Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6854
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon   Jeu 27 Nov 2014 - 11:40


La Naissance de Vénus (détail)
Dijon, Musée Magnin
© RMN-Grand Palais (musée Magnin) / Stéphane Maréchalle


Bon Boullogne (1649-1717).
Un chef d’école au Grand Siècle


05 Décembre 2014 - 05 Mars 2015
Musée Magnin, Dijon

Organisée par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et le musée Magnin, cette rétrospective a pour vocation de faire redécouvrir l’œuvre de Bon Boullogne qui, avec Charles de La Fosse, Jean Jouvenet, Antoine Coypel et Louis de Boullogne, fut l’un des cinq plus célèbres peintres d’histoire de la fin du règne de Louis XIV. Lors des expositions Les Peintres du Roi-Soleil (1968), Les Amours des Dieux (1990), La Peinture française au Grand Siècle (1994), aucune peinture de Bon Boullogne n’était présentée.

La production de Jouvenet, La Fosse et celle de Coypel nous est connue par de nombreux travaux; le cabinet des arts graphiques du Musée du Louvre a consacré une exposition aux dessins de Louis de Boullogne en 2010.
Bon Boullogne n’a quant à lui jamais été l’objet d’un travail de fond, ce qui tient sans doute à la difficulté à reconstituer son œuvre. De fait, dès 1745, Dézallier d’Argenville avait remarqué le caractère protéiforme de la production de Bon Boullogne. Et s’il est vrai que son œuvre tend à échapper aux méthodes de classement, il adopta néanmoins une manière relativement constante : passées les années 1690, un véritable répertoire formel commença à voir le jour. C’est ainsi qu’une trentaine d’œuvres de sa main ont pu être identifiées dans les musées de France et collections privées.

L’œuvre de Bon Boullogne est diversifié, tant du point de vue des genres que des techniques.
Tantôt imite-t-il les grands Bolonais, tantôt réalise-t-il des pastiches des petits maîtres hollandais du Siècle d’or. Cette dimension insolite apparaîtra dans l’exposition, de même que le rôle
considérable que Boullogne joua sur le plan de l’enseignement. Non seulement la plupart des peintres français actifs au tournant du siècle furent formés dans son atelier, mais en multipliant les
sujets mythologiques peuplés de nudités, Boullogne posa également les bases du goût qui allait prévaloir dans la première moitié du XVIIIe siècle. L’exposition permettra d’enrichir notre perception de l’histoire de l’art, au nom de laquelle une rupture aurait eu lieu à partir de la Régence. Dès les années 1690, les tableaux de Bon Boullogne montrent que la transformation était déjà en cours.

commissariat général : Rémi Cariel, conservateur en chef, directeur du musée national Magnin
commissariat scientifique : François Marandet, historien de l’art, spécialiste de Bon Boullogne

ouverture : tous les jours de 10h à
12h et de 14h à 18h, sauf le lundi.
Musée Magnin 4 rue des Bons Enfants 21 000 Dijon
Informations : www.musee-magnin.fr



publication aux éditions de la
Réunion des musées nationaux -
Grand Palais, Paris 2014 :
• catalogue de l’exposition
22 x 28 cm, 144 pages,
125 illustrations, 35 €

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6854
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Bon Boullogne Junon Flore Grand Trianon antichambre empereur   Jeu 27 Nov 2014 - 12:12

Outre les peintures (apôtres et anges) commandées par Louis XIV entre 1699 et 1710 pour les plafonds des tribunes de la chapelle royale de Versailles, nous trouvons plusieurs huiles sur toile exécutées par Bon Boullogne dans les collections du château.

Deux d'entre elles font partie des oeuvres exposées à Dijon :


Junon et Flore MV 8265
Date de création : 1702
Dimensions : oeuvre: 145,7 x 124,7 cm cadre: 157,2 x 134 x 5 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot

Historique : commande de Louis XIV pour l'Antichambre des Jeux, 1688 ; exécution, 1702 ; collection Louis XIV ; musée du Louvre ; rentré à Trianon, 1964 ; restauration, 1964 ; Trianon Antichambre des fleurs ; accroché au Grand Trianon, Petit Appartement, Antichambre de l'Empereur, 1966

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6854
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Bon Boullogne Vénus toilette Grand Trianon salon famille   Jeu 27 Nov 2014 - 15:35

Ainsi que


Vénus à sa toilette MV 7559
Dimensions : œuvre : 289 x 176 cm
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot

Historique : commandé en 1688 pour le salon des Jeux à Trianon où il fut installé au-dessus de la cheminée, 1688 ; collection Louis XIV ; retiré sous l'Empire ; agrandi, 1837 ; reinstallé sous Louis-Philippe lors de l'aménagement du grand salon de famille, 1852 ; inscrit sur les inventaires en 1950 ; restauration, 1964; mentionné au Grand Trianon, aile droite, Grand salon de Louis-Philippe, 1968 ; restauration, 2011

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 12680
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon   Ven 28 Nov 2014 - 20:40

Concernant la dynastie des Boullogne, on pourra en apprendre un peu plus dans les sujets suivants :
- Louis Boullogne, le père
- Madeleine Boullogne, la soeur
- Louis II de Boullogne, le frère cadet

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6854
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon   Jeu 5 Fév 2015 - 12:49

- Article publié dans La Tribune de l'Art, en date du 4 février 2015 :
Bon Boullogne 1649-1717. Un chef d’école au grand siècle


- Autre article, publié dans Le Bien Public (14/12/2014) :

A la découverte du peintre Bon Boullogne au musée Magnin

Presque trois siècles après sa mort en 1717, Bon Boullogne suscite un regain d’intérêt : en témoigne l’exposition monographique que lui consacre le musée Magnin, en collaboration avec la Réunion des musées nationaux. Son commissariat général est assuré par Rémi Cariel, directeur du musée, et le commissariat scientifique par François Marandet, historien de l’art spécialiste du peintre.

Peintre d’histoire admiré en son temps, aux côtés de ses contemporains Charles de La Fosse, Jean Jouvenet, Antoine Coypel et Louis de Boullogne, Bon Boullogne a peu à peu sombré dans l’oubli en raison d’une fâcheuse habitude : il ne signait pas ses toiles. Aujourd’hui, une trentaine de ses œuvres ont été formellement reconnues et identifiées. Deux sont conservées au musée Magnin.

Huit salles

Pour cette exposition, ce ne sont pas moins de 63 tableaux qui sont accrochés : huiles sur toile, gravures au burin, dessins à la craie noire, témoignent de la diversité des genres et des techniques de l’œuvre de l’artiste ; ils sont attribués pour partie à Bon Boullogne, et pour partie à ses disciples issus de son atelier. Huit salles du musée déroulent un parcours séquencé en quatre grandes périodes, qui recouvrent la vie du peintre, de la formation à ses disciples, en passant par ses métamorphoses et l’époque de la prospérité. L’artiste s’est particulièrement distingué dans son illustration des sujets mythologiques et bibliques. Appelé à décorer des résidences royales — le château de Versailles, le château de Rambouillet — et des édifices religieux, comme l’église royale des Invalides à Paris, il a également à son actif des portraits et des tableaux de chevalet. Si ses œuvres furent difficiles à trouver et à identifier, c’est en raison de son manque de signature, bien sûr, mais également parce qu’« à l’époque, les peintres d’histoire étaient de grands décorateurs et presque toutes les fresques ont disparu », explique François Marandet.

L’exposition ouvre sur Hercule combattant les centaures , son tableau de réception en 1675 à l’Académie royale de peinture et de sculpture, dont son père fut cofondateur en 1648, soit un an avant sa naissance. Dans cette famille d’artistes, Bon Boullogne travailla assez tôt avec son père et se fit remarquer par son Saint Jean-Baptiste peint pour le décor de la grande galerie du Louvre, qui lui valut d’être nommé pensionnaire à l’Académie de France à Rome en 1669, où il s’imprègne du Corrège.

Influences bolonaises et flamandes

Outre les commandes royales — dont un décor pour le Grand Trianon, Vénus à sa toilette et Mercure —, Bon Boullogne s’essaie dans les tableaux de collection. Là, le visiteur pourra admirer La Naissance de Jupiter , aux traits plus sensuels, qui trouve son origine dans les peintres bolonais.

Puis les commandes royales cessent, un temps. A partir de 1689, « Bon Boullogne travaille avec un atelier et ça se voit, particulièrement dans Achille à la cour de Lycomède et son pendant L’Enlèvement d’Hélène , dont Watteau semble s’être inspiré dans son Embarquement pour Cythère », développe François Marandet. Des références à la peinture flamande se lisent également dans de nouveaux tableaux, dont le remarquable Retour de Jephté ou encore Tobie soignant son père.

La décennie suivante signe les années de prospérité : le tout nouveau surintendant des Bâtiments du roi Jules Hardouin-Mansart, nommé en 1699, reprend les commandes royales en main. Ainsi des décors des chapelles Saint-Ambroise et Saint-Jérôme aux Invalides, dont « les esquisses préparatoires permettent de se rendre compte des décors aujourd’hui très abîmés », ou du dernier tableau commandé pour le Grand Trianon, Junon et Flore , pour les appartements de Madame de Montespan. Plus tardivement, la peinture de Bon Boullogne se fait plus sombre, le modelé plus simple, comme dans Acis et Galatée ou Io et Jupiter.

Enfin, une dernière salle, située à l’étage, est consacrée aux disciples de Bon Boullogne, qui reflètent l’éclectisme du maître, tant dans le sujet que dans la manière. Une exposition à découvrir à bien des titres, ne serait-ce que par le changement de style qu’elle montre dans le déroulement de l’histoire de l’art.

Exposition jusqu’au 5 mars, musée Magnin, 4, rue des Bons-Enfants à Dijon. Du mardi au dimanche de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures. 4,50 et 5,50 €.




Site de l'exposition : http://musee-magnin.fr/actualite/exposition-bon-boullogne-jusquau-5-mars-2015

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Bon Boullogne (1649-1717) Musée Magnin, Dijon
» Exposition au Neubourg, au musée de l'Ecorché
» Exposition Carmontelle au Musée de Sceaux
» [expo] Médecine traditionnelle et sorcellerie en Velay - jusqu'au 31/08/2012
» Exposition DESSINS DU STUDIO GHIBLI, musée Art Ludique Paris 4/10/14 au 01/03/15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: