Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4624
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau    Mer 23 Juil 2014 - 9:59

Louis-Philippe, roi du recyclage ?
On a vu qu'il a utilisé les regalia funéraires pour son portrait officiel.

Il ne s'est pas privé d'utiliser un des trois fauteuils ayant servi pour le sacre de Charles X pour ce portrait en pied non moins officiel, exécuté par Nicolas Gosse en 1836.
La scène semble se tenir dans une salle du trône.



Huile sur toile conservée en réserve au château d'Eu.
(Photos Lebrun)
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: réplique fauteuil sacre Charles dix jubé Reims   Mer 23 Juil 2014 - 10:31

Il s'agirait en l'occurrence de la réplique livrée en 1829, exposée actuellement à Reims, (GMT 1294-3).

Trois fauteuils en bois doré furent effectivement réalisés pour le sacre de Charles X :
les deux premiers pour le roi, l'un pour prendre place dans le choeur de la cathédrale, sous le dais,
l'autre, pour être placé sur le jubé,
le troisième, pour l'archevêque consécrateur, Mgr de Latil.

Si les informations données sont exactes, revenus au Garde-Meuble, deux furent détruits dans un incendie en 1828 et remplacés l'année suivante par des répliques à l'identique. (A l'origine, les fauteuils avaient une garniture de velours de soie brodé d'un semis de fleur de lys dorées, changées sous Louis-Philippe).
A Reims serait exposé la réplique du fauteuil destiné au choeur.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: bâton service hérault arme sacre cérémonies Charles X   Sam 1 Nov 2014 - 18:35

Ajout lié à l'actualité des ventes aux enchères :




26 nov. 2014 KAPANDJI MORHANGE

128. EXCEPTIONNEL BÂTON DE SERVICE DE HÉRAULT D'ARME PORTÉ AU SACRE ET AUX DIVERSES CEREMONIES OFFICIELLES DU REGNE DU ROI CHARLE X.

Bâton de Hérault d'arme dont le corps en bronze dorée est recouvert de 88 Fleurs de Lys gravées. Sur la partie supérieure figure l'ordre des Rois sous couronne royale et surmontée des armes de France.
Les hérauts d'armes serviront lors du sacre de Charles X mais aussi lors de toutes les diverses cérémonies officielles jusqu'à la chute de Charles X en 1830.

Ce bâton est d'une extrême rareté. En effet les dernières grandes cérémonies où les Hérauts d'Armes furent représentés seront pour la mort du roi Louis XVIII et surtout le couronnement du roi Charles X. Les rares objets restants du couronnement et du règne de Charles X se trouvent actuellement en la cathédrale de Reims.
Dimension : Longueur : 53,5 cm Diamètre : 2,4 cm.
Estimation : 8 000 - 15 000 €

Provenance: Souvenirs historiques dépendant de la Succession de S.A.R. Monseigneur le Duc de Nemours et appartenant à Madame la Duchesse de Nemours, 10 et 11 mars 1971, Ader-Picard, Drouot salles 10 et 11, lot n° 301.
Catalogue et facture originale joints décrit comme un sceptre.

26/11/2014 : Acquis pour le palais du Tau par le CMN

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 11897
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau    Ven 20 Fév 2015 - 19:30

Au détour d'un article de presse sur le CMN,

on apprend que le partenariat passé avec le château de Versailles, il a fait grimper de 80 % la fréquentation du palais de Tau, à Reims, avec l"exposition consacrée aux Sacres royaux, exposition qui devrait s'exporter au musée Pouchkine de Moscou.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20150220/lec2_industrie_et_services/0204168646997-les-monuments-nationaux-creent-levenement-1095117.php?5OkWMaJaKylflaAl.99#

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Patrick DEMOUY sacre rois reines France cérémonial   Lun 28 Nov 2016 - 18:29

Prolongement complémentaire :



Le sacre du roi
Le sacre des rois et reines de France
Histoire. Symbolique. Cérémonial

Patrick DEMOUY

Paris, Éditions Place des Victoires-La Nuée Bleue


36×27 cm
287 p.
300 ill. noir et blanc et couleur
ISBN : 978-2-8099-1431-3
Prix : 45 €.

Le sacre du roi est au cœur de la constitution de l’identité française. Scellant l’alliance du peuple et du monarque, il représente l’idéal d’une société chrétienne organisée et d’une nation indépendante.

De Pépin le Bref en 751 à Charles X en 1825, 76 rois et reines de France ont été sacrés au cours de cérémonies minutieusement ritualisées. Grâce au Saint Chrême qui, selon la légende, a été envoyé par une colombe pour le baptême de Clovis à Reims, le roi de France est considéré comme « oint du Seigneur ». Cette sacralité le rend indépendant des puissances terrestres et le fait, selon la formule de Philippe Auguste, « empereur en son royaume ».

Magnifiquement illustré d’enluminures, de tableaux et d’objets provenant du trésor royal, le livre retrace l’histoire de la royauté sacrée à la française. Marqué d’abord par des similitudes avec les sacres des rois d’Angleterre et des empereurs germaniques, le rituel a pris à partir du XIIIe siècle des caractères propres au « roi très chrétien ». Présentant d’abord les fonctions symboliques et politiques de cette onction unique en Europe, qui puise ses origines dans la Bible, l’historien Patrick Demouy décrit ensuite, avec l’appui d’une riche iconographie, les sept heures du majestueux cérémonial, de l’arrivée du roi à Reims jusqu’à l’étonnante « guérison des écrouelles ».

Enfin, il déroule, sous forme de notices détaillées, le contexte et le récit des 76 sacres royaux français. L’ouvrage donne à découvrir L’Ordo du Sacre de Charles V, un exceptionnel manuscrit royal de 1365, pour la première fois traduit en français et présenté dans son intégralité.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6407
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: onction sacre Reims lithographie tissu Engelmann indienne   Jeu 19 Jan 2017 - 22:44






L'onction de Charles X à Reims, lithographie sur tissu, G. Engelmann, 1825.

Indienne : lithographie sur carré de coton.
Dans l'angle inférieur droit de la pierre : "Lith de G. Engelmann"
Dans l'angle inférieur gauche : "Se vend chez G. Dollfus - Huguenin & Cie, Rue du Gros Chenet N°8 à Paris"


Tissu : 593x605mm environ
Motif : 580x570mm environ

Ce grand carré en coton en grisaille représente la scène de l'onction de Charles X dans la cathédrale de Reims avant son couronnement :

Bordures avec dans les angles les portraits du duc d'Angoulème, du duc de Berry, de la duchesse d'Angoulème et de la duchesse de Berry.
Sur les cotés, le sceptre et la main de justice entourés de fleurs de lys au naturel.
En haut une scène en bas-relief représentant le roi Charles X entouré des allégories de la Religion et de l'Industrie, des figures des Arts, de la Musique, de l'Agriculture, de l'Armée et de la Marine.
En bas, deux anges tenant les Armoiries Royales de France dans une couronne de laurier.


M. l'archevêque de Reims, Jean-Baptiste de Latil, vêtu de ses habits pontificaux, est accompagné de ses suffragants, les évêques de Soissons, d'Amiens, de Beauvais et de Chalons. Dans l'assistance du roi se trouvent des services de sa maison civile et militaire, ainsi que les ducs d'Orléans et de Bourbon. M. l'archevêque de Latil procède à l'onction de Charles X, qui s'est agenouillé.
Les deux cardinaux ont conduit le Roi pour les onctions. On a ouvert le reliquaire de la Sainte Ampoule, et M. l'archevêque en a pris une parcelle avec une aiguille d'or, et l'a mêlé avec de saint chrême. Le roi s'est prosterné sur un carreau au pied de l'autel, et MM. les archevêques de Besançon et de Bourges, et les évêques d'Autun et d'Évreux, nommés pour chanter les litanies, ont commencé ces prières.

Les quatre maréchaux, Moncey, Soult, Mortier et Jourdan, à gauche de la scène, portent devant l'autel le glaive, le sceptre, la main de justice et la couronne. Surplombant la scène, on retrouve les trois Altesses Royales, Monsieur le Dauphin, M. le duc d'Orléans, Louis-Philippe et M. le duc de Bourbon, Louis Henri Joseph, la duchesse d'Angoulème et la duchesse de Berry.

Godefroy Engelmann (1788-1839)

Imprimeur lithographe, peintre, dessinateur et inventeur. - Natif de Mulhouse, issu d'une famille de négociants et d'industriels. Apprend le dessin avant d'être employé dans une fabrique d'indiennes de Mulhouse. Franc-maçon. S'initie à la lithographie à Munich en 1813 puis installe une petite imprimerie au musée des beaux-arts de Mulhouse et s'établit à son compte en 1815 dans cette ville. En juin 1816, ouvre également une imprimerie lithographique à Paris. Breveté lithographe à Paris le 31 oct. 1817, il obtient aussi le 24 nov. 1817 l'autorisation de former un établissement à Mulhouse sous le nom de "Société lithographique de Mulhouse". Succursales en Espagne et à Londres. De retour à Mulhouse en 1830. Membre du conseil municipal de la ville. Inventeur avec son fils Jean Engelmann (1816-1875) de la chromolithographie, procédé d'impression lithographique en couleurs (brevet du 31 août 1837). Auteur de plusieurs ouvrages dont "Cours complet d'étude de dessin" (1816), "Manuel du dessinateur lithographe" (1822) et "Traité théorique et pratique de la lithographie" (1839). Décédé à Mulhouse en avril 1839. Son fils Jean lui succède à Paris.

Gaspard Dollfus (1764-1840)

Né à Mulhouse le 24 août 1764, décédé à Mulhouse le 4 mai 1840. Epouse Cléopha Risler, le 27 mars 1797. Pharmacien, puis fabricant de toiles peintes à Mulhouse, chef de la maison Gaspard Dollfus, Huguenin & Cie. Il possédait à Cernay une fabrique d'indiennes, dont il existe une prise de vue lithographiée par G. Engelmann. Cette production était vendue à Paris au 8 rue du Gros Chenet (aujourd'hui rue du Sentier). En 1833, il s'associe aux autres industriels mulhousiens pour former la Société Industrielle de Mulhouse. Ensemble, ils décident de conserver leurs créations. Mieux ils s’efforcent de compléter ces archives en collectionnant les productions d’autres pays et d’autres temps. L’ensemble devenu vite important, se constitue de textiles du monde entier, centré sur l’impression alsacienne. La préoccupation, clairement avouée, est professionnelle : il s’agit de regrouper les productions passées pour inspirer les dessinateurs textiles et servir à leur apprentissage. Cet esprit d'émulation du dessin appliqué préside à la création, en 1857, du Musée du Dessin industriel, destiné avant tout aux praticiens. Les collections augmentent régulièrement, offrant une source de plus en plus riche aux industriels de l'impression. Ce principe d'accueil des industriels se poursuit aujourd'hui au sein du Service d'Utilisation des Documents. Une bibliothèque spécialisée d'environ 9000 volumes reçoit chercheurs et étudiants.


http://www.ebay.fr/itm/Lonction-de-Charles-X-a-Reims-lithographie-sur-tissu-G-Engelmann-1825-/272378823128?hash=item3f6b0b01d8:g:WIAAAOSw8w1X2~9x

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 8732
Age : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau    Dim 12 Fév 2017 - 11:38

Je ne connaissais pas cette liste par cœur.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau    

Revenir en haut Aller en bas
 
Splendeurs des sacres royaux - Reims - Palais du Tau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Exposition sacres royaux à Reims
» Les Palais Royaux et Présidentiels
» Opération du palais mardi
» palais dur, palais mou et voile du palais???
» Le signe du Tau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: