Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le goût de Marie-Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
choisy
Vicomtesse, Vicomte


Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: Le goût de Marie-Antoinette   Mer 10 Jan 2007 - 11:06

Bonjour à tous,

En postant une information sur le forum consacré au château de Fontainebleau indiquant la sortie d'un petit livre sur le boudoir de Marie-Antoinette (15€), cela m'amène à dire que plus qu'à Versailles, c'est à Fontainebleau ou à Compiègne que l'on peut retrouver le goût de la Reine à la fin de son règne dans la décoration de ses appartements. Le boudoir de Fontainebleau par exemple est d'une somptuosité inouÏe et j'ose dire encore plus "royal" et "à la mode" que son Cabinet intérieur de Versailles. Quant à Compiègne sa décoration n'a rien à voir avec ce que l'on peut retrouver à Versailles (idem pour la chambre du Roi)

J'ai toujours pensé que les souverains avaient en définitive fait entreprendre le minimum à Versailles à cause du fameux projet de reconstruction, toujours repoussé. Par contre le Comte d'artois pouvait se permettre de créer deux cabinets turcs dont on imagine très bien la magnificence avec les reliques qui nous sont parvenues (boiseries, meubles) puisque son appartement de l'aile du midi n'aurait pas été touché par cette reconstruction. Etes-vous d'accord avec mes petites suppositions ?

Bonne journée à tous !
Revenir en haut Aller en bas
André
Duchesse, Duc à brevet


Nombre de messages : 521
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Le goût de Marie-Antoinette   Jeu 11 Jan 2007 - 1:51

Oui, je suis assez d'accord avec vous mais seulement en ce qui concerne les décors et encore pour la première partie du règne de Louis XVI et Marie-Antoinette.

Il est clair qu'à Versailles, en raison du "grand dessein" dès le milieu du règne de louis XV, tout ce qui est entrepris dans les cabinets royaux est du bricolage, du très beau et très luxueux bricolage mais du bricolage tout de même : entresolement à tous les étages dans les trois sens (hauteur, largeur, profondeur), on remploie des boiseries d'une pièce à l'autre, on recycle des tentures d'un étage à l'autre, on conserve dans les antichambres des lustres à lacé d'époque Louis XIV, on utilise des meubles récupérés dans d'autres salles (sièges dans les cabinets de Louis XV à la fin de sa vie), d'autres appartements réaffectés (commodes de ses filles comme celle de Madame Louise), etc.

Cependant il n'en allait pas de même pour le mobilier d'ébénisterie.
Les créations de Riesener pour Louis XVI (commode de la chambre) pour Marie-Antoinette (mobilier de laque du cabinet doré), le serre-bijoux de la reine, le bureau à cylindre à jeux d'orgue du roi, etc. sont tout aussi luxueux (si ce n'est plus encore) et du dernier goût à leur date de livraison que les belles commodes de Compiègne ou le mobiier de nacre de la reine à Fontainebleau.

Concernant les décors de la seconde moitié du règne (singulièrement après la naissance du Dauphin chez la reine) force est de constater que les boiseries nouvellement créées sont du plus grand luxe : la sculpture revenait plus cher que la peinture d'arabesque : méridienne, cabinet doré, salle de bain et chambre du rez-de-chaussée, bibliothèque de Louis XVI dès son avènement, garde-robe juste avant la Révolution ...
Si Compiègne nous parait si moderne, méfions-nous de notre regard d'Homme du XXIe siècle : la quasi-absence de dorure n'est pas l'effet d'une modernité supposée ou du goût personnel des souverains ni de celui de leurs contemporains, c'est le produit de mesures d'économie.
Il faut y voir en effet plutôt la conséquence du déficit (déjà) abyssal de l'Etat avant la Révolution. Comment expliquer autrement que ni le roi, ni la reine n'ont vu cette demeure enfin meublée et n'y ont plus mis les pieds après 1786 pour le roi et 1783 pour la reine alors que les travaux de reconstruction et de décor du château venaient enfin de s'achever ? Et d'ailleurs le remeublement se prolongera jusqu'en 1792 ! De fait, ils n'ont jamais vu une grande partie des meubles ou des décors achevés pour eux à Compiègne, ils n'ont pas pu ni les aimer, ni les critiquer.

Les travaux d'architecture entrepris sous Louis XV à Compiègne ou de décoration sous Louis XVI à Fontainebleau (salon des jeux, chambre et boudoir de la reine) s'expliqued'abord par le fait que ces deux maisons étaient très vieilles (antiques ou gothiques auait-on dit à l'époque) : Fontainebleau à l'exception d'une aile et d'un pavillon datait essentiellement de la Renaissance et surtout d'Henri IV, Compiègne du moyen-âge ou du 17e siècle !
Versailles était alors, bien qu'inachevé ou imparfait côté cour, plutôt récent ...

Donc en guise de conclusion, Compiègne n'était certainement pas ni plus "royal", ni plus "à la mode" que Versailles.
Fontainebleau fut très luxueux pour Marie-Antoinette mais sur le tard, et ne reflètait probablement pas plus ni moins le goût des souverains que Versailles, Trianon ou Saint-Cloud !
Enfin Louis XVI était très attaché à Versailles qui l'avait vu naître, il s'y sentait réellement et comme viscéralement dans sa véritable maison de famille, ce qu'elle était en effet.
Revenir en haut Aller en bas
choisy
Vicomtesse, Vicomte


Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 25/01/2006

MessageSujet: le goût de Marie-Antoinette   Jeu 11 Jan 2007 - 10:56

Cher André,

Merci d'avoir donner votre sentiment sur mes suppositions. J'approuve vos conclusions et je crois qu'effectivement, ce sont avant tout les finances qui influèrent sur les travaux ou les projets. On le sent très bien dès la fin des années 1760, suite sans doute à la coûteuse et inutiile Guerre de Sept ans. Sans doute également que Versailles, "maison de famille" comme vous le dites, avait un petit côté "intouchable", tout du moins en ce qui concerne les grands appartements. On se souvient de l'anecdote interdisant à la Dauphine le remplacement du plafond de sa chambre par un simple plafond blanc...
Et pour finir, on a du mal effectivement à s'imaginer le luxe des cabinets, sauf peut-être pour le cabinet intérieur de la Reine, véritable caverne d'Ali Baba ! (si je peux oser m'exprimer ainsi !)
Bonne journée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le goût de Marie-Antoinette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le goût de Marie-Antoinette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARIE ANTOINETTE
» Des enfants pauvres invités par Marie-Antoinette?
» Marie-Antoinette à ArtParis
» Exposition Marie Antoinette en 2008 au Grand Palais
» La Reine Marie -Antoinette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, ressources en ligne - Transfert de données en cours :: Courrier des chercheurs-
Sauter vers: