue dramatique, cette seconde mouture de Dardanus proposée par l'ensemble Pygmalion n'a jusqu'à aujourd'hui jamais connu de résurrection, exception faite du célèbre air « Lieux funestes » extrait du quatrième acte.

Une nouvelle édition (de Gilles Rico) a été réalisée sur les bases de l'édition de 1744, incorporant également les nombreuses variantes intégrées par Rameau entre 1744 et 1760, celles-ci visant constamment à enrichir la puissance émotionnelle de la musique.

A l'origine totalement issue de la forme contraignante de la tragédie lyrique lulliste, mais témoignant aussi d'un goût prononcé pour les histoires « extraordinaires », cette oeuvre présente un sens du drame plus intime et humain, traçant ainsi un chemin très clair vers les explorations psychologiques de la période classique.



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Lully Phaéton Talens Lyriques Rousset octobre 2013   Dim 20 Oct 2013 - 11:45

Jean-Baptiste Lully
Phaéton


Les Talens Lyriques (lien)
Sous la direction de Christophe Rousset


Interprètes:

Emiliano Gonzalez Toro (Phaéton),
Ingrid Perruche (Clymène),
Isabelle Druet (Théone, Astrée),
Gaëlle Arquez (Libye),
Andrew Foster-Williams (Épaphus),
Frédéric Caton (Mérops, Automne, Jupiter),
Benoît Arnould (Protée, Saturne),
Cyril Auvity (Triton, le Soleil)

CD (21 octobre 2013)
Nombre de disques: 2
Label: Aparte
ASIN : B00EYFRWPI

EUR 19,99 (Amazon)

Phaéton est la dixième tragédie en musique de Lully, la neuvième qu’il ait composée en collaboration avec son librettiste favori, Philippe Quinault. Ce dernier avait éprouvé la disgrâce du roi en 1677, après la création houleuse d’Isis : la Cour avait cru discerner dans son livret des allusions à la jalousie de madame de Montespan à l’encontre de madame de Ludre. Le retour en grâce de Quinault ne se produisit qu’en 1680, avec la création de Proserpine, qui marque un tournant stylistique majeur dans la production des tragédies lullistes. Phaéton s’inscrit dans cette seconde manière du compositeur florentin.

Il a été créé le 6 janvier 1683 au Manège de la Grande Ecurie de Versailles, avant d’être repris à l’Académie royale de Musique. (Cf. éphéméride janvier 2013)

Les représentations se sont poursuivies jusqu’au mois de juillet, la dernière étant interrompue par l’annonce du décès de la reine Marie-Thérèse (survenu le 30 juillet 1683).

Phaéton compte parmi les opéras de Lully les plus acclamés (Lecerf de La Viéville l’a surnommé « l’opéra du peuple », par opposition à Atys, « l’opéra du roi »).
Ce succès fut en grande partie redevable à la splendeur des costumes, des machines et des décors, qui étaient l’œuvre de Jean Bérain. Il avait conçu en particulier un système complexe de machines et d’éclairage pour le tableau final du cinquième acte : véritable « clou du spectacle », il montrait la course folle du char solaire, sa dislocation et la chute vertigineuse de Phaéton, foudroyé par Jupiter.

En 1683, Louis XIV gouverne seul et vient d’installer sa cour à Versailles (mai 1682). Le message de la parabole apparaît clair : l’ambition et l’orgueil ne peuvent qu’être terrassés par la vraie puissance, celle du Roi...


Dessin de Jean Bérain représentant, à travers une grotte, Protée conduisant sur la mer
les troupeaux de Neptune, décor pour la scène 5 de l'acte I de Phaéton
© Archives Nationales
Du point de vue musical et dramatique, Phaéton compte parmi les créations les plus remarquables de Lully.

Comme dans plusieurs autres ouvrages de cette « seconde manière », le compositeur accorde une importance nouvelle aux récitatifs accompagnés par l’ensemble de l’orchestre (dans ses premiers opéras, ils étaient plutôt soutenus par le « petit chœur» de basse continue).
Cette écriture permet une plus grande intensité de l’expression dramatique, comme en témoignent les deux bouleversants récits de Libye : « Heureuse une âme indifférente » (I, 1) et « Ô rigoureux martyre » (V, 3).

Par ailleurs, dans Phaéton, Lully et Quinault font évoluer leur esthétique dramatique et remettent en question l’organisation traditionnelle des actes.
Ainsi, à deux reprises, ils interrompent brutalement le cours de divertissements, créant un choc narratif d’autant plus violent qu’il est à chaque fois inattendu : des furies font une irruption terrifiante dans la scène du temple (III, 5), et les réjouissances du dernier acte sont subitement interrompues par Théone (V, 5), venue annoncer la catastrophe finale.

Dans Phaéton, Lully accorde également une importance singulière aux ensembles.
Les deux duos d’Épaphus et Libye (actes II et V) ont ainsi marqué les esprits. Le second fut acclamé par le public, quand Lully préférait le premier, à l’écriture contrapuntique plus subtile.

________
Phaéton connut plusieurs reprises à l’Académie royale de Paris au cours du XVIIIe siècle.

Il fit également une belle carrière en province : il appartint d’emblée au répertoire de l’Académie de musique de Marseille, créée en 1684 par Pierre Gautier.
Il fut d’ailleurs représenté (en même temps qu’Armide) par cette troupe en Avignon l’année de la mort du compositeur, en 1687.
Phaéton fut aussi le premier opéra représenté à Lyon, en 1688, lors de l’inauguration de l’Académie de musique concédée par contrat par les héritiers de Lully à un jeune maître à danser, Jean-Pierre Leguay.

Le Mercure de France salua l’événement, au mois de mars de la même année,en ces termes éloquents :  
Phaéton a été joué pendant tout le Carnaval, avec un succès si extraordinaire qu’on l’est venu voir de quarante lieues à la ronde. Les décorations, les voix, les danses, les habits, tout a répondu à la beauté de la Musique, et on a beaucoup d’obligation à ceux qui, pour la gloire, ont bien voulu hasarder cette dépense .

(Denis Morrier, Cité de la Musique; Les Talens Lyriques; Philidor/CMBV)


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Sacchini Renaud Talens Lyriques Rousset 2013   Lun 9 Déc 2013 - 11:55

Antonio Sacchini (1730-1786)
Renaud




Édition limitée et numérotée à 3000 exemplaires

Orchestre: Les Talens Lyriques
Chef d'orchestre: Christophe Rousset


Marie Kalinine : Armide
Julien Dran : Renaud
Jean-Sébatien Bou : Hidraot
Pierrick Boisseau : Adraste, Arcas, Tissapherne, Mégère
Julie Fuchs : Mélisse, Une Coryphée
Katia Velletaz : Doris, Une Coryphée
Chantal Santon : Antiope
Jennifer Borghi : Iphise
Cyrille Dubois : Tisiphone, Un Chevalier
Pascal Bourgeois : Alecton

Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles
(Olivier Schneebeli, direction artistique)


Nombre de disques: 2
CD I : Ouverture, Acte I, Acte II ; CD II : Acte II (cont.), Acte III
Dépot légal : © 2013

EUR 32,90 (Amazon)

Label: Ediciones Singulares
ASIN : 849396865X

Collaborateur de l'édition : Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française

Présentation

Avec Renaud (1783), Sacchini fait ses débuts sur la scène parisienne. Les critiques des partisans de Gluck et de Piccinni - ses rivaux - fusent de toutes parts... et pourtant Renaud est un succès. Sacchini devient alors le nouveau favori de la reine Maris-Antoinette.

Encouragé par le public, qui voit en lui l'un des meilleurs auteurs du moment, il enrichit le répertoire de l'Opéra de plusieurs chefs-d'oeuvre. Certains resteront à la scène pendant de longues années, tel Renaud, joué presque sans interruption jusqu'en 1799 et repris en 1815.


Renaud d'Antonio Sacchini a été enregistré en octobre 2012 à l'Arsenal de Metz.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Lully Charpentier Te Deum Poème Harmonique Dumestre   Mar 21 Jan 2014 - 13:16

Te Deum
Jean-Baptiste Lully
Marc-Antoine Charpentier



Le Poème Harmonique / Capella Cracoviensis
Chef d'orchestre : Vincent Dumestre

Interprètes : Aurore Boucher, Amel Brahim-Djeloul, Benoît Arnould, Jeffrey Thompson, Reinoud Van Melchelen

CD (14 janvier 2014)

Nombre de disques: 1
Label: Alpha
ASIN : B00G6OJXQ6
15,99€ (Fnac.fr)

Enregistrés à la Chapelle Royale du Château de Versailles, les deux Te Deum que Vincent Dumestre et Le Concert Harmonique ont choisis sont les œuvres respectives des deux éternels rivaux, se disputant les faveurs de leur souverain, Louis XIV. Celui de Lully comme celui de Charpentier a le caractère fastueux du Grand Siècle et fut autant écrit à la gloire de Dieu qu'à celle du Roi Soleil, son illustre et glorieux représentant.

Tout le monde connait le Prélude du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier (Marche en rondeau). Après la redécouverte de l'œuvre par le musicologue belge Carl de Nys, ce Prélude fut choisi comme générique des programmes de télévision diffusés en eurovision (première diffusion en 1953 pour le couronnement de d'Elisabeth II d'Angleterre).
Ce Te Deum fut composé à l'occasion de la victoire française de Steinkerque en 1692. Synonyme d'évènement important, la version choisie en 1953 était pompeuse et solennelle. Mais les "baroqueux" sont passés par là... Même la version du dit générique a changé ! On sait d'emblée que l'option choisie par Vincent Dumestre est davantage celle du raffinement, une musique fastueuse certes, mais où les dorures s'allègent, où les traits s'assouplissent, où le tempo se fait plus rapide et parfois plus dansant.

Le Te Deum de Jean-Baptiste Lully fut composé pour une occasion plus pacifique : le baptême en 1677 d'un des fils du compositeur, qui avait pour parrain et marraine le roi Louis XIV et son épouse la reine Marie-Thérèse.
Le roi qui aimait beaucoup cette œuvre voulu la réentendre plusieurs fois, notamment pour le mariage d'une de ses nièces et pour célébrer la guérison de sa fistule.
Si le Te Deum de Charpentier (comme celui de Lully) est brillant et fastueux, il réserve lui aussi des moments de grâce, de ferveur, dans un très bel équilibre entre toutes les parties.

Le Poème Harmonique et ses solistes (Amel Brahim Djelloul, Aurore Bucher, Reinoud Van Mechelen, Jeffrey Thompson et Benoît Arnould) sont pour l'occasion renforcés par la Capella Cracoviensis, ensemble vocal et instrumental polonais, spécialiste des musiques anciennes. Tous les musiciens font ici preuve d'une belle cohésion. Les chanteurs comme les instrumentistes ont réussi à marier harmonieusement leurs couleurs respectives pour ne former qu'un seul ensemble dont l'ampleur n'empêche pas la souplesse et le raffinement. (Frédérique. Fnac Montparnasse)



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Jean-Marie Leclair Sonates trio Ensemble Rosasolis   Lun 3 Mar 2014 - 13:04

Jean-Marie Leclair (1697-1764)
Sonates en trio oeuvre IV

Interprète: Ensemble RosaSolis
Guillaume Humbrecht, Marieke Bouche - violons
Jérôme Huille - violoncelle

CD (24 février 2014)
Nombre de disques: 1
Label: Musica Ficta
ASIN : B00H317NX6
EUR 17,99 (Amazon)


Biographie sommaire de l'auteur :


Jean-Marie Leclair l'aîné (1697-1764)
Musicien, compositeur, maître de ballet de la Chambre du Roi
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
Jean-Marie Leclair symbolise à lui seul l’école française de violon du XVIIIe siècle.
Né à Lyon en 1697, on le trouve mentionné sur les registres de l’Opéra à l’âge de 19 ans, où il se produit en tant que danseur. Sa maîtrise du violon devait toutefois le décider à explorer les voies de l’interprétation et de la composition musicale.

Ses premières sonates apparaissent dès 1721 ; il se fixe alors quelque temps à Paris. L’année suivante, il se rend à Turin où il dirige l’exécution de ballets représentés à la cour du Piémont. Il y devient l’élève du violoniste Somis, réputé dans toute l’Europe. Sa carrière ne débute vraiment qu’en 1728, alors qu’il revient à Paris pour se produire au Concert Spirituel. Son éducation n’est pourtant pas achevée ; Londres, Kassel (où il rencontre Locatelli), Amsterdam, constituent les étapes de ses voyages successifs.

Leclair atteint une certaine stabilité lorsque Louis XV le fait nommer Ordinaire de la Musique du roi en 1733. Ses compositions pour violon ne cessent de gagner en importance et en maturité ; sa renommée culmine dans les années 1730-1740, en dépit d’une querelle d’honneur qui l’éloigne de son rival Pierre Guignon, puis de la cour en 1737.
Peu de temps après, Leclair établit ses quartiers aux Pays-Bas où l’avait appelé la princesse d’Orange. Régulièrement, jusqu’en 1743, il se rendra à la Cour de Hollande.
De retour en France, après quelques mois passés à Chambéry et Lyon, il se fixe une nouvelle fois à Paris. Il entre en 1748 au service de son élève le duc de Gramont qui entretient un orchestre renommé. C’est dans ce cadre que Leclair fait représenter la plupart de ses ouvrages lyriques.

Jusqu’à sa mort, il demeurera fidèle à son protecteur et élève. La mort le surprendra au détour d’une rue parisienne en 1764, assassiné par un meurtrier resté anonyme. Outre ses sonates, trios et concertos, il composa en 1746 une superbe tragédie lyrique : Scylla et Glaucus, jouée à l’Académie royale de musique avec un succès légitime. Benoît Dratwicki - CMBV


"Le premier des François, Le Clair, à son génie / Sçut l’art d’asservir son archet.
"Du grand Rameau rival par l’harmonie, / Il est mâle, élégant, tendre & toujours parfait.
"Lui seul méritoit bien de rendre ses Ouvrages ; / L’amitié caressa ses mœurs :
"Il fut estimé par les Sages, / Admiré par les Connoisseurs."
Barnabé Framian de Rozoi, Lettre à M. de Place, auteur du Mercure, sur feu M. Le Clair, premier symphoniste du Roi.
Mercure de France (novembre 1764)


Les 6 sonates pour trio op.IV :

Leclair possède un talent singulier qui apparait très tôt dans sa produc­tion instrumentale et notamment dans l’opus 4.
Les mouvements lents de ce corpus témoignent d’un sens du contrepoint inédit dans la production française du temps, un sens de la longue phrase qui justifie son surnom de Bach français ou de «Corelli de la France».  Son quatrième livre de sonates qui paraît en 1743 à Paris, témoigne de la maturité du compositeur et de ses exigences techniques nouvelles.
Dans cet opus fourmillant de trouvailles formelles et de recherches de timbres Leclair est attentif à ne pas surcharger le langage de l’harmonie. Des fleurs françaises d’un coloris nouveau éclosent dans le jardin clas­sique de Corelli. B.W. Le disquaire.com


L'ensemble RosaSolis :

Guillaume Humbrecht, Marieke Bouche - violons
Jérôme Huille - violoncelle
Julie Blais - clavecin/orgue

Né d'une longue amitié, l'ensemble RosaSolis est fondé en 2003 par de jeunes musiciens diplômés des Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Paris et de Lyon. Souhaitant faire partager leur passion pour les musiques vocales et instrumentales des XVIIe et XVIIIe siècles, ils les abordent dans un véritable esprit "chambriste" : chacun des musiciens s'investit dans les choix artistiques et enrichit la personnalité du groupe. Très vite le succès est au rendez vous : l'ensemble est finaliste du concours international de musique de chambre de Bruges en août 2003.

Aujourd'hui, les musiciens de RosaSolis sont membres des plus prestigieux ensembles de musique ancienne européens, mènent une carrière de soliste, certains se consacrent en outre à la pédagogie. Cityvox


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Jardin Rameau Arts Florissants William Christie   Sam 29 Mar 2014 - 20:55

Le Jardin de Monsieur Rameau
Les Arts Florissants. William Christie



Les solistes du Jardin des Voix
Daniela Skorka, soprano
Emilie Renard, mezzo-soprano
Benedetta Mazzucato, mezzo-soprano
Zachary Wilder, ténor
Victor Sicard, baryton
Cyril Costanzo, basse

Les Arts Florissants. William Christie, direction

(25 mars 2014)
Nombre de disques: 1
Label: Les Arts Florissants Editions
ASIN : B00HSVEE6A
Prix : EUR 16,99 (Amazon)

Dans cet univers règnent les agréments de la danse et de la cantate de salon dont Nicolas Racot de Grandval est un singulier exemple. André Campra, dans L’Europe Galante, a ouvert le Siècle des lumières par un opéra ballet où chaque pays est prétexte à ariettes et blasons amoureux.
Antoine Dauvergne, veillant aux destinées de l’Académie Royale à la vieille de la Révolution, mélange le galant (La Vénitienne) et la grandeur tragique (Hercule mourant).
Cet héritage, issu de Lully, est vivace chez Michel Pignolet de Montéclair dont l’intense Jephté narre la souffrance d’un sacrifice lié à la fatalité de vœux inconsidérés.
Jean-Philippe Rameau, à côté des grandes pages lyriques de Dardanus, n’a cessé de capter l’hédonisme aristocratique de son époque. La Guirlande, Les Fêtes d’Hébé, Les Surprises de l’amour, Les Indes galantes : voici autant de titres où le chanteur doit nuancer la palette des sentiments afin de mieux nous émouvoir.

Venus de nations aussi diverses qu’Israël (Daniela Skorka, soprano), les États-Unis (Zachary Wilder, ténor), le Royaume-Uni (Emilie Renard, mezzo), L’Italie (Benedetta Mazzucato, mezzo-soprano) ou la France (Cyril Costanzo, baryton et Victor Sicard, basse), les nouvelles pousses du Jardin des Voix ont à cœur de nous faire visiter cette carte du Pays de Tendre...

Spectacle donné le 16 octobre 2013 à l'Opéra Royal de Versailles. ©Versailles Spectacles


Images tournées par Classiquenews.com au théâtre de Caen (répétition générale du 9 mars 2013)

Et sur le forum, présentation de L'année Rameau - au château de Versailles



Ecoutez l'album sur Deezer

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Joseph-Nicolas-Pancrace Royer Pyrrhus salle croisades   Lun 14 Avr 2014 - 9:05

Joseph-Nicolas-Pancrace Royer (1705-1755)
Pyrrhus




Chœur et Orchestre Les Enfants d’Apollon et Michael Greenberg à la direction.
Pyrrhus, roi d’Epire, fils d’Achille : Alain BUET (basse)
Acamas, prince du sang de Pyrrhus : Jeffrey THOMPSON (haute-contre)
Polyxène, fille de Priam, roi de Troie : Emmanuelle DE NEGRI (soprano)
Eriphile, princesse magicienne, fiancée de Pyrrhus : Guillemette LAURENS (mezzo-soprano)
Mars ; un des Euménides : Virgile ANCELY (basse)
Minerve : Edwige PARAT (soprano)
Jupiter : Christophe GAUTIER (basse)
Ismène, confidente de Polyxène ; Thétis : Nicolas DUBROVITCH (soprano)
L’Ombre d’Achille : Laurent COLLOBERT (basse)
Deux Euménides : Brian CUMMINGS (contre-ténor), Jean-Yves RAVOUX (taille)
Une Nymphe de Thétis : Sophie DECAUDEVEINE (soprano)
Le Grand Prêtre : Paul WILLENBROCK (basse)
Un des Soldats : Olivier FICHET (taille)
Une Troyenne : Solange AÑORGA (soprano)
Un Troyen : Bruno RENHOLD (haute-contre)

Enregistré les 14 et 16 septembre 2012 – Salle des Croisades, Château de Versailles.
2 cd Alpha 953.
Date de parution 02/2014
28€90 (Fnac)

Tragédie en cinq actes, représentée pour la première fois par l’Académie royale de musique le 26 octobre 1730. Livret de Fermelhuis.

Cette re-création mondiale, servie par une distribution de premier plan, met en lumière une oeuvre majeure du patrimoine opératique français. Pyrrhus de Royer (compositeur rendu célèbre par ses merveilleuses et virtuoses pièces pour clavecin), fut créé au début du règne de Louis XV. Cet opéra fait partie des vingt-et-une « tragédies lyriques » sur le thème de la guerre de Troie portées à la scène de l’Académie Royale de Musique entre 1687 et 1730.

Natif de Turin puis naturalisé français, Joseph-Nicolas-Pancrace Royer (1703-1755) est resté dans les mémoires et le répertoire pour ses œuvres pour clavecin, inspirées et brillantes.
Maître de musique des Enfants de France, et plus spécifiquement du Dauphin, il composa plusieurs ballets héroïques, mais il a surtout écrit comme première grande œuvre une tragédie lyrique, Pyrrhus, datée de 1730, créée à l'Académie Royale de Musique ( dont Royer deviendra plus tard directeur, après l'avoir été au Concert Spirituel).


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Marc Antoine Charpentier Chapelle royale Jordi Savall   Lun 14 Juil 2014 - 12:01

M.A. Charpentier
À la Chapelle Royale de Versailles


Interprètes : La Capella Reial de Catalunya, Le Concert des Nations, Jordi Savall.

Enregistrement réalisé en février 1989, octobre 2004 et mai 2013
dans l’Église Notre-Dame du Travail, la Chapelle Royale du Château de Versailles et à la Col·legiata
Formats disponibles : 2 SACD hybrid multichannel stereo + 1 DVD Stereo
Date de parution : 20/06/2014
Label: Alia Vox (21€ Fnac)


CD1 CANTICUM AD BEATAM VIRGINEM MARIAM
CD2 MISSA « ASSUMPTA EST MARIA » (H.11a), ca. 1698  
Missa sex vocibum cum simphonia
DVD MESSE ET MOTETS POUR LA VIERGE

Je voudrais commencer tout d’abord par citer avec gratitude les véritables instigateurs de ce beau projet que furent Philippe Beaussant et Vincent Berthier de Lioncourt, responsables, en ces années héroïques, de porter la « nouvelle musique baroque » à Versailles et d’instaurer les Premières Journées dédiées à l’œuvre des grands compositeurs de la musique française. En effet ce fût leur demande de préparer un programme autour de la musique religieuse de M. A. Charpentier, devant se donner à la Chapelle Royale du Château de Versailles, qui nous inspira pour réaliser ce nouveau projet.

Nous sommes alors en 1988, en ces années-là, la grande majorité de l’œuvre de M. A. Charpentier, restait encore seulement accessible à partir des sources originales, ce pourquoi nous devions travailler sur les  microfilms de l’œuvre complète, que l’on trouve dans les vingt-huit volumes manuscrits connus sous le nom de « Meslanges ». Ceci me permit d’étudier et sélectionner les œuvres du programme, à partir des textes originaux, grâce à la visualisation des pages manuscrites sur l’écran de notre projecteur de microfilms. Je fus tout de suite ébloui par la beauté, la modernité, l’expression et la richesse de la production de Charpentier et ensemble avec Montserrat nous avons commencé à réfléchir sur la meilleure équipe de chanteurs et de musiciens que nous pourrions réunir pour aborder ce nouveau et fascinant répertoire. C’étaient déjà les derniers jours d’un printemps assez chaud, quand nous commencions à répéter le programme Canticum ad Beatam Virginem Mariam de M. A. Charpentier, dans notre maison de campagne à Begues (petit village de Catalogne à 700 mètres en hauteur au dessus de Sitges).

Quinze ans plus tard, en octobre 2004, une nouvelle occasion s’est présentée, pour donner un programme similaire, toujours à la Chapelle Royale, auquel s’ajoutait la grande Missa Assumpta est Maria, mais cette fois-ci interprété par les chanteurs de La Capella Reial et les instruments du Concert des Nations. Aujourd’hui nous sommes très heureux de pouvoir éditer sur Alia Vox, le Canticum ad Beatam Virginem Mariam de M. A. Charpentier en version SACD, premier enregistrement de l’ensemble Le Concert des Nations, pour célébrer les 25 ans de sa fondation par Montserrat Figueras et moi même en 1989. Cette réédition s’accompagne d’un DVD de l’enregistrement du concert réalisé le 9 octobre 2004 à la Chapelle Royale de Versailles, et d’un deuxième SACD contenant l’enregistrement de la Missa Assumpta est Maria, réalisé en direct durant le concert à la Chapelle Royale de Versailles en 2004, de l’interlude instrumental Nuit extrait de la Pastorale In nativitatem Domini canticum et du nouvel enregistrement du Concert pour quatre parties de Violes réalisé à la Collégiale de Cardona le 7 mai 2013.

C’est pour nous aussi une façon de rendre hommage, à l’occasion des 310 ans de sa mort, à l’un des plus grands musiciens de sa génération; n’oublions pas que ce fut lui qui, comme Purcell en Angleterre, assura la transition entre la modalité et la tonalité et enrichit ses œuvres d’émouvants chromatismes, de fausses relations et de dissonances provenant le plus souvent de ces mêmes conflits entre tonalité et modalité. C’est ainsi que le génie de Charpentier se manifeste toujours avec une grande évidence et éloquence grâce, de plus, à la manière si personnelle qu’il a d’intégrer certaines influences transalpines dans la tradition française. Sa profonde spiritualité et la somme de tout ceci, fait que sa musique devient l’exemple idéal des « goûts réunis ».  

JORDI SAVALL
Séoul, 29 avril 2014
© Alia Vox


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13147
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: verdier assomption vierge chapelle grand trianon 1688   Lun 14 Juil 2014 - 20:09

M.A. Charpentier
À la Chapelle Royale de Versailles
(suite)
Pour l'anecdote :



L'Assomption de la Vierge de François Verdier (1652-1730)
commandé par Louis XIV pour la chapelle du grand Trianon en 1688

(c) Photos RMN

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Amadis Lully Talens Lyriques Christophe Rousset 2014   Sam 27 Sep 2014 - 11:15

Amadis
Jean-Baptiste Lully


Les Talens Lyriques
Christophe Rousset

Cyril Auvity, Judith Van Wanroij, Ingrid Perruche, Edwin Crossley-Mercer, Benoit Arnould, Bénédicte Tauran, Hasnaa Bennani, Pierrick Boisseau, Reinoud Van Mechelen, Caroline Weynants, Virginie Thomas
Choeur de chambre de Namur


CD (23 septembre 2014)
Nombre de disques: 3
Label: Aparte
ASIN : B00M4CA8V8
29€ Fnac

Après Roland, Persée, Bellérophon, et tout dernièrement Phaéton, Christophe Rousset continue avec Amadis à faire renaître les tragédies lullistes du Grand siècle.

La partition est l'une des plus abouties que nous ait laissées Lully, un chef d'oeuvre du patrimoine français. Tous les ingrédients de la tragédie lyrique s'y trouvent non seulement équilibrés de façon magnifique, mais aussi extrêmement aboutis, quasiment sublimés. Ainsi le sujet choisi par Louis XIV en personne, qui délaisse la thématique des antiquités gréco-romaines pour un livret tiré de la célèbre fresque médiévale d'Amadis de Gaule de Montalvo, est une nouveauté absolue dans le répertoire français.

Nouveauté aussi, le prologue est en rapport direct avec l'action. Quant aux pages « symphoniques » soutenues par le duo timbales-trompettes, elles méritent toute l'attention, notamment la chaconne finale, la plus belle de l'opéra français, s'il en est une qu'il faudrait retenir entre toutes. Les airs chargés de sentiments, le fameux « Bois épais », « Tu me trahis malheureux », « Il m'appelle » oscillent constamment entre courage héroïque et tristesse amoureuse. L'oeuvre créée en 1684 à Paris resta à l'affiche à Paris comme en province jusqu'en 1772.


Enregistré à l’Opéra royal de Versailles les 4-5-6 juillet 2013.


Captation à l'Opéra Royal de Versailles le 5 juillet 2013

PS : La création était programmée pour le Carnaval de 1684, à Versailles. Le décès de la Reine Marie-Thérèse (30 juillet 1683) l'empêcha. Le Roi accepta que la première représentation eut lieu à l'Académie royale, le 18 janvier 1684.


Une représentation eut lieu à Versailles devant Louis XIV, le 5 mars 1685, au théâtre monté dans le manège de la Grande Ecurie du Roi.




Bérain/ Frontispice du ballet d'Amadis

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Rameau Niquet Concert Spirituel Fêtes Hymen Amour   Mer 1 Oct 2014 - 0:21

Les Fêtes de l'Hymen et de l'Amour
Jean-Philippe Rameau





Choeur et orchestre du Concert Spirituel
Dir. Hervé Niquet

Orthésie / Orie : Chantal Santon-Jeffery, dessus
L'Amour / Memphis / une Egyptienne : Carolyn Sampson, dessus
L'Hymen / une Egyptienne / une Bergère égyptienne : Blandine Staskiewiez, bas-dessus
Mirrine : Jennifer Borghi, bas-dessus
Un Plaisir / Agéris / Aruéris : Mathias Vidal, haute-contre
Osiris / un Berger égyptien : Reinoud Van Mechelen, haute-contre
Canope / un Egyptien : Tassis Christoyannis, basse-taille
Le Grand-Prêtre / un Egyptien : Alain Buet, basse-taille

Livre-disque. Contient 2 CD.
Editeur : Glossa
Date de parution : septembre 2014
23€ Fnac
Enregistré à l’Opéra royal de Versailles en février 2014


Le Concert Spirituel et son directeur Hervé Niquet
(Versailles Spectacles)

A l’occasion du 250ème anniversaire de sa disparition, le compositeur est célébré au fil des mois par de nombreux concerts, conférences et expositions. Voir notamment : 2014 L'année Rameau - au château de Versailles

Le 13 février dernier, le Concert Spirituel nous a offert la recréation mondiale des Fêtes de l’Hymen et de l’Amour, l'un des derniers inédits de Rameau, repris à l’Opéra de Paris jusque dans les années 1780.

Cet opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau sur un livret de Louis de Cahusac est composé de trois entrées (Osiris ou les Amazones, Canope, et Arueris ou les Isies) destinées, à l'origine, à paraitre sous le titre Les Dieux d'Egypte.

Rameau y ajouta des intermèdes et un prologue de circonstance, célébrant la réconciliation des divinités matrimoniales Hymen et Amour, pour la représentation donnée en l'honneur du second mariage du Dauphin, dans la salle du Manège de la Grande Écurie du Roi à Versailles, le 15 mars 1747.

L'organisation des fêtes de ce mariage fut confiée au duc de Gesvres, Premier gentilhomme de la Chambre du roi. (Mercure)
L'Année Galante fit l'ouverture; les Fêtes de l'Hymen et de l'Amour furent choisies pour en faire la clôture. (...)

On apprécia les machines nouvelles, et notamment les cataractes du Nil et le débordement de ce fleuve. Le vol rapide et surprenant du dieu qui partait du haut des cataractes, et se précipitait au milieu des flots irrités en maître suprême de tous ces torrents réunis pour servir sa colère, excita la surprise, et mérita le suffrage de l'assemblée la plus nombreuse et la plus auguste de l'univers.


L’œuvre exige en effet un effectif choral et orchestral impressionnant, notamment un double chœur pour la scène extraordinaire du débordement du Nil.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Clérambault Miserere Couperin Leçons ténèbres    Mer 12 Nov 2014 - 10:44

Louis-Nicolas Clérambault : Miserere
François Couperin : Leçons de ténèbres



Orchestre: Le Poème Harmonique
Chef d'orchestre: Vincent Dumestre
CD (4 novembre 2014)
Nombre de disques: 1
Format : CD
Label: Alpha
ASIN : B00O1CORX
EUR 16,99 (Fnac)

Avec la participation de : Claire Lefilliâtre, Isabelle Druet, Hasnaa Bennani

Il apparaissait naturel que Le Poème Harmonique, qui a déjà enregistré certaines des plus grandes pages du répertoire sacré du 17ème siècle français, contribue à la Collection Versailles d’Alpha en donnant sa vision des Leçons de Ténèbres de François Couperin. Il y adjoint une oeuvre aussi magistrale qu’oubliée : le Miserere de Louis-Nicolas Clérambault.

Les Leçons de Ténèbres ont été écrites par François Couperin pour les liturgies de la semaine sainte de 1714, à l’abbaye de Longchamp. Elles reprennent le texte des Lamentations de Jérémie, issu de l’Ancien Testament où le prophète déplore la destruction de Jérusalem par les Babyloniens. Dans la tradition catholique, elles symbolisent la solitude du Christ abandonné par ses apôtres.

Isabelle Druet (en photo), Hasnaa Bennani, Claire Lefilliâtre et Vincent Dumestre nous livrent une interprétation où l’affect est bien sûr au service d’une rhétorique propre à cette époque et à ce répertoire, mais laisse toute sa place à la beauté lyrique de ces oeuvres.



Enregistrement réalisé du 17 au 20 novembre 2013, à la chapelle royale du château de Versailles.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Caravane Caire André-Modeste Grétry   Dim 23 Nov 2014 - 21:47




En couverture :
Portrait en pied de Mehemet Saïd Pacha, bey de Roumélie
Ambassadeur extraordinaire du Sultan ottoman Mahmoud Ier à Versailles le 11 janvier 1742
par Joseph Aved (1702-1766)
Conservé au château de versailles
Voir Collection de Louis XV à Choisy


La Caravane du Caire
André-Modeste Grétry



Les Agrémens. Choeur de Chambre de Namur
sous la direction de Guy van Waas

Avec : Katia Velletaz, Cyrille Dubois, Tassis Christoyannis, Julien Véronèse, Reinoud Van Mechelen, Alain Buet, Jennifer Borghi, Chantal Santon, Caroline Weynants, Julie Calbète, Philippe Favette et Anicet Castel


Livre-disque Contient 2 CD. (octobre 2014)
Label: Ricercar
Prix : 23,00 € (site du CMBV)

La Caravane du Caire d'André Modeste Grétry (1741-1813) est sans doute l’une de ses comédies lyriques les plus célèbres.
Opéra ballet en trois actes sur un livret de Chedeville* (en collaboration avec le Comte de Provence), il fut créé à Fontainebleau devant Louis XVI et Marie-Antoinette le 30 octobre 1783, puis représenté sur le théâtre de l'Académie royale de musique le 12 janvier 1784. Il sera donnée 501 fois jusqu’en 1829 !  

Au milieu des années 1780, fort de ses succès dans le domaine de l’opéra comique, Grétry fut appelé par l’opéra pour en renouveler le style et les genres. Il inventa un nouveau spectacle, la comédie lyrique, véritable ancêtre de la comédie musicale. La Caravane du Caire en fixe définitivement le modèle et fit fureur, tant la veine comique, le cachet exotique et l’efficacité musicale s’y révélèrent irrésistibles.

L’intrigue quant à elle est des plus classiques : un jeune premier,  Saint-Phar, est séparé de son aimée, la belle Zélime. Vendue comme esclave à un Pacha, elle finira par être délivrée du sérail par son bien-aimé.
Touchant à l'orientalisme en vogue et aux turqueries en particulier, le choix de l’Égypte était ici le prétexte du déploiement de tous les fastes que l’Opéra pouvait offrir, des costumes jusqu’aux décors...


La caravane du Caire: pl. de costumes par Jean-Simon Berthélémy (1790)

*Etienne Morel de Chedeville (1747-1814), auteur dramatique lyrique, fut au service du Comte d'Artois, puis à celui du Comte de Provence en qualité d'intendant des Menus Plaisirs et des affaires de la Chambre, ou de secrétaire du conseil et des finances.


Production Centre de musique baroque de Versailles.
Enregistrement effectué en octobre 2013 au Théâtre Royal de Liège, et à l’Opéra Royal de Versailles.





_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Rois Versailles Oeuvres pour Luth Pinel Visée Miguel Yisrael   Dim 4 Jan 2015 - 13:31

Les Rois de Versailles- Oeuvres pour Luth
Germain Pinel, Robert de Visée

Miguel Yisrael



Interprète: Miguel Yisrael
Compositeurs : Germain Pinel (Suite en fa, Suite en ré min, Suite en sol min)
Robert de Visée (Suite en la min, Suite en ré min)
CD (janvier 2015)
Nombre de disques: 1
Label: Brilliant Classics


Miguel Yisrael, disciple d’Hopkinson Smith, est aujourd’hui le jeune luthiste le plus doué de sa génération, un tempérament rare qui défend, seul, la noblesse et l’élégance inégalables du luth, le roi des instruments (ou l’instrument du Roi, en particulier Louis XIII). Couronné « prince du luth » par la Rédaction de classiquenews, entre autres pour son dernier album dédié aux compositeurs autrichiens baroques et précisément à l’école viennoise,  – Austria, 1676 : Wolff Jacob Lauffensteiner (1676-1754), Johann Georg Weichenberger (1676-1740): Partitas-, Miguel Yisrael fait paraître un nouvel opus très prometteur qui met en lumière deux compositeurs renommés à l’époque de Louis XIII et de Louis XIV : Germain Pinel (circa 1600-1664) et De Visée (circa 1650-après 1732).

Aboutissement d’un long travail de recherche sur l’instrument à la Cour de France, sur son statut privilégié au sein de l’élite politique française, le programme ainsi abordé gagne de nombreux éclaircissements qui soulignent l’irrésistible ascension du luth à l’époque de Louis XIII qui en jouait dès 3 ans, l’impose à sa Cour, lui consacre des cycles de « concerts » privés devant une assemblée choisie d’amateurs et de praticiens comme lui. Louis XIII joue du luth ; Louis XIV danse… la formule est certes un raccourci mais elle indique clairement le caractère saturnien, mélancolique, infiniment rêveur du père du Roi-Soleil dont on sous-estime la profondeur et la personnalité complexe…

Si Louis XIV qui en joue de 9 à 18 ans (grâce à son professeur, Germain Pinel), délaisse le luth pour la guitare (sous l’influence de sa mère espagnole), jamais le Roi Soleil n’oubliera le goût de son père, figure inégalée et référence du style monarchique : c’est Louis XIII qui invente le mythe de Versailles : un lieu où il aimait se retrouver seul et que son fils prit soin de magnifier à sa mesure.

Avant l’artifice solennel des ornements du “grand Versailles “, celui de Louis XIV, Miguel Yisrael dévoile un pan oublié du goût français classique, celui du premier XVIIème, où Louis XIII favorise avec son luth, un art premier dont le raffinement était perdu.  classiquenews.





Extrait des notes d'accompagnement du CD : Les Rois de Versailles, par Miguel Yisrael et Jean-Daniel Forget (ici)

(...) Le Château de Versailles était pour Louis XIII un lieu de refuge pour fuir la cour et se consacrer à ses deux passions : la chasse et la musique. Louis XIII était lui-même musicien et un joueur de luth accompli ; il « donnait parfois des concerts, mais dans la stricte intimité : il n’y admit que de bons musiciens et ne voulut point de femmes, car il les trouvait trop bavardes et trop peu attentives. Outre des professionnels, les vingt quatre violons de la Chambre, M. de Mortemar et M. de Schomberg, excellents joueurs de luth, en faisait partie ». (Emile Roca, Le règne de Richelieu)
Que Louis XIII ait fait venir à Versailles certains des meilleurs musiciens français, parmi lesquelles des luthistes, nous semble donc aujourd’hui une évidence historique. (...)



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Fêtes de Polymnie Jean-Philippe Rameau CMBV   Dim 15 Fév 2015 - 13:16

Jean-Philippe Rameau
Les Fêtes de Polymnie


Interprètes: Véronique Gens, Emöke Baráth, Aurélia Legay, Mathias Vidal, Thomas Dolié, et Domonkos Blazsó.
Orchestre: Orfeo Orchestra
Chef d'orchestre: György Vashegyi

CD (27 janvier 2015)
Nombre de disques: 2
Label: Note 1 Music Gmbh
ASIN : B00PKLTFOG
EUR 25,50


L’opéra-ballet héroïque Les Fêtes de Polymnie, coproduction entre le Centre de musique baroque de Versailles, le Palais des arts de Budapest et le Festival de Printemps de Budapest, n’avait pas été donné dans son entier depuis le XVIIIème siècle.

C’est sur l’initiative du chef d’orchestre György Vashegyi que la pièce a été rejouée en 2014 (année Rameau), devant le public. On retrouve dans cette interprétation plusieurs chanteurs français et hongrois, notamment Véronique Gens, figure emblématique du répertoire baroque, ainsi que Emöke Barath, soprano récompensée à de nombreuses reprises.

Créées à Versailles en 1745 au cours des festivités du premier mariage du Dauphin, Les Fêtes de Polymnie rendent hommage à la fécondité et la qualité des arts sous le règne du « Bien-Aimé ». Rameau y célèbre donc son propre talent et s’emploie, dès les premières mesures de l’ouverture, à rappeler que sa science est sans limite.
Ce ballet héroïque fait partie des ouvrages de la pleine maturité du maître, à l’heure où le roi le nommait compositeur officiel de la Cour. (Site de l’année Rameau 2014)

Rappelons que 1745 fut une année faste pour Rameau, puisqu'il produisit également Platée, Le Temple de la Gloire et La Princesse de Navarre ...



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Ensemble Pygmalion Castor & Pollux Jean-Philippe Rameau   Lun 4 Mai 2015 - 10:23

Jean-Philippe Rameau
Castor et Pollux




Interprètes :  Raphaël Pichon, Virgile Ancely, Christian Immler, Philippe Talbot, Sabine Devieilhe, Clémentine Margaine, Emmanuelle de Negri, Colin Ainsworth, Florian Sempey

Orchestre
: Ensemble Pygmalion


CD (5 mai 2015)
Nombre de disques: 2
Format : CD
Label: harmonia mundi France
ASIN : B00TGKEF42
Prix : EUR 20,00


Opéra de toutes les dualités, Castor & Pollux l’est jusque dans l’histoire de sa création. Composé en 1737 pour répondre à une commande de Louis XIV, dans la tradition du rituel musical inventé par Lully, il connaît sa véritable postérité dans une seconde version donnée en 1754. Il devient alors le modèle du style français face au style italien. Baroque, cette oeuvre de Rameau l’est comme un manifeste en se plaçant de manière remarquable au point d’équilibre entre le monde du théâtre lyrique et le lyrisme d’un nouveau théâtre du monde.

Dans cette histoire mythologique où les hommes côtoient les dieux, Rameau ausculte un argument universel, celui de la mécanique implacable des passions, et signe une tragédie lyrique où amour et devoir s’affrontent à l’envi.

Le livret relate le sacrifice de Castor, qui renonce à son immortalité pour sauver des enfers son frère Pollux. Mais l’immortalité d’un seul se meut en éternité pour les deux frères, élevés au rang de constellation des Gémeaux dans le ballet des étoiles et des planètes, magnifié par de brillantes
orchestrations. (Propos d'avant-concert)



La qualité de "ramiste" a été institutionnalisée pour Raphaël Pichon en 2014, année de la célébration du deux-cent-cinquantième anniversaire de la mort du compositeur, avec les innombrables invitations qui lui furent adressées pour un  dont cet enregistrement est un écho.

La majorité des musicologues se prononcent en faveur de la supériorité cette deuxième version réalisée par Rameau en 1754, dix-sept ans après la première. La découverte en 2013 d’un manuscrit de 1753 – où, dans quelles conditions, le livret trilingue (français, anglais, allemand) ne le dit pas – présente pour Raphaël Pichon l’intérêt de précisions inédites relatives à l’instrumentation qui contribuent à une approche toujours plus exacte de la musique de Rameau. (Maurice Salles)


Castor et Pollux fut représenté au château de Versailles (dans sa version de 1754) le 9 juin 1770, à l'occasion des festivités marquant le Mariage du dauphin Louis Auguste avec l’archiduchesse Marie Antoinette d'Autriche.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Les Musiques du Roi Soleil Charpentier Lully île enchantée   Lun 1 Juin 2015 - 10:01



Les Musiques du Roi Soleil

Charpentier, Lully, Du Mont...

Le Poème Harmonique, Capella Cracoviensis. Vincent Dumestre
Ensemble Pierre Robert. Frédéric Desenclos
Capriccio Stravagante. Skip Sempé

A l’occasion du tricentenaire de la mort du Roi Soleil, Alpha Classics, fort d’un riche catalogue d’enregistrements baroques de référence et d’une collection en partenariat avec le Château de Versailles, célèbre un règne tout en musique.

Plus que tout autre souverain de son temps, Louis XIV (1638-1715) a aimé les arts et les a portés à un développement exceptionnel. Toutes les disciplines firent l’objet de l’attention royale, tant par les moyens considérables que le monarque leur consacra que par la structuration de chacun des « Beaux Arts » en académie. Le résultat fut une fantastique moisson de chefs-d’œuvre, une période unique de travail commun entre la plupart des disciplines sur des projets phares et un retentissement international sans précédent.

Nombre de disques: 3
Label: Alpha
ASIN : B00X6MOA96
Prix : EUR 19,99
Juin 2015



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Tancrède André Campra Temps Présents Schneebeli   Ven 5 Juin 2015 - 10:22



Tancrède
André Campra

Orchestre Les Temps Présents (Interprète)
Olivier Schneebeli (Chef d'orchestre)

CD album. 3 Volumes
Paru le 2 juin 2015
à partir de 27,99€
Enregistrement pris sur le vif à l’Opéra royal de Versailles, les 6 et 7 mai 2014.

En mai 2014, le Centre de musique baroque de Versailles rendait hommage au génie lyrique de Campra en abordant sous la direction d’Olivier Schneebeli, Tancrède, créé en 1702.
Le spectacle présenté à l’Opéra royal de Versailles réalisait l’ouvrage dans sa révision de 1729.

C’est un drame noir qui privilégie les tessitures graves, qui s’appuie sur le théâtre de Racine et de Corneille, ciselant la fluidité expressionniste de sublimes récitatifs (parmi les plus aboutis de l’opéra français d’avant Rameau).

En contrepoint de la passion maudite qui déchire le cœur de Tancrède et de Clorinde, Campra déploie déjà avant Rameau, l’art des ballets et des divertissements associant danseurs et choristes qui exaltent en une décontraction feinte, la passion amoureuse et guerrière des deux protagonistes.

Entretiens avec Olivier Schneebeli, Isabelle Druet (Clorinde), Vincent Tavernier (mise en scène).
Reportage exclusif Classicnews © 2014.


PS. Rappelons que Tancrède est un opéra en un prologue et 5 actes, sur un livret d'Antoine Danchet, d'après La Jérusalem délivrée du Tasse (1575), créé à l'Académie royale de musique le 7 novembre 1702.

Il fut représenté plusieurs fois à Versailles, aux Concerts de la Reine (en 1729, 1738 et 1740), ainsi qu'au Théâtre des Petits-Appartements monté dans le Grand Escalier des Ambassadeurs (les 10 et 17 décembre 1748) où la marquise de Pompadour y tenait le rôle d'Herminie.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Jean-Philippe Rameau Zaïs Rousset Talens Lyriques   Lun 31 Aoû 2015 - 10:03



Jean-Philippe Rameau
Zaïs
Pastorale héroïque sur un livret de Louis de Cahusac

Les Talens Lyriques
Christophe Rousset, clavecin & direction
Chœur de Chambre de Namur

Solistes
Julian Prégardien, Sandrine Piau, Aimery Lefèvre, Benoît Arnould, Amel Brahim-Djelloul, Hasnaa Bennani, Zachazy Wilder


Livre disque 3 cd édition limitée & Digital HD
Label: Little Tribeca / Aparte
septembre 2015
EUR 22,99



Enregistré par Little Tribeca à l’Opéra royal du Château de Versailles du 16 au 18 novembre 2014
Reportage vidéo


En 1745, le roi accorde à Jean-Philippe Rameau la charge de « Compositeur de la musique du Cabinet », charge assortie d’une pension. Cette nouvelle période sera celle de productions au caractère plus léger, en collaboration avec le librettiste Louis de Cahusac, comptant parmi les immenses chefs-d’œuvre du musicien bourguignon.

Zaïs, représentée en 1748 sur la scène de l’Académie Royale de Musique, est de celles-ci. Ce ballet héroïque offre à la musique française l’une de ses plus belles pages, tant vocales qu’instrumentales ; l’œuvre entière est à l’image de sa célèbre ouverture organisant le Chaos, surprenant par des effets de timbres théâtraux et l’audace de l’écriture. Si l’intrigue est des plus ténues – un amant (Zaïs) éprouvant sa bien-aimée (Zélidie) pour mieux la chérir –, elle est prétexte à d’innombrables divertissements et danses, dont la féérie sonne aux oreilles comme un véritable enchantement.

Christophe Rousset, quarante ans après Gustav Leonhardt, ouvre à son tour cette partition de Rameau, dans la continuité de ses enregistrements, concerts et écrits sur le compositeur qui le posent comme un de ses meilleurs défenseurs.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Les Menus Plaisirs de Louis XIIII quatorze Harmonia Mundi   Dim 27 Sep 2015 - 12:53


Compositeurs : André Campra, André Danican Philidor Dit l'Ainé, Denis Gautier, Ennemond Dit le Vieux Gaultier Gaultier, François Couperin ...
Interprètes : Les Arts Florissants
Véronique Gens, René Jacobs, Gilles Ragon, Konrad Junghänel, London Oboe Band, Paul Goodwin, Les Arts Florissants, William Christie, Chapelle Royale, Philippe Herreweghe, Simphonie du Marais, Hugo Reyne

CD (22 septembre 2015)
Nombre de disques: 10
Label: Harmonia Mundi France
ASIN : B010GJTX2K
EUR 29,99 Fnac

La bibliothèque sonore du Roi Soleil !


1715 voit la commémoration du tricentenaire de la mort du Roi Soleil ; au-delà du personnage autocratique qui a plongé son pays dans la famine au gré de  ses batailles, Louis XIV c’est aussi un système artistique  développé tout au long d’un règne de soixante ans !

À l’heure où Versailles devient Versailles, la musique va pleinement participer de sa royale ascension, minutieusement disposée autour de lui, de sa cour, de ses envies et de ses chasses.
De l’essor du “jeune Louis” aux fastes versaillaises, en passant par le chapelet musical d’une journée ordinaire à Versailles,  les artistes harmonia mundi ont dressé la table ; le repas sera… royal.

Programme détaillé
: http://www.harmoniamundi.com/pdf/Album.php?lang=fr&id=2118


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Symphonies Soupers Michel-Richard Delalande Harmonia Mundi   Dim 27 Sep 2015 - 13:13



Réédition attendue des :

Symphonies pour les Soupers du Roy
de Michel-Richard Delalande

Interprète: La Simphonie du Marais.
Direction : Hugo Reyne

CD (14 septembre 2015)
Nombre de disques: 4
Label: Harmonia Mundi France
ASIN : B00YT9IRDU
EUR 12,99 Fnac

Avec le premier enregistrement intégral des légendaires Symphonies pour les Soupers du Roy, Hugo Reyne signait en 1990 un enregistrement aussi varié que complet qui fait encore référence 300 ans après la mort de Louis XIV et 25 ans après cette belle performance…

Programme détaillé (et pistes) : http://www.harmoniamundi.com/#!/albums/2112

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Le Concert Royal de la Nuit ballet Harmonia Mundi   Dim 27 Sep 2015 - 13:38



Le Concert Royal de la Nuit

Ensemble Correspondances
Direction : Sébastien Daucé  


CD (8 septembre 2015)
Nombre de disques: 2
Label: Harmonia Mundi France
ASIN : B00YQJW8F6
EUR 22,99

Fin février 1653, au lendemain de la Fronde, est créé au Louvre le spectacle le plus marquant du début du règne de Louis XIV, le Ballet Royal de la Nuit. Grandiose, et soigneusement élaboré au plus haut niveau de l’État, le livret de Bensérade fit appel aux meilleurs artistes de son temps. Chassant les troubles de la nuit, le jeune Louis XIV y dansa dans l’habit solaire qui sera le sien pour l’éternité. Inédit et incontournable !

Programme détaillé : http://www.harmoniamundi.com/pdf/Album.php?lang=fr&id=2117

sujet connexe : Le “Ballet royal de la nuit”



***



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Monsieur de Marigny
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1585
Age : 99
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Le Concert Royal de la Nuit ballet Harmonia Mundi   Dim 27 Sep 2015 - 22:39

Livre CD et musiques absolument magnifiques. Je recommande !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveaux CD. Parutions récentes ou annoncées.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Actualités - colloque et parutions - Histoire
» les Nouveaux Robinsons (RP)
» Etudes scientifiques actuelles et récentes
» nouveaux cantiques
» Dotation horaire élève/prof dans les nouveaux programmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, ressources en ligne :: Musique de Cour-
Sauter vers: