Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6787
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750   Ven 20 Nov 2015 - 10:56


Le portrait équestre de Louis XIV par René Antoine Houasse

Le portrait du roi :
images, figurations, représentations de Louis XIV (1650-1750)

10 et 11 décembre 2015.
Université de Paris-Diderot et Université de Picardie Jules Verne à Amiens.


À l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV en 2015, le retour aux témoignages directs de ses contemporains et des générations immédiatement ultérieures reste très précieux pour retrouver, à travers l’émotion, la passion, l’admiration ou la haine qui les animent, ou tout aussi bien à travers la prose ou la poésie officielles que son règne génère, une image vivante – car vécue – du grand roi.

Ce colloque reviendra sur les portraits, les images, les représentations du roi que nous donnent à voir la littérature, les arts et les textes politiques et critiques produits entre 1650 et 1750, entre la période troublée où le fantôme du petit roi plane sur la Fronde et le point culminant des Lumières, où l’image du Grand Roi obsède encore un imaginaire en fusion, comme en témoigne le monument voltairien du Siècle de Louis XIV, publié en 1751, terminus ad quem de notre approche. Loin d’envisager Louis XIV et ses représentations comme un « lieu de mémoire » construit, voire figé, on tentera donc de le saisir à vif, notamment à travers les discours de ceux qui l’ont côtoyé – on pense aux mémorialistes et aux épistoliers –, mais aussi à travers le miroir diffracté du théâtre, du roman, de la poésie, et, en dehors du champ proprement littéraire, dans la peinture et à l’opéra aussi bien que dans les écrits politiques et religieux du temps.

Et si ce colloque emprunte son titre à un ouvrage célèbre et emblématique de Louis Marin, il n’invite nullement à une soumission convenue à ses thèses. Il n’entend pas se cantonner à une sémiologie du pouvoir, à ce que Louis Marin nomme les « portraits » du roi, ces hosties destinées à entretenir le change d’une transsubstantiation permanente entre les différentes images de propagande du roi et le pouvoir lui-même.
Au contraire, c’est ce qui peut être saisi, à travers tous les filtres discursifs qui nous sont parvenus, d’une humanité et d’une souveraineté singulières du grand roi, qui sera tout particulièrement au centre des débats.

On s’intéressera aux variations des points de vue, aux déclinaisons parfois infimes, aux tremblements des consciences de ceux qui ont approché le « Roi Soleil » de fort près, au risque de s’y brûler, ou de ceux qui ne vécurent que dans son ombre, comme le duc de La Rochefoucauld, fils de l’auteur des Maximes et décrit par Saint-Simon comme le courtisan servile par excellence.
On aimerait donc aussi interroger, à travers tous ces discours, le lien fragile et ténu entre l’autorité écrasante qui caractérisa cette grande figure historique et les créations immenses dont il fut le contemporain et souvent la cause ou l’origine.

Programme :

Jeudi 10 décembre 2015 : université d’Amiens, Logis du roi.

10h 15 : introduction au colloque par Marc HERSANT et Claire QUAGLIA.

Session 1 : présidence : Marc HERSANT.
Discours historique, discours critique sur Louis XIV

10h 45 : Patrick DANDREY (Université Paris-Sorbonne) : « Louis XIV et la patrie en danger. Figuration moderne de la topique du roi sacrifié. »

11h 30: Michèle BOKOBZA-KAHAN (Université de Tel-Aviv) : « Louis XIV dans l’œuvre de Pierre Bayle. »
12h : Sylvain MENANT (Université Paris-Sorbonne) : « Un portrait voltairien de Louis XIV. »

Session 2 : Présidence : Patrick DANDREY.
Louis XIV et ses profils : une vision intime du roi

14h 15 : Emmanuèle LESNE (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) : « Madame de Sévigné et Bussy-Rabutin : voir le roi de loin. »
14h 45 : Laurence PLAZENET (Université Paris-Sorbonne) : « Louis XIV chez Madame de Motteville. »

16h : Fabienne BOISSIERAS (Université Jean Moulin Lyon III) : « L’histoire en profondeur : la figure de Louis XIV dans la correspondance de Madame de Sévigné. »
16h 30 : Delphine MOUQUIN – DE GARIDEL (Université de Tours) : « Le roi abandonné : un autre Louis XIV dans les Mémoires de Saint-Simon. »


Vendredi 11 décembre : université Paris-Diderot, Salle Pierre Albouy.

Session 3 : Présidence : Geneviève ARTIGAS-MENANT.
Éloge et blâme du Grand Roi

9h 30 : Emmanuel BURY (Université de Saint-Quentin en Yvelines) : Louis XIV au prisme des moralistes.
10h : Jean GOLDZINK (ENS Lyon) : « Comment restaurer le portrait d’un roi détesté ? Voltaire et Louis XIV. »

11h 15 : Isaure BOITEL (Université de Picardie) : « Louis XIV défiguré. Le Grand Roi au crible de la caricature. »
11h45 : Claire QUAGLIA (Université Paris-Diderot) : Au-delà de l’éloge et du blâme, « Louis XIV : un roi de désir ? »


Session 4 : Présidence : Emmanuel BURY.
Louis XIV et les Beaux-Arts

14h 30 : Yann LIGNEREUX (Université de Nantes) : « Les Roys ne sont jamais enfans. Louis XIV le petit ou l’apprentissage de la représentation absolutiste. »
15h : Jean DURON (Centre de Musique baroque de Versailles) : « L’Univers retentit du bruit de votre gloire » : une musique à l’image de Louis XIV.
15h 30 : discussion et conclusion du colloque.

Comité scientifique : Florence Dumora, Jean Garapon, Béatrice Guion, Florence Lotterie, Jean Vignes.

https://www.u-picardie.fr/actualites/recherche/agenda/le-portrait-du-roi-images-figurations-representations-de-louis-xiv-1650-1750--420709.kjsp

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1548
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: colloque Louis XIV Université Paris Diderot   Sam 21 Nov 2015 - 13:13

Merci pour cette info GM
savez-vous si l'audition est libre ou faut-il une pré-inscription?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6787
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750   Sam 21 Nov 2015 - 13:35

Je vous transmets les adresses des organisateurs :

Pascal DEBAILLY (Université Paris Diderot-Paris 7) : pascal.debailly@wanadoo.fr

Marc HERSANT (Université de Picardie Jules Verne) : m.hersant@free.fr

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1548
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750   Sam 21 Nov 2015 - 21:23

Merci Grande Mademoiselle pour vos contacts qui m'ont répondu que l'entrée était libre.
Je pense aller à la session 4, si qqn d'autre du forum est intéressé, on pourra tjs s'y croiser Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1548
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750   Ven 11 Déc 2015 - 22:15

Petit compte rendu de la 4è session de ce passionnant colloque dont Grande Mademoiselle a posté le programme plus haut. Non exhaustif, hélas, il y avait tant de connaissances et de documents.

- Sur le sujet brillamment exposé par Yann Lignereux (Professeur des universités, historie moderne Directeur de l'UFR Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie à Nantes) :
« Les Roys ne sont jamais enfans. Louis XIV le petit ou l’apprentissage de la représentation absolutiste. »

Une riche iconographie a été montrée -dessins, peintures, estampes, gravures, almanach, médailles...-  fruit d'un travail de recherche avancé pour illustrer la construction figurative du personnage du roi dès son enfance.

L'intervenant a mis en avant (entre autre) le rôle d'Anne d'Autriche. En prise avec les grands seigneurs de l'époque, la Régente a dès le début assis le pouvoir politique de son de fils-roi.

Ainsi sur cette estampe de 1643, on y voit la Régente partager le sceptre avec Louis XIV alors âgé de 5 ans, avec en fond de tableau la bataille de Rocroy gagnée par le duc d'Enghien (futur frondeur). La victoire est celle du roi et est montrée telle.



Anne d'Autriche avait fait aussi l'éducation religieuse de son fils (Louis-Dieudonné, à la naissance duquel elle fit élever le Val-de-Grâce pour remercier Dieu).


Sur ce tableau de Philippe de Champagne, elle présente son fils à la Vierge qui lui légitime sa couronne.

Très tôt le roi a compris qu'il devait se positionner en conquérant et se montrer non pas dans la lignée dynastique mais en roi tout puissant et sans crainte.

Louis XIV en Jupiter, Charles Pierson, 1655. Ni trône, ni attributs royaux ne sont représentés, juste le jeune roi en maitre tout puissant avec la foudre dans la main.

Une autre gravure très intéressante montrait le roi entouré à gauche de ses ancêtres royaux et à droite d'empereurs romains, une centralité aristotélicienne comme l'a définie l'intervenant. Je ne retrouve pas ce visuel, dommage.

Il y avait aussi la représentation des hauts faits militaires sur les médailles. Quand il ne s'agissait pas d'une victoire sur place du Roi lui-même, il n'était pas question d'y faire figurer le maréchal ou autre vainqueur (sauf Monsieur, frère du roi qui fut représenté une seule fois après sa victoire à la bataille de la Peene en 1677).
Dans ce cas, et surtout à partir de 1693, sur la médaille était représentée la France sous forme d'allégorie fleurdelisée recevant les honneurs soit d'un guerrier inconnu, soit à ses pieds l'assujettissement des vaincus.

- Concernant le sujet « L’Univers retentit du bruit de votre gloire » : une musique à l’image de Louis XIV,  Jean DURON, directeur de la recherche au Centre de Musique Baroque de Versailles, a bien évidemment fort bien maîtrisé la question.

Il a rappelé tout d'abord la définition de ce qu'était la musique à l'époque à savoir selon la définition de J.J. Rousseau dans l'Encyclopédie, peindre les choses qu'on ne saurait entendre en leur donnant du son par le mouvement.

Ainsi était introduite la question de savoir comment transparaissait l'image du Roi à travers des compositions de Lully, Couperin, Charpentier, de Lalande pour ne citer qu'eux.
Comme il l'a signalé, beaucoup de choses sont difficiles à certifier car la lecture était très codifiée. Quelques oeuvres ont été mentionnées dont celle par exemple de Jacques-Martin Hotteterre, flûtiste très apprécié de la Chambre du Roi. Ou bien celle aussi dite l'Auguste du claveciniste Couperin dans laquelle on retrouverait des peintures musicales tout à la faveur du monarque.
Lully n'ayant pu accédé à une fonction de musicien à la chapelle royale en raison de ses moeurs, M. Duron s'est attardé sur Michel-Richard De Lalande que le roi appréciait tout particulièrement. Il appuya en 1683, à l'issue d'un concours, son accession au quartier d'octobre, vraisemblablement en raison de deux des quatre principales fêtes de la Chapelle, la Toussaint et Noël. Il finit par être nommé sous-maître à la Chapelle Royale du château de Versailles après son titre de Surintendant de la Musique de la Chambre.

Beaucoup d'anecdotes ont été relatées durant la présentation de Jean Duron. Le roi qui était bon musicien et qui chantait à la messe et ailleurs prenait un soin personnel à recruter lui même chanteurs et violonistes qu'il recevait en audience, et ne méprisait jamais les disqualifiés. Le roi était très abordable à la messe, par les musiciens qui s'émancipaient de tout protocole pour parler mariage ou autres, ce qui parait-il amusait beaucoup Louis XIV.
En 1680, cinq castrats tout droit venus d'Italie furent introduits parmi les chanteurs par Laurenzi. La castration était interdite dans le royaume, on appelait ces hommes des Incommodés.
Un faux castré (un haute-contre en fait) avait déjà rejoint les choeurs dès 1652 poussé par son père qui aurait tout fait pour la carrière de son fils... je ne sais plus son nom...  

Concernant le roi danseur, Jean Duron ainsi que l'historien Philippe Hourcade, saint-simonien devant l'éternel s'il en est, étaient assez courroucés de la postérité qu'on a donnée au "portrait" de Louis XIV danseur en Apollon.
Ces dessins très minutieux (aquarelle, mine de plomb, lavis, rehaussé d’or) étaient destinés en fait aux couturiers pour la confection de l'habit du roi. Des annotations relatives aux patrons et le métrage étaient en marge de la figure , ces dessins n'ont jamais été diffusés à l'époque, ils n'étaient pas du tout destinés à l'être. Ce sont des collectionneurs qui leur ont donnés la notoriété qu'on leur connait.

Le costume était composé d'une sorte de jupe, parce que la chorégraphie demandait des "hauts-sauts"

A la fin du colloque (qui regroupait une vingtaine de personnes en tout, très composite en âges et en ethnies), qq questions ont été abordées. Parmi elles, j'ai relancé celle de savoir si La Bruyère disait la vérité sur les courtisans qui auraient tourné le dos à l'autel pour fixer le roi... (On a déjà échangé sur le forum dans le sujet "Etiquette à La Chapelle royale", donc pas de débat relancé ici). Je voulais juste connaître d'autres avis d'experts... et bien je suis au regret de vous dire qu'il n'y a pas de réponse tranchée :-) d'abord parce que la chapelle royale date de 1710 et qu'on ne connait que peu la disposition de celle contemporaine de l'écrivain qui a écrit "Caractères" en 1688, puis parce que le roi était très impliqué dans le choix des musiciens et des chanteurs et qu'il était lui même en admiration devant eux et qu'ils n'auraient pas supporté qu'on le dévisageât (même si beaucoup ne devaient pas se priver d'un regard pour être vu du roi) et enfin en ce qui concerne la chapelle de 1710, la tribune est trop haute et le roi agenouillé sur son carré ne pouvait être vu d'en bas.
king
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750   

Revenir en haut Aller en bas
 
Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Images, figurations, représentations de Louis XIV 1650-1750
» pas de représentations ni d'images ?
» Psy cognitive - Représentations liées à l'action
» Images et représentations figurées
» Les représentations du prophète

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, Recherches, Etudes et Vie scientifique :: Colloques-
Sauter vers: