Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Exposition Laneuville Martin de Grenoble, chateau de Vizille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13147
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Exposition Laneuville Martin de Grenoble, chateau de Vizille   Ven 4 Juil 2014 - 23:42

Domaine de Vizille
Musée de la Révolution française

Exposition temporaire
Face à face, Laneuville et Martin de Grenoble
27 juin-27 octobre 2014


La mise en regard d'une sélection d'œuvres de Jean Louis Laneuville (1756-1826), peintre, et de François-Joseph Martin dit Martin de Grenoble (1761-1804), sculpteur, est une occasion unique de découvrir la personnalité de deux artistes très peu connus, spécialisés dans l'art du portrait, qui ont travaillé pour l'essentiel pendant la période révolutionnaire. Ce sont là au demeurant les deux seuls points communs qui permettent de les rapprocher puisqu'aucun témoignage n'atteste une quelconque relation entre eux à un moment ou un autre de leur carrière.

Le choix de ces deux portraitistes parmi tous ceux, et ils sont nombreux, qui travaillaient dans les années 1790, résulte de recherches récentes.

D'une part, un travail de longue haleine mené sur Laneuville par une historienne d'art, Valérie Lavergne-Durey, permet pour la première fois de rassembler douze tableaux conservés en France dans des collections publiques et privées, avec un éclairage aussi complet que possible sur la vie et l'œuvre de l'artiste.

D'autre part, le musée de la Révolution française s'intéresse à Martin de Grenoble depuis l'achat en 1998 d'un buste de sa main. Une acquisition qui a fait date, puisqu'aucune autre œuvre de Martin n'était conservée en Isère. Malgré quelques travaux pionniers dans les années 1970, la personnalité et la production de l'artiste, d'origine grenobloise comme l'indique son surnom, restent encore très mal connues. Un travail comparable à celui réalisé sur Laneuville, rendu bien plus difficile cependant par la rareté des archives et le peu de sculptures datées, serait nécessaire.
L'exposition publique, jamais encore tentée, de onze bustes exécutés par Martin de Grenoble entre 1789 et 1804, dont la plupart ont été restaurés pour cette manifestation, contribuera, nous l'espérons, à une meilleure connaissance de ce sculpteur.

L'intérêt de l'exposition réside aussi dans le thème lui-même : le portrait.
En effet, celui-ci a évolué considérablement pendant la seconde moitié du XVIIIème siècle, parallèlement aux transformations culturelles et sociales. Réservé au pouvoir et à une élite, l'art du portrait, au fur et à mesure de l'affirmation de l'individu, notamment sous l'influence de la philosophie des Lumières, s'est ouvert à une clientèle de plus en plus large et diversifiée. Ce mouvement de démocratisation s'est accéléré pendant la Révolution française. Le nouveau personnel politique, les célébrités du temps, la grande et la petite bourgeoisie, les ci-devant aristocrates qui n'avaient pas pris le chemin de l'émigration, les militaires de tous grades, les érudits et les simples particuliers se sont disputés les talents plus ou moins affirmés de peintres, sculpteurs, miniaturistes ou graveurs, trop heureux de trouver du travail dans cette période de bouleversements.

Bien plus que les représentations historiques ou allégoriques, les portraits, parce qu'ils reflètent le caractère et les ambitions de femmes et d'hommes qui ont vécu pendant la Révolution française, sont les œuvres d'art qui restituent le mieux l'esprit du temps.

Commissariat scientifique : Valérie Durey-Lavergne, historienne de l'art pour Laneuville / Alain Chevalier, conservateur en chef du patrimoine, directeur du Musée de la Révolutino française pour Martin de Grenoble.
Publication : Jean-Louis Titon La Neuville, dit Laneuville (1756-1826) Portraitiste et marchand-expert

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7126
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Jean Louis Laneuville Serrurier Delaunay Robert   Sam 5 Juil 2014 - 7:11

Parmi les douze portraits de Jean-Louis Laneuville conservés en France et exposés à Vizille, en voici trois faisant partie des collections du château de Versailles :



Jean-Mathieu-Philibert Serrurier, maréchal de France (1742-1819)
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Franck Raux



Portrait du député Joseph Delaunay (1752-1794)
© RMN (Château de Versailles) / Gérard Blot



Pierre-François-Joseph Robert (1763-1826)
© Château de Versailles, Dist. RMN

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13147
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: martin grenoble buste sculpture voltaire diderot terre   Sam 5 Juil 2014 - 9:44

En recvanche, a priori, aucune oeuvre de Martin de Grenoble n'est conservée à Versailles.

En 2010, deux œuvres de cet artiste sont passées en vente :


François Martin, dit Martin de Grenoble. (Grenoble, 1761 - Lyon, 1804)
Portrait de Voltaire à la française Buste à mi-corps en terre cuite Signé au dos : Martin Fecit
Hauteur totale : 60 cm, largeur : 46 cm
Hauteur du piedouche en bois peint à l'imitation du marbre : 14 cm (accidents et restaurations)
Fin du XVIIIème siècle


François Martin, dit Martin de Grenoble. (Grenoble, 1761 - Lyon, 1804)
Portrait d'homme à mi-corps, Diderot ?
Buste en terre cuite Signé au dos : Martin Fecit
Hauteur totale : 64 cm, largeur : 47 cm
Haut du piedouche en bois peint à l'imitation du marbre : 14 cm (accidents et restaurations)
Fin du XVIIIème siècle

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.


Dernière édition par M. de Noisy le Ven 1 Juil 2016 - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
A-Marie
Duchesse, Duc et Pair de France
avatar

Nombre de messages : 888
Age : 71
Localisation : Val de Galie
Date d'inscription : 25/05/2013

MessageSujet: laneuville vizille portrait lacoste tallien hoche   Mar 2 Sep 2014 - 19:39

Pour ceux qui ne peuvent se rendre à Vizille, voici deux œuvres de Laneuville rarement présentées et les cartels correspondants

Portrait de la famille Lacoste
Vers 1791
Huile sur toile : 1,620 x 1,335 m




Portrait représentatif des commandes privées au début de la Révolution et des ambitions nouvelles de la bourgeoisie. Jean Lacoste, aux côtés de sa femme et de leur fils unique, était négociant à Paris. Tous trois affichent leur succès social, leur harmonie familiale, mais aussi leur patriotisme avec le fusil tenu hardiment par le jeune garçon et la grande cocarde cousue au chapeau du père. L’influence de David, maître de Laneuville, est très perceptible, mais on décèle déjà l’affirmation d’un style propre : pose directe et frontale des figures, léger déhanchement de Jean, bras un peu tubulaire mais gracieux de Marie, importance données aux mains, rendu méticuleux des détails…

La citoyenne Tallien dans un cachot de la Force, ayant dans ses mains ses cheveux qui viennent d'être coupés
(Carabanchel Alto, Espagne, 1773 - Chimay, Belgique, 1835)
Vers 1796 (Salon de 1796)
Huile sur toile 1,29 x 1,12 m




Ayant intercédé pour la libération de suspects, Theresa Cambarrus est arrêtée à Bordeaux en 1793. Jean-Lambert Tallien la fait libérer et débute une liaison avec elle. A Paris, elle est de nouveau emprisonnée de mai à juillet 1794. Pour elle, mais aussi pour sauver sa propre tête, Tallien va accélérer la chute de Robespierre. Elle épouse Tallien après Thermidor, mais dès 1795 prend pour amant Barras, puis le banquier Ouvrard. Après son divorce en 1802, elle se remarie avec le prince de Caraman en 1805.
Laneuville dramatise ici la situation de son sulfureux modèle, ce qui provoqua un scandale au salon. Dans un décor sinistre, la prisonnière ressemble à une vestale antique ou à une martyre chrétienne calme dans l'attente de son supplice. Elle tient ses cheveux coupés comme si elle partait à la guillotine. Le profil dessiné sur le mur rappelle que c'est en portraiturant son geôlier qu'elle obtint de lui le moyen d'avertir Tallien.


Photos du 1er septembre 2014

Plus d'infos sur
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/08/06/au-chateau-de-vizille-portraits-sous-la-revolution-signes-laneuville-et-martin-528446.html
Revenir en haut Aller en bas
A-Marie
Duchesse, Duc et Pair de France
avatar

Nombre de messages : 888
Age : 71
Localisation : Val de Galie
Date d'inscription : 25/05/2013

MessageSujet: Portrait Laneuville Paré Carnavalet   Mer 3 Sep 2014 - 18:01

Pour illustrer le commentaire qui caractérise le travail de Laneuville "importance donnée aux mains" voici un détail du portait du citoyen Paré, ex ministre, président du Tribunal du 4ème arrondissement (Rieux, marne, 1755 - Mont-Robert, Marne, 1819)




Vers 1794-1795
Huile sur toile
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Photo du 1er septembre 2014


Jules-François Paré est l’ami de Danton au collège des Oratoriens de Troyes, avant de devenir premier clerc de son étude à Paris. Il fera carrière grâce à lui. Ministre de l’Intérieur en août 1793, il est dénoncé comme « dantoniste » par Couthon au moment de la chute de son protecteur, mais parvient à sauver sa tête. Sous le Directoire, il devient commissaire du gouvernement auprès de la Seine, puis administrateur des hôpitaux militaires. Il se retire sous l’Empire dans la Marne.
C’est en ministre de l’Intérieur qu’il est ici représenté. La date du 12 germinal an II porté sur la lettre n’est pas anodine : la veille Danton a été mis en accusation à la Convention par Saint-Just et arrêté par ses partisans. Mais c’est aussi le jour où furent supprimés d’un bloc les six ministres, remplacés par douze commissions. Paré est montré à son poste jusqu’au dernier jour de sa charge, installé à son travail, apparemment indifférent au trouble des temps…
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13147
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: laneuville bertin aine revolution directoire villpreux   Ven 28 Oct 2016 - 18:50

Un portrait qui pourrait intéresser Versailles ou Vizille ?


Jean-Louis LANEUVILLE (Paris, 1756 - Paris, 1826)
Portrait de Louis François Bertin

Toile 64 x 54 cm
Signée et datée en bas à droite : La Neuville / l'an 5

Cadre en chêne et stuc doré, travail français d'époque Louis XVI.
Ce portrait inédit est dû à l'un des portraitistes les plus recherchés de la dernière décennie du XVIIIe siècle.
Laneuville entre en tant qu'élève dans l'atelier de David au Louvre, vraisemblablement un peu avant 1792 sans que la date exacte de son arrivée ne soit documentée.
Il poursuit une carrière de portraitiste dont les commandes émanent d'une clientèle bourgeoise.
Comme son maître, il utilise des fonds neutres et monochromes et parvient à donner vie à ses modèles par un jeu d'inclinaison du buste ou de la tête qu'il fait légèrement pivote.

Daté de 1796/97, nous avons ici un rare portrait de Bertin l'aîné sous la Directoire, deux ans avant qu'il n'achète le Journal des débats, dont il deviendra la figure emblématique. Il porte un habit conforme à la mode masculine de la fin de l'Ancien Régime jusqu'à l'Empire : le frac redingote bleu ouvert sur un noeud en mousseline blanche.

Belle vente mobilière Par : LASSERON et Associés
Mardi 8 novembre à 14h00 à PARIS : Château de Villepreux


_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exposition Laneuville Martin de Grenoble, chateau de Vizille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exposition Laneuville Martin de Grenoble, chateau de Vizille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Laneuville Martin de Grenoble, chateau de Vizille
» Le chateau de Puy Martin.
» Exposition Roslin au chateau de Versailles
» Voiron, Grenoble, Saint Martin d'Hères
» 7 mars 1815, début de soirée :Vizille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: