Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6520
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne   Ven 4 Sep 2015 - 18:46



Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne

18 septembre – 13 décembre 2015
Galerie des Gobelins

Au sein de l’exposition, L’Esprit et la main, héritage et savoir-faire des ateliers du Mobilier national, prend place le bivouac de Napoléon, dont la restauration des objets a été réalisée par les ateliers du Mobilier national.
L’exposition Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne, est un événement scientifique.

Elle permet ainsi la différenciation d'objets participant au mythe napoléonien de ceux, biens authentiques et contemporains de l'Empereur.

Déjà proposée en 2014 dans une autre configuration au Palais Fesch (Ajaccio), l’exposition Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne, souligne aujourd'hui dans sa présentation parisienne de nouvelles découvertes historiques. Elle permet ainsi la différenciation d'objets participant au mythe napoléonien de ceux, biens authentiques et contemporains de l'Empereur.

Une trentaine d'oeuvres du Mobilier national et une quarantaine de prêts consentis entre autres par les Châteaux de Versailles et de Fontainebleau, les Archives nationales, la Bibliothèque nationale et la Fondation Napoléon, sont réunis spécialement pour l’occasion. Ce sont autant d'éléments de campement, (utilisés pour le coucher, le repas, la toilette ou encore le travail), de connaissances (documents d'archives ou brevets d'invention), de documents iconographiques et d’oeuvres picturales qui offrent une vision complète de la vie des bivouacs, les soirs de victoire comme de défaite.


MAGNIFICENCE DES OBJETS, LUXE D'UNE ORGANISATION

Napoléon Ier passe une grande partie de son existence en campagne ou en voyage. Il possède, pour ses déplacements et ses bivouacs, une organisation particulière reproduisant pour partie l’étiquette impériale. Ses tentes de campagne sont de véritables palais tissés mobiles, ses bagages, un ameublement pliant en boîte. En effet, lit, table, fauteuil, écritoire, nécessaire ou encore chaise d’affaires sont dépliés pour être utilisés puis rangés dans de précieux étuis individuels et des malles spécifiques.

A l’intérieur de la tente de campagne, deux espaces sont disposés, l’un pour le travail, l’autre pour la toilette et le sommeil. Cette tente comporte un lit pliant, innovation signée du serrurier Desouches. Sa couche garnie et son décor textile ont été reconstitués selon les descriptions d’époque.


LES ATELIERS DE RESTAURATION DU MOBILIER NATIONAL ET L’ATELIER DE RECHERCHE ET DE CRÉATION AU SERVICE DU BIVOUAC

L’exposition propose une interprétation d’un bivouac complet dans une mise en scène précise, réunissant des objets conçus pour l’usage particulier du campement militaire dans une démarche préfigurant celle du design. Ainsi, les ateliers de restauration du Mobilier national et l’Atelier de Recherche et de Création ont mis leur savoir-faire, à la fois traditionnel, d’innovation et de haute technicité, au service d’un discours scientifique et didactique.

L’exposition donne à voir l’activité du Garde-Meuble de la Couronne ou du Mobilier impérial au service d’un souverain aux mouvements incessants. Ainsi, le bivouac de Napoléon, récemment restauré, témoigne de la somptuosité de l’artisanat de l’Empire.

Lien : http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/accueil

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6520
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Bivouac Napoléon château d'Ebersberg Antoine-Pierre Mongin   Jeu 17 Sep 2015 - 10:00


Photo d'O. Delahaye du montage de l'exposition (datant du 8 sept.).
On reconnait au premier plan le Bivouac de Napoléon Ier près du château d'Ebersberg, 4 mai 1809 par A-P Mongin conservé au Château de Versailles.


Bivouac de Napoléon Ier près du château d'Ebersberg, 4 mai 1809
Antoine-Pierre Mongin
Nº d'inventaire: MV 1563
1801-1811
130 x 195,5 cm cadre: 146 x 211 x 10 cm / huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Jean Schormans

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6520
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Louis-François Lejeune Bivouac Napoléon Austerlitz   Jeu 17 Sep 2015 - 10:18

Autre prêt du château de Versailles, sur le thème du bivouac :
le Bivouac de Napoléon à la veille d'Austerlitz, 1er décembre 1805 par Louis-François Lejeune.


Bivouac de Napoléon à la veille d'Austerlitz, 1er décembre 1805
Louis-François Lejeune
Nº d'inventaire: MV 6858
Date de création : 1808
Dimensions : cadre: 198,1 x 236,2 x 10,4 cm 180,5 x 218 cm
huile sur toile
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï



Historique :
Salon de 1808, n°382 ; acquisition par la Maison de l'Empereur du général baron Lejeune fils, janvier 1861 ; entré à Versailles, mai 1861 ; restauration, 1969 ; restauration, 1999

Commentaire : Avec La bataille du mont Thabor, exposée au Salon de l'an XIII, l'officier Lejeune, dont on louait le bon coup de pinceau, gagna ses galons de peintre.

La protection de Dominique-Vivant Denon lui valut de figurer en 1806 parmi les artistes retenus pour présenter "plusieurs faits mémorables de la dernière campagne et autres événements glorieux de la carrière militaire et du règne de Sa Majesté". Sur les dix-huit tableaux qui furent alors commandés, quinze portaient sur la campagne de 1805 en Moravie. Napoléon avait arrêté lui-même le programme iconographique de l'ensemble qu'il avait conçu comme un feuilletoniste. De même qu'il dicta les Bulletins de la Grande Armée, de même l'Empereur orchestra tout ce qui touchait à son image. Il imposa les sujets et reconstruisit ses actions avec un savant découpage d'un temps dont il voulait rester le maître absolu.

Dans cet imaginaire dont il nourrissait son peuple, Austerlitz devint l'événement de référence où était né le grand empire qui asseyait désormais sa domination sur l'Europe continentale. La bataille fut divisée en trois épisodes, avec des indications bien trop précises pour laisser aux artistes le choix de l'instant à peindre. Il mit l'accent sur les préparatifs du combat, où s'imposa son génie stratégique. Malgré l'infériorité numérique de ses forces, par l'audace, le sang-froid et un art consommé de la feinte, il l'emporta sur les Austro-Russes.

Ce temps de veille est ainsi contenu dans deux sujets , Le bivouac de l'Empereur pendant les jours de manoeuvres qui ont précédé la bataille d'Austerlitz, confié à Lejeune, et L'Empereur visite les bivouacs de l'armée à dix heures du soir, la veille de la bataille, à Bacler d'Albe (NB : qui ne fait pas partie des oeuvres exposées à la Galerie des Gobelins).


Louis Albert Guislain Bacler d’Albe (1761-1824)
Napoléon visite les bivouacs français
à la veille de la bataille d’Austerlitz,
1er décembre 1805, 1808
Huile sur toile - 180 x 220 cm
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï

La bataille fut évoquée par Gérard avec La Charge des gardes impériales française et russe. Lejeune s'exerça d’abord avec trois dessins, exposés au Salon de 1806, qui montrent les différentes positions occupées par l'armée, le 2 décembre 1805, à l'aube, à midi et au crépuscule.

Mais c'est avec le Bivouac de l'Empereur qu'il remporta tous les suffrages au Salon de 1808. La scène est vue depuis un point haut et le spectateur regarde vers l'est. Au sommet de la butte qui se dresse au sud, à une distance d'environ deux kilomètres à vol d'oiseau, on distingue les feux des bivouacs de l'Empereur. Plus loin, au nord, domine le Santon, un rebord de plateau escarpé que l'Empereur a transformé en camp retranché. Au centre, Napoléon, entouré des maréchaux Berthier et Bessières, interroge des paysans moraves et des déserteurs de l'armée russe, que Lejeune lui a amenés. L'artiste s'est représenté de dos, vêtu de l'uniforme rouge et bleu des aides de camp du major général. Roustan, le mamelouk attaché à la personne de Napoléon, qui passa la nuit près du feu, replie une couverture en fourrure. L'écuyer de service, enveloppé dans son manteau, attend à la portière du landau. Un page de service range dans une malle, à l'arrière de la voiture, le nécessaire de l'Empereur. Au premier plan, les gens du maréchal Berthier distribuent un repas à ses officiers d'état-major, tandis que d'autres débitent du bois ou pourchassent des volailles. Toutefois, comme le regrette Fournier-Sarlovèze, "par son constant souci de faire entrer dans un cadre la plus grande partie de e qu'il a vu dans le combat, Lejeune amoindrit l'effet en divisant la scène à outrance". Il s'agit d'un vrai tableau d'histoire, dont le traitement quasi allégorique, en dehors du souci propre à ces artistes-soldats de "dire vrai" et de "faire vrai", servit, par le discours qu'il développait, la propagande officielle.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6520
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Bivouac Napoléon bidet Biennais tente ovale 1835   Dim 18 Oct 2015 - 10:20

Extrait de "Deux expositions en une" (Le Bivouac de Napoléon/L’Esprit et la main, héritage et savoir-faire des ateliers du Mobilier national), article publié dans LTDA par Bénédicte Bonnet Saint-Georges, samedi 17 octobre 2015
(avec ajouts de photos extraites du Journal du Mobilier national) :

« Le Bivouac de Napoléon. Luxe et ingéniosité en campagne », du 18 septembre au 13 décembre 2015


Même son bidet est beau, élaboré par Biennais (ill. 1). Général de l’armée française, Napoléon n’en est pas moins empereur lorsqu’il bivouaque avec ses troupes. L’exposition qui se tient à la Galerie des Gobelins réunit un ensemble d’objets de campement à la fois pratiques et précieux - sièges, lampes, assiettes, nécessaires en tous genres - pour le coucher, le repas, la toilette ou le travail de sa majesté.



© Mobilier national


Des objets conçus pour être facilement transportables - légers, compacts, pliables –, transportables mais raffinés, réalisés en argent, bronze, acajou par Jacob-Desmalters, Thomire ou Biennais. Outre les ébénistes, les bronziers et les orfèvres célèbres, c’est l’occasion de rappeler la multitude de métiers plus modestes sollicités pour le mobilier de campagne de Napoléon, tels que les fabricants de moquettes et de toiles cirées, les layetiers-emballeurs, les teinturiers-dégraisseurs...


   1. Martin-Guillaume Biennais (1764-1843)
   Bidet de campagne de Napoléon Ier,
   entre 1809 et 1814
   Acajou, ébène, bronze doré, carton,
   maroquin vert, soie verte, vermeil
   Fontainebleau, Musée national du Château
   Musée Napoléon Ier
   Photo : RMNGP / Jean Schormans


Deux éléments particulièrement frappants ponctuent le parcours : le lit et la tente de l’empereur (ill. 2 et 3). Le lit pliant, joli jalon dans l’histoire du design, est dû à l’ingéniosité du serrurier Marie-Jean Desouches. Il fut réalisé sous le Consulat, puis un premier brevet fut déposé en 1804, et un second en 1809 qui apportait des perfectionnements et dont on peut voir une planche illustrée. Il s’agit d’un lit de camp pliant, en fer, déjà appelé « lit-parapluie », qui tient dans une caisse étroite. Très apprécié de Napoléon, il fut décliné pour toute la famille impériale.



   2. Marie-Jean Desouches
   Lit pliant de campagne
   Paris, Mobilier national
   Photo : Isabelle Bideau / Mobilier national


La tente de campagne pouvait être ovale, carrée ou ronde. Elle ne différait pas tellement de celle utilisée par Louis XIV si l’on en croit un dessin de Van der Meulen. Napoléon cependant, exigeait quatre tentes reliées entre elles, qui reconstituaient ses appartements : antichambre, salon, cabinet de travail et chambre. Lorsqu’il n’avait qu’une tente, elle était divisée en deux pour séparer le lieu de travail du lieu de vie.

La tente ovale dressée au centre du parcours n’est pas celle de Napoléon puisqu’elle fut livrée en 1835 au Garde-Meuble, mais elle correspond au modèle fourni par le service impérial en 1808 pour la campagne d’Espagne. Le tissu extérieur est un coutil, l’intérieur plus élégant est une toile imprimée fleurie. Sous la tente ont été disposés un lit d’époque, dont l’habillage a été reproduit, et un tapis léopard restitué dans le respect des techniques anciennes. Car cette exposition est l’occasion de montrer le savoir-faire du Mobilier National et d’évoquer les subtilités entre restauration, reconstitution, restitution...





   3. Reconstitution du bivouac de Napoloén Ier
   Paris, Mobilier National
   Photo : Mobilier national

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne   Mar 15 Déc 2015 - 23:02

Quelques clichés en complément des précédents, pris lors de ma visite (en excellente compagnie) de samedi dernier :
























(c) clichés VHH - POST EN CONSTRUCTION (légendes à venir)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bivouac de Napoléon, luxe et ingéniosité en campagne
» identification scène NAPOLEON III
» Bivouac et couronnement Napoléon Ier Boulogne 28/29.05.2011
» Entretien lieux bivouac Napoléon
» Le Général Rogniat : Ingénieur et critique de Napoléon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Paris-
Sauter vers: