Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6176
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle   Sam 9 Mai 2015 - 21:01


Carmontelle (1717-1806).
Mme la Marquise de Montesson, Mme la Marquise
du Crest et Mme la Comtesse de Damas prenant le thé dans un jardin
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Thé, Café ou Chocolat ?
L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle

Musée Cognacq-Jay
Du 27 Mai au 27 Septembre 2015



Louées pour leurs vertus médicales et thérapeutiques, les boissons dites « exotiques », introduites au XVIIe siècle en Europe, ont été associées aux plaisirs et aux sociabilités du XVIIIe siècle.

Les boissons issues du cacaoyer, du caféier et du théier – plantes exogènes à l’Europe – ont fait partie intégrante des sociabilités de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie dès leurs introductions officielles auprès des cours d’Europe. En tant que matière importée, leur coût d’achat classe au XVIIe et au XVIIIe siècles le thé, le café et le chocolat parmi les produits de luxe et ajoute à leur consommation celle de l’image affichée du prestige. Leur consommation s’est matérialisée dans l’apparition de mobiliers et de nécessaires ou services produits dans les manufactures. Elle a aussi permis l’existence de lieux de consommation publique, les cafés, et de nouvelles pratiques de table, telles le petit déjeuner et le goûter, qui se diffusent progressivement dans la société. Organisée autour de trois axes – « Vertus et dangers des boissons exotiques », « Cercles de consommation » et « Nouveaux services » –, cette exposition propose une nouvelle lecture de ces boissons entrées dans les rituels du quotidien, en présentant des oeuvres de nombreux artistes emblématiques du XVIIIe siècle comme Boucher ou Chardin.


Commissaire : Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur du patrimoine et directrice du musée Cognacq-Jay
Avec la collaboration scientifique de Patrick Rambourg, chercheur et historien spécialiste de la cuisine et de la gastronomie, et de Guillaume Séret, docteur en histoire de l’art, spécialiste de la porcelaine de Sèvres

Musée Cognacq-Jay 8, rue Elzevir 75003 Paris
Ouvert de 10 heures à 18 heures, du mardi au dimanche (fermeture des caisses à 17h15). Fermeture le lundi et les jours fériés.
Plein tarif : 7 € Tarif réduit : 5 €

Site : http://www.museecognacqjay.paris.fr/les-expositions/cafe-ou-chocolat

Dossier de presse très complet : https://enfilade18thc.files.wordpress.com/2015/05/dp_the_cafe_ou_chocolat_0.pdf


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6176
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Comtesse Barry Zamor tasse café Gautier-Dagoty    Sam 9 Mai 2015 - 21:03

Prêté par l'EPV:


Jeanne Bécu, Comtesse du Barry et Zamor qui lui apporte une tasse de café
Jean-Baptiste-André Gautier-Dagoty  
Dimensions : 36,5 x 30,3 cm cadre: 60,7 x 50,1 x 2 cm
Matière et technique : Gravure à la manière noire
Château de Versailles © RMN-Grand Palais Gérard Blot

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6176
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Déjeuner chinois Sèvres 1774 Hébert Lécot   Ven 22 Mai 2015 - 18:20

Seront également présentés :

Le Déjeuner chinois exécuté à la Manufacture de Sèvres en 1774


Nº d'inventaire: V 5435.0
Auteur : Sèvres, Manufacture de, Lécot, Louis-François
Date de création : 1774
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Commentaire de  Vincent Bastien.

Composé d’un plateau dit « à rubans », ce déjeuner à ornements chinois comprend deux gobelets litrons et leurs soucoupes, un pot à lait tripode, une théière « Calabre » et un sucrier couvert, de forme « Hébert ». Il s’agit probablement du cabaret chinois vendu à Louis XVI en décembre 1774, puis rendu l’année suivante et ensuite cédé à ses tantes Madame Adélaïde et Madame Victoire en décembre 1775 ou janvier 1776.

Chaque cartel, bordé d’une dentelle d’or régulière, montre des scènes animées avec des petits personnages, des oiseaux, des haies et des rochers fleuris traités en ors. Les visages et les vêtements colorés sont soulignés d’un trait d’or. Une tasse présentant un décor dans un médaillon provient d’un réassortiment. Fait exceptionnel, l’artiste Louis-François Lécot a signé son patronyme en or.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6176
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: déjeuner 1775 Courteille Lécot   Ven 22 Mai 2015 - 18:27

Ce déjeuner avec plateau rectangulaire dit «Courteille» à décor chinois, daté de 1775.


Nº d'inventaire: V 5240.0
Auteur : Sèvres, Manufacture de, Lécot, Louis-François
Date de création : 1775
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot

Ce service est composé d’un plateau rectangulaire dit « Courteille », destiné à recevoir les tasses et soucoupes, la théière, le pot à lait et le pot à sucre. Caractéristique de l’art de Louis-François Lécot, il offre un décor de paysage en ors où se détachent des plantes asiatiques et des personnages rehaussés de bleu, de vert et de rose, très délicatement peints sur fond blanc.

Ce déjeuner daté de 1775 pourrait être l’exemplaire vendu à Madame Adélaïde ou à Madame Victoire, qui, comme leur père Louis XV, avaient une prédilection pour les pièces de la manufacture de Sèvres, et plus particulièrement celles qui présentent des décors chinois. Lors de l’exposition annuelle de la manufacture au château de Versailles, Madame Victoire acquit en décembre 1775 un déjeuner chinois, et, en janvier 1776, son aînée Adélaïde prenait possession du sien.

Commentaire de Vincent Bastien.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6176
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: cabaret portraits famille royale Manufacture Saint-Denis    Ven 22 Mai 2015 - 18:38

Le cabaret décoré des portraits en grisaille des membres de la famille royale, fabriqué par la manufacture de la rue du faubourg Saint-Denis à Paris, en 1778-1779.

Pierre-Antoine Hannong, venu de Strasbourg à Sèvres en 1763 pour révéler le secret de la porcelaine dure, est le fondateur de cette manufacture alors placée sous le patronage du Comte d’Artois.


V6053(1-6)
Manufacture de la rue du faubourg Saint-Denis (Paris)
Date de création : 1778-1779
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Composé d'une cafetière (Louis XVI et Marie-Antoinette) - un pot à lait (comte et comtesse de Provence) - un pot à sucre couvert (comte et comtesse d'Artois)- 3 tasses (Madame Clothilde, Madame Elisabeth, Madame Louise, carmélite) et 3 soucoupes. (Achat 2004.)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur


Nombre de messages : 4509
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle   Sam 30 Mai 2015 - 11:38

A lire, en complément, l'excellent essai de W. Schivelbusch, Histoire des stimulants, paru en 1991 aux éditions du Promeneur.

Il y explique notamment la répartition de la consommation café/chocolat en Europe par zone religieuse, protestante/catholique.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle   Aujourd'hui à 10:04

Revenir en haut Aller en bas
 
L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle
» La Chine à Versailles, art & diplomatie au XVIIIe siècle
» Propositions roman classique français XVIIIe siècle pour notre Néo-Club littéraire n°5
» La presse du XVIIIe siècle
» [Projet] Robe XVIIIe siècle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Paris-
Sauter vers: