Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cordon de sonnette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Surintendant
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 2343
Age : 50
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 14:52

Connaissances de Versailles se propose de faire découvrir à travers des notices détaillées, des œuvres conservées dans le Musée National.

LES CORDONS DE SONNETTE

Ce mois-ci découvrons un cordon de sonnette restituée conservés dans les collections, objet domestiques peu évoqué.

Deux cordons de sonnette se trouvent dans la chambre de la dame d'honneur au petit Trianon, sous la chambre de la reine . La décoration actuelle se veut être une restitution de l'état de référence de 1789

http://720plan.ovh.net/~jardinsd/Divers/Trianon/Pages/0-Trcad.htm



Photo : Pinterest

Ces cordons ont été restitués  d’après des modèles anciens, par la maison Frey de Paris

Au cours du règne de Louis XIV, un petit accessoire indispensable apparut dans les rapports entre maitres et domestiques : il s’agit de la sonnette.
Les domestiques attendaient les ordres dans un coin de l’antichambre ou un office dédié derrière l’appartement du maitre.

Le dictionnaire de l’ameublement et de la décoration, publié par Henry Harvard, nous donne des renseignements intéressants sur l’historique et l’utilité de ce dispositif ingénieux, qui ne manqueront pas, on s’en doute, dans les intérieurs du château de Versailles.

La sonnette est une clochette dont on se sert pour appeler ou pour avertir. La sonnette est fort ancienne : elle apparait pour la première fois dans l’inventaire de la reine Clémence de Hongrie, veuve de Louis X  « Une sonnette d'argent » vendue 45 sols parisis » Toutefois, il paraît assez difficile de décider si ces sonnettes consistaient bien en de petites cloches à main, destinées à appeler ou à avertir, ou simplement des clochettes ou grelots qu'on suspendait au cou de certains
animaux.

Au XVIIe siècle, la sonnette continua d'être d'un usage régulier et fréquent,Mme de Maintenon, par exemple, en demande à ses amis :
"Je vous prie de me faire présent d'une sonnette d'argent » écrit elle à niéce, Mme de Caylus

On sait également que la duchesse de Bourgogne qui mis à la mode des repas sans domestiques , utilisait des sonnettes pour les appeler pour desservir sa table,  durant ses  «  soupers à la clochette »

Au début du XVIIIE, dans son «  particulier » , aussi bien ville ou à Versailles, on commença à se plaindre de la présence continuelle et permanente de la domesticité.

On imagina de nombreuses innovations pour se débarrasser de témoins indiscrets et parfois gênants, que l'on avait jusque là tolérés. D’abord mobile, à portée de main, le tintement de la sonnette ne peut atteindre les oreilles du serviteur qui se tenait à l’autre bout de la pièce. On y eut l’idée d’accrocher une petite cloche au bout d’un cordon munie de câbles et de ressort, ce cordon fut orné d'armatures de prix. Un petit ressort actionnait les sonnettes, aux moyens d’un réseau de câbles, qui courait le long des corniches

On comptait autant de sonnettes qu’il y avait de lieux où pouvait se tenir les maitres.

On nomme Cordon d'appel ou Cordons de SONNETTE des bandes d'étoffes munies d'un anneau, qui, à la moindre traction, mettaient en mouvement l'alarme



Deux cordons de sonnette en tapisserie d'Aubusson ancien longueur 1.60m
Photo : antiquités catalogue .com

Ce système technique , assimilé aux travaux des serruriers et des passementiers, s’améliora tout au long du XVIIIE et au XIXe, le cordon souple sera progressivement remplacé par des tringles rigides relié à un tableau des sonnettes, grâce auquel les maitres requéraient les services domestiques selon leurs besoins. Chaque pièce de l’appartement était dotée d’un cordon relié au câble qui fait tinter la sonnette accroché au tableau. Chaque sonnette possédait l’indication de la pièce d’où venait l’appel et permettait aux domestiques de s’y rendre.

Chez Marie Antoinette, un tel dispositif a peut être existé dans l'antichambre du cabinet doré où se tenaient les femmes de chambre avant que la pièce ne devienne un supplément de bibliothèque.

Des traités techniques de serrureries sont déjà publiés sous le règne de Louis XVI comme l'art du serrurier  de Henri Louis Duhamel du Monceau
Voir le traité

Fixé au mur de l’office où se tient les domestiques, dans le retranchement de l’antichambre ou dans la chambrette de veille, le cordon court du sofa au lit  du maitre ou de la maitresse, il permet d’appeler – on disait sonner – le domestique

On en mettra partout où la présence des domestiques pouvait être nécessaire : dans la chambre, dans le salon, dans le cabinet de garde-robe, dans l’appartement des bains. Des cordons pendaient aux cheminées, dans les alcôves, à la tête du lit, au-dessus du sofa etc ...

A Versailles, le soir venu, afin que le roi , la reine ou les princes puissent disposer d'un valet ou d'une femme de chambre à leurs portées, on détachait le câble qui reliait le cordon du lit aux sonnettes pour l'attacher à un autre cordon, qui suspendu aux rideaux des lits, reliait le cordon de soie attaché aux poignets du domestique couchant au pied du lit royal.

Ce système manuel permettait au roi de réveiller son premier valet en cas de besoin, qui alertait à son tour, garçons et autres valets, couchant sur des lits de veille dans les pièces contiguës.

Au château, on ne pouvait se passer des innovations techniques modernes de ce que l’on peut comparer à notre interphone moderne avant l’heure .

On en trouvera partout dans les appartements de la famille royale, les appartements des courtisans, jusqu’aux cabinets intérieurs où la famille royale vivait «  en particulier ».  

On sonnait ainsi ses domestiques, qui veillaient dans les antichambres ou dans les entresols de service,  les princes leurs premiers domestiques et son service d’honneur retiré dans les pièces de retraites de l’appartement,

On utilisait également les sonnettes pour avertir  de l’arrivée d’un visiteur attendu. Ainsi , dans l’espace feutré des appartements, outre le bruit des tintements des lustres, le tic tac des pendules, on pouvait entendre régulièrement  le tintement de ses sonnettes d’appels

On ne résiste pas de retranscrire le passage du journal de Mme Campan, pour illustrateur notre objet, évoquant les sonnettes de Mesdames, qui s’avertissaient entre elles, de l’arrivée, chaque matin, de Louis XV apportant le café matinal chez Mme Adeleide :

( Le Roi ) descendait, tous les matins, par un escalier dérobé, dans l'appartement de madame Adélaïde . Souvent il y apportait et y prenait du café qu'il avait fait lui-même. Madame Adélaïde tirait un cordon de sonnette qui avertissait madame Victoire de la visite du roi; madame Victoire en se levant pour aller chez sa sœur, sonnait madame Sophie, qui, à son tour, sonnait madame Louise.

Ce système d’appel était fréquent dans l’installation des accessoires de confort de  chaque appartement, on note souvent dans les devis et courriers des inspecteurs des Bâtiments du roi, la mention «  On installe les sonnettes ».

Des réseaux de câbles pouvaient traverser l’ensemble d’un appartement, voir même plusieurs niveaux d’entresols. L’appartement de la garde de la reine, l’entresol de la femme de garde-robe d’atours étaient ainsi reliés jusqu’à la tête du lit de la grande chambre de la reine.

L'accessoire se composait d’un cordon d’appel, d’un anneau et d’agréments de passementeries à la mode ( glands, franges et jasmins ) Dans beaucoup de maisons, les dames et les jeunes filles brodaient elles-mêmes de ces cordons, et ceux-ci atteignent parfois des prix considérables. L'Inventaire des meubles de la famille royale (1792) nous apprend que dans la chambre de Marie-Antoinette, à Versailles, se trouvaient 6 glands et cordons de » sonnette » estimés 120 francs comme ceux de la grande chambre de Louis XVI

Férue de mécanisme ingénieux, "la reine aurait fait installer des cordons permettant de fermer automatiquement les portes de ses appartements Si on regarde le système de fermeture , comme dans la méridienne, on trouve de petits verrous, ou des loquets sur le chambranle mais cette installation trop technique pour son temps parait peu croyable au temps de Louis XVI. Si elle souhaitait être seule ou recevoir en totale intimité, il lui suffisait de pousser le verrou ou donner un tour de clé  en fonction du lieu où elle se trouvait.

Par contre, ile st vraisemblable que la Reine avait - à sa main - un grand cordon terminé par un gland, permettant d'appeler le service .
Le collectionneur Monsieur BANCEL possédait celui qui se trouvait placé le long des rideaux du lit de la grande chambre.


Gland du cordon de la chambre de la reine ( Collection Bancel)
Photo : Forum MA

Les cordons de sonnette, comme les cordons de tirage , les embrases des rideaux , les cravates des lustres, feront partie du « meuble » que livrait le tapissier pour l’ameublement de chaque pièce. C'est un ouvrage de passementerie, généralement très somptueux chez la famille royale, confectionné dans des étoffes brodés  avec des ouvrages en or fins ou faux or dans les franges, torsades, nœuds, crêtes, galons brochés, cablés, noeuds, cartisanes, grenades et perles.

Les cordons et cordonnets plus simples étaient faits avec des étoffes de tapisseries, de coton, de filosselle

A l’occasion des grands travaux de démontage des décors qui va être entrepris prochainement dans les appartements, on peut espérer retrouver des traces de ces réseaux anciens de sonnettes, témoignage du confort qui régnait dans les appartements.

Objet mobilier, les cordons  du château de Versailles seront vendus à la Révolution, lors des ventes à l’encan qui dispersa à jamais l’intégralité du mobilier des appartements.

Enfin aux sonnettes apparentes vinrent s'ajouter les ce sonnettes à secret », imaginées par le sieur Prat, et qu'on mettait en mouvement « en appuyant avec le pied ou de tonte autre façon
encore moins facile à apercevoir »
. On peut imaginer, que la reine Mare Antoinette, en femme pratique et avide de nouveautés, eut recours à ce genre de mécanisme

La sonnette à main ne disparut pas toutefois, elle fut encore utilisée continuant ses services dans la salle à manger, jusqu'au jour où elle fut remplacée par le timbre d'abord, et ensuite par les sonneries électriques .

Sous Louis XIV et Louis XV, on fabriquait les sonnettes à main en argent ou de vermeil, comme celle que réclamait Mme de Maintenon. Quelques-unes étaient de véritables joyaux. Nous en relevons une de ce genre sur la Toilette de Marie Leczinska


Dernière édition par Admin le Jeu 12 Nov 2015 - 18:05, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 8775
Age : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 15:14

Monsieur Baulez en a fait évoquer  plutôt que vraiment restituer, dans le grand cabinet de Mme de Pompadour. Il n'y a que les cordons.





dans le cabinet


Photo Georges Jacob

et dans la chambre



On n'aperçoit plus que la sonnette et les câbles en haut du mur sur cette carte postale de l'antichambre du Petit Trianon, le cordon a déjà disparu.



Toujours pour illustrer les propos de notre cher administrateur, les clochettes pour appeler le service, citées,
des nécessaires de voyage de Marie Leczinska (aux dauphins) et de Marie-Antoinette (Louvre).




RMN

Clochette de table de Victoire à Bellevue



Le principe s'en est perpétué de nos jours à Trianon sous bois.

Revenir en haut Aller en bas
Monsieur de Marigny
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1599
Age : 99
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 20:20

Je me permets de préciser que c'est P. Arrizzoli-Clémentel qui avait tenu à la restitution de ces cordons cher Alain.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 11915
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 20:27

Des ensembles plus consistants encore visibles pour certains, étudiés ou "étudiables", subsistent dans les châteaux de Fontainebleau et de Compiègne.

L'habitation continue de ces demeures et leur préservation de grandes modifications architecturales ou de drastiques restaurations à l'époque moderne ont permis la survie de ces précieux témoignages de la vie domestique des demeures royales ou impériales.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France
avatar

Nombre de messages : 3090
Age : 30
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 20:38

Merci cher Admin pour ce sujet très intéressent !

Je ne comprend pas pourquoi la clochette de Mme Victoire ne soit pas exposée dans sont appartement de Versailles !!!

Le château devrait d'ailleurs placer des cordons de sonnette dans les appartements de Mesdames (et ailleurs) cela donnerait un peu de vie dans ces pièces (avec des bougie entamées dans les bougeoirs, moins de gros panneaux dans les salles, moins de spots horrible, ...) !

Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 8775
Age : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 25 Oct 2015 - 20:40

Merci cher Marigny
Comme CB s'est beaucoup occupé de cet appartement j'ai fait un amalgame un peu trop rapide à ce que je vois. Merci d'avoir rednu à César ce qui lui revient.

D'autres installations pour communiquer avec les erviteurs sont aussi visibles au château d'Eu (cornet accoustique) ou au musée Camondo (tableau de centralisation des appels dans la cusine, etc).

Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 8775
Age : 69
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   Dim 8 Nov 2015 - 9:05

Je rajoute des photos provenant du forum montrant que dans la pièce de la dame d'honneur le cordon de sonnette a été racroché sur le système resté en place, qui devait être complété de fil de fer de liaison jusqu'à une sonnette audible par un serviteur.


cordon à gauche de la cheminée


cordon à droite de la cheminée

NB la façon dont on l'a aujourd'hui raccroché, ne parait pas très logique, mais les fils de fer manquent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cordon de sonnette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cordon de sonnette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cordon de sonnette
» le serpent à sonnette (photo de Kia )
» La sonnette du Paradis
» Notre dame du Saint Cordon
» Le sang de cordon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: L'oeuvre du Mois-
Sauter vers: