Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'ombre des frondaisons d'Arcueil, Paris, Louvre, 2016

Aller en bas 
AuteurMessage
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13775
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: A l'ombre des frondaisons d'Arcueil, Paris, Louvre, 2016   Mer 11 Nov 2015 - 11:14

À l’ombre des frondaisons d’Arcueil,
au musée du Louvre, salles Mollien.
Du 24 mars au 4 juin 2016.


OUDRY Jean-Baptiste
Vue du parc d'Arcueil
Louvre, departement arts graphiques

Le domaine d’Arcueil entourait le château éponyme d’un vaste jardin doté de parterres, de surfaces boisées, de galeries couvertes et d’escaliers. Proche de l’aqueduc construit pour Marie de Médicis de1614 à 1624, il connut son âge d’or au début du XVIIIe.


représentations de l'aqueduc d'Arcueil construit par Marie de Médicis et Louis XIII pour porter l'eau à Paris
Fer Nicolas de (1646-1720)
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

À la mort de Guise, ses héritiers le morcelèrent, le château et le parc furent détruits dans d’obscures circonstances. Entre les XIXe et XXe siècles, la ville d’Arcueil s’étendit, et seuls quelques fragments de ce qui fut un domaine exceptionnel subsistent.

Seuls des dessins de paysages d’Arcueil réalisés vers les années 1740 rappellent cette grandeur passée. L’exposition en réunit pour la première fois la quasi-totalité.

En savoir plus sur http://www.evous.fr/Les-expositions-2016-au-musee-du-Louvre,1190438.html#y7izoitwRAq5OTXS.99

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7578
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Jean-Baptiste Oudry jardin d'Arcueil    Mar 27 Fév 2018 - 16:23

Dans l'actualité des ventes :


Artcurial, 21 mars 2018.


Lot 44 - Jean-Baptiste Oudry Paris, 1686 - Beauvais, 1755 - Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie

Crayon noir et craie blanche sur papier bleu
Dans un cadre en bois sculpté et doré estampillé INFROIT et JME, travail français d'époque Louis XVI
30,30 x 51,80 cm
(Estimation : 80 000 € / 120 000 €)

Provenance : Collection Emile Barré ;
Sa vente, Paris, Hôtel Drouot, 25-26 janvier 1894, n° 110 ("La rencontre dans le parc") ;
Collection Chauffard ;
Puis par descendance

Bibliographie : Peut-être Jean Locquin, 'Catalogue raisonné de l'œuvre de Jean-Baptiste Oudry peintre du roi (1686-1755)', Archives de l'Art Français, nouvelle période, VI, Paris, 1912, p. 148, n° 896
André Desguine, 'L'œuvre de J.B.Oudry sur le Parc et les Jardins d'Arcueil', Paris, 1950, p. 10, et repr. p. 45 (la gravure d'après notre dessin)
Hal Opperman, 'J.B. Oudry', New York, 1977, (édition revue et augmentée de la thèse de 1972), tome II, p. 863, n° D1090 peut être le même que le n° D.1093
Xavier Salmon, 'A l'ombre des frondaisons d'Arcueil. Dessiner un jardin du XVIIIe siècle', cat. exp. Paris, musée du Louvre, 2016, p. 120, cat. 48

Commentaire : Gravure :
En contrepartie en 1776, peut-être par Victoire Chenu, sous la direction de Jacques-Philippe Le Bas, publié à Paris, sous le titre "Ancienne et première vue d'Arceuil (sic)' ( L'arrosoir et le râteau à droite de la composition ne sont pas représentés dans la gravure )

En 1742, Piganiol de La Force décrit les célèbres jardins d'Arcueil : " le Prince de Guise, avoit dans ce village une maison de plaisance qui a des grandes beautés. La rivière de Bièvre en parcourt le jardin dans toute sa longueur, et lui procure de grands agrémens. Le parterre et le potager sont dans le vallon, et règnent des deux côtés de cette petite rivière ; mais la plupart des allées couvertes sont horizontalement tracées dans la montagne, et servent pour ainsi dire, d'échelons pour monter de l'une à l'autre. Les arbres dont elles sont alignées, et qui les couvrent de leur ombre, produisent ici un effet peu ordinaire ailleurs, qui est que plus l'on monte, moins on voit ; au contraire de la plupart des autres lieux élevés, où plus l'on monte, plus la vue est étendue ".

Le raffinement et la complexité du parc attirent le beau monde et les artistes. Oudry plus que tout autre s'attache à en retranscrire toute la diversité (nous connaissons plus de cinquante vues du parc par Oudry).
Il séjourne régulièrement dans la région entre 1744 et 1747, peut-être chez ce Monsieur Douglas, de la maison duquel nous savons qu'il représente un paysage d'Arcueil au Salon de 17461. Dans sa 'Vie de Monsieur Oudry', Gougenot rapporte :
" Avant la destruction totale des jardins d'Arcueil, il ne manquait pas d'y aller dessiner dès qu'il pouvait trouver un moment de loisir. Ces jardins, qui excitaient les regrets de ceux qui les avaient vus dans leur premier éclat, lorsqu'ils furent entièrement abandonnés prirent de nouveaux charmes aux yeux de la peinture… C'est dans ces divers dessins de paysage qu'il a développé clairement les grands principes qu'il tenait de M. de Largillierre sur l'intelligence du clair-obscur, et l'on y découvre les effets les plus vrais et les plus hardis ".

Notre dessin représente une terrasse à l'arrière du château, " la plus haute terrasse du domaine, sur laquelle l'Orangerie et son grand réservoir avaient été construits. Cette terrasse, agrémentée d'un long tapis vert et d'une succession de bosquets encadrés de treillages en perspectives feintes, constituait le grand parterre du Château neuf et de l'Orangerie "².

Il est possible que notre dessin corresponde au paysage répertorié par Locquin sous le n°896 : " Intérieur de parc. Vers la gauche, un escalier conduit à une terrasse ; au premier plan, plusieurs personnages. (Les figures ont été dessinées par Moreau le jeune) " et par Opperman n°D1093.
Les dimensions correspondent et la provenance (ancienne collection Mahérault (1880) ; vente La Béraudière, 16-17 avril 1883 ; vente D. et P., 19 décembre 1898) pourrait aisément compléter celle que nous présentons. Hal Opperman pense que cette hypothèse est possible mais demanderait à être vérifiée.

L'attribution des figures à Moreau le Jeune est faite dans la vente Mahérault, qui possédait un ensemble très important de dessins par Moreau. Il est difficile de mettre un nom sur le dessinateur qui a adjoint des figures au dessin d'Oudry, mais il est sûr que les figures ont été dessinées au XVIIIe siècle. Les feuilles de la collection Mariette maintenant au Louvre sont pareillement enrichies de figures, et l'on a suggéré le nom de Mariette lui-même pour ces " marionnettes ". On peut aussi songer au graveur Jacques Philippe Le Bas, ou à son assistante Victoire Chenu, qui gravent d'après ce dessin en 1776, dont les noms sont moins prestigieux mais qui devaient être tout aussi capable d'animer les frondaisons grandioses mais dépourvues de présence humaine des paysages purs d'Oudry.

Nous remercions Monsieur Hal Opperman pour son aide à la rédaction de cette notice.

1. Voir Hal Opperman, 'J.B. Oudry', Paris, 1982, p. 232
2. Voir cat. exp. 'A l'ombre des frondaisons d'Arcueil', p. 53

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Duchesse, Duc et Pair de France
avatar

Nombre de messages : 1885
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Arcueil Hubert Robert    Sam 24 Mar 2018 - 8:25

Exposé à Drouot dans la salle des oeuvres choisies, ce dessin d'Hubert Robert



Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'ombre des frondaisons d'Arcueil, Paris, Louvre, 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'ombre des frondaisons d'Arcueil, Paris, Louvre, 2016
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A l'ombre des frondaisons d'Arcueil, Paris, Louvre, 2016
» Le Musée des monuments français, Paris, Louvre, 2016
» Liste d'attente IED Paris 8 - Année 2013/2014
» Exposition Hubert Robert au Louvre. 09/03-30/05 2016
» Cours de Rythme et Percussions Corporelles Paris 2015 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Paris-
Sauter vers: