Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'objet du mois : la courtepointe de la chambre de la reine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Surintendant
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 2507
Age : 50
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: L'objet du mois : la courtepointe de la chambre de la reine   Dim 24 Jan 2016 - 13:52

Connaissances de Versailles se propose de faire découvrir à travers des notices détaillées, des œuvres conservées dans le Musée National.

LA COURTEPOINTE DU LIT DE LA CHAMBRE DE LA REINE



Courtepointe du lit de la reine à Versailles - Photo : EPA Versailles

Ce mois-ci découvrons la courtepointe du grand lit de la chambre de la reine, couvre lit peu évoqué.

Le dictionnaire de la décoration de Havard définie la courtepointe comme une étoffe piquée ou cousue point  contre point qui recouvre et protège les draps d’un lit.
Les courtepointes sont aujourd'hui ce que l'on appelle le couvre lit, ou anciennement le couvre pied, dessus de lit ou de tapis de lit". Il s'agissait de couvertures d'étoffe doublées, à l'intérieur, d'une garniture de coton, d’ouate ou de plumes, retenue par des piqûres exécutées point sur point .
Depuis le XIVe, la courtepointe joua un rôle considérable dans la parure du lit.

Dans le dictionnaire cité,au mot CHÂLIT,  on explique que la partie solide de ce meuble, le grand cadre de bois monté sur quatre pieds, qui constitue sa charpente, demeurait invisible, étant entièrement recouverte par les draperies. Ces draperies étaient celles de la courtepointe, qui enveloppaient complètement la couche et traînaient jusqu'à terre. Il était donc naturel qu'elles fussent confectionnées en tissus précieux. Lorsque l'adaptation des colonnes, piliers ou quenouilles vint transformer, au xvi° siècle, la structure du châlit, en haut la partie supérieure au bâti inférieur, les courtepointes perdirent de leur ampleur et s'arrêtèrent désormais à la hauteur des pans ou soubassements du châlit. Néanmoins, cela ne les empêcha pas de continuer à être fabriquées en étoffes de prix
La courtepointe était encore, au XVIII siècle, la parure par excellence du lit, parure qui jouait son rôle dans les cérémonies officielles.

Par exemple, selon l’état de la France, rédigé par le  père Besongne, lorsqu'un nonce ou un ambassadeur, doit avoir audience, le tapissier doit auparavant découvrir le lit , c'est-à-dire qu'il doit ôter la housse de taffetas qui est autour du lit , et quoique le lit ne soit pas encore fait, il doit le couvrir de la courtepointe et ouvrir les rideaux, du moins par les pieds et le devant du lit. » (État de France, t. I01', p. 286.)

Avec le XVIIIE siècle, cet ornement des lits royaux et princiers se dissimule sous la housse et ne reparaît plus que dans l'intimité. A Versailles, les courtepointes des lits des chambres royales et princières font toujours partie du " meuble" textile de la pièce et assorties généralement aux rideaux, traversins, rideaux du lit , tentures, et sièges.

Aujourd'hui, considérons la courtepointe du lit de la reine :

Photo : Amis de Versailles

Cette  courtepointe  fait partie d'un des " meubles d'été" de la reine de la chambre du grand appartement, livré  en 1786.Conçu par le dessinateur Jean-François Bony (1764-1826),le " meuble" est confectionné à Lyon par la maison Desfarges.
La Conservation du Musée  acheta à New York en 1959 cette courtepointe authentique de la chambre de la Reine avec le don de la fondation Kress par l'intermédiaire des Amis de Versailles. Le musée de Versailles possède également 2 projets aquarellés pour la soierie, montrant cette courtepointe et le dossier du lit correspondant.

Le projet pour cette courtepointe est connu, en effet, par une gouache attribuée à Jean François Bony (1764-1826), entrée dans les collections de Versailles en 1998 (MV 8976)


Projet pour la broderie de la courtepointe du lit de la grande chambre de la reine Marie-Antoinette à Versailles - mai 1786
(C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
La courtepointe est inventoriée MV3671

Il s'agit d'un gros de Tours blanc broché de fleurs, de rubans et de plumes de paon. Le lit était habillé d'une courtepointe assortie rehaussée de broderies où les grands bouquets noués de rubans bleus sont disposés autour d'une couronne de roses et de guirlandes végétales piquées de pensées.

On peut transcrire également quelques détails instructifs sur le lit de la reine  comme ce passage des mémoires de Mme de La Tour du Pin, qui explique la manière dont on faisait le lit et le ménage dans la chambre de la reine pendant qu'elle était à la messe : c’était l’affaire de valets tapissiers, des femmes de garde-robe et de 4 valets de chambres ordinaires !
«  Je restais dans sa chambre pendant qu’on était à la messe et je connus ainsi tous les détails du service des femmes de garde-robe. Il consistait à faire le lit, à emporter les vestiges de la toilette, à essuyer les tables et les meubles. Ce qui paraitrait bien singulier dans les mœurs actuelles, les femmes de garde-robe ouvraient les immenses rideaux doubles qui entouraient le lit, puis optaient les draps et les oreillers que l’on jetait dans d’immenses corbeilles doublées de taffetas verts. Alors quatre valets en livrées, venaient retourner les matelas, que des mains de femmes n’auraient pas pu la force de retourner. Après quoi, ils se retiraient et 4  femmes venaient mettre des draps blancs et arranger les couvertures. Le tout était fait en cinq minutes… »

La courtepointe était ensuite redéployée par les mains non ,pas des femmes de chambres, mais du valet de chambre tapissier dont c’était la principale fonction quotidienne …

On ne résiste pas de rappeler la  sacro sainte règle qui régit le lit , réputé meuble »  "Si Marie- Antoinette voit de la poussière sur la courtepointe de son lit et qu'elle fait appeler, à l'aide de plusieurs intermédiaires, les garçons de la chambre, ceux-ci répondent que cette poussière n'est point de leur compétence, "le lit de la reine étant réputé meuble quand Sa Majesté n'y est pas couchée..." C'est donc au premier valet de chambre tapissier qu'il faut s'adresser..."

Composants  : Soie, gros de Tours broché et brodé
Dimensions  : L. 2,75 x l. 2,20 m V 3671

Le musée possède deux autres courtepointes , réputées authentiques, celle dite "de la reine Marie Thérèse" et une autre courtepointe de Marie Antoinette, aujourd’hui déployée sur le lit de la chambre des Bains de la reine, sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement.

SUJETS CONNEXES :
On en parle sur le forum - Vente de la galerie Georges Petit

BIBLIOGRAPHIE
-Labbé de La Mauvinière, « Deux documents artistiques concernant la chambre de Marie-Antoinette à Versailles », Gazette des beaux-arts , 1924, 1er semestre, p. 313-316.
-« La chronique des arts », Gazette des beaux-arts , janvier 1960, n° 1092, fig 24.
-Mémoire de Mme La Tour du Pin
-Rêve de Blancs de Françoise de Bonneville


Dernière édition par Admin le Lun 25 Jan 2016 - 9:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 9048
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: L'objet du mois : la courtepointe de la chambre de la reine   Dim 24 Jan 2016 - 14:53

Il est dommage que la RMN n'ait pas réalisé de vue de la courtepointe sans crêpeline bien cadrée par dessus.
On ne trouve que la photo noir et blanc prise au moment du rachat.


On y a pensé pour le lit du salon de Mercure


Mais pas pour celui de Breteuil chez le Dauphin pour lequel on trouve cependant l'intérieur du ciel de lit

Revenir en haut Aller en bas
 
L'objet du mois : la courtepointe de la chambre de la reine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'objet du mois : la courtepointe de la chambre de la reine
» L'objet du mois de Juin: NGC4631 ou la galaxie de la Baleine
» (1962) au mois d'Août vers 22h-Le triangle volant- Afrique du Nord
» mon premier objet ciel profond
» Compraison de températures par mois et par année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: L'oeuvre du Mois-
Sauter vers: