Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française   Lun 18 Avr 2016 - 10:19




Musée Marmottan Monet
L’ Art et l’enfant.
Chefs-d’œuvre de la peinture française

10 mars au 3 juillet 2016

Signées Le Nain, Philippe de Champaigne, Chardin, Greuze, Corot, Daumier, Millet, Manet, Cézanne, Monet, Morisot, Renoir, Bastien-Lepage, Pelez, Bonnard, Vallotton, Maurice Denis, Matisse, Picasso, Chaissac, Dubuffet... près de soixante-quinze œuvres provenant de collections particulières et de prestigieux musées français et étrangers sont réunies au musée Marmottan Monet.

Fruit de la collaboration d’historiens et d’historiens de l’art, cette exposition inédite retrace l’histoire du statut de l’enfant du XIVe au XXe siècle et permet de porter un regard nouveau sur ces œuvres en interrogeant différemment la peinture. L’une des pièces majeures du musée de Cluny, La présentation au temple attribuée à André Beauneveu et Jean de Liège, ouvre l’exposition et illustre la prépondérance de la représentation de l’enfant-Dieu dans l’iconographie jusqu’à la fin du moyen-âge.

La figure de l’enfant-Roi apparait ensuite. Des portraits de souverains enfants, prêts du Palazzo Pitti de Florence, des musées de Hambourg, du Louvre et du château de Versailles, composent un ensemble d’exception.

Si les deux fils d’Anne d’Autriche, Louis XIV et son frère Philippe de France, portent dans le portrait qui les représente avec leur mère régente, la robe de l’enfance – vêtement dont on affuble indistinctement les garçons et les filles jusqu’à l’âge de cinq ans – ce sont les attributs du pouvoir qui se donnent généralement à voir. Dès le plus jeune âge, les portraits de Louis XIV s’inscrivent dans un cadre officiel et protocolaire. L’enfant disparait sous le manteau d’hermine. Héritier de droit divin, il incarne la continuité dynastique.

La pérennité familiale est également au cœur des préoccupations de l’aristocratie, comme l’illustre le trésor du château de Sully-sur-Loire représentant La famille de Habert de Montmor, présenté pour la première fois dans une exposition temporaire. Face à lui, une suite de tableaux des frères Le Nain montre des enfants humbles, petits paysans dont les activités sont le prétexte à des scènes de genre plus pittoresques que réalistes.

Avec les Lumières, s’ouvre un âge nouveau. L’enfant est au centre de préoccupations politiques, morales et sociales. Un écorché grandeur nature représentant une femme enceinte avec fœtus, œuvre spectaculaire de Jacques-Fabien Gautier Dagoty, illustre les progrès de la médecine à la fin du XVIIIe siècle et la volonté de lutter contre la mortalité infantile. Sous l’impulsion rousseauiste, l’allaitement maternel se répand et les aristocrates se font portraiturer donnant le sein. Un attachement nouveau s’exprime. C’est le « triomphe du sentiment familial » que symbolisent ces portraits où père et mère  enlacent leurs enfants. Considéré comme un être à part entière, l’enfant est dorénavant un sujet de peinture. On le représente désormais seul, pour ce qu’il est. Chardin le fait jouer au toton, Girodet étudier, Greuze le montre rêveur...

Au XIXe siècle, la représentation de l’enfant gagne ses lettres de noblesse. Millet, le réaliste, consacre aux soins des plus jeunes des peintures qui telles La becquée, La précaution maternelle et La leçon de tricot deviennent des icônesde la France rurale. D’autres artistes témoignent de l’enfance urbaine et défavorisée. Jeanron héroïse l’enfant des barricades, un insurgé comme Gavroche. Eva Gonzalès peint quant à elle Le clairon, un enfant de troupe enrôlé dans l’armée dès son plus jeune âge. Alors que le naturaliste, Jules Bastien-Lepage dénonce le travail des enfants, leur prostitution et que Pelez intitule son petit marchand de violettes Martyr, les impressionnistes se font les interprètes d’une enfance bourgeoise et préservée. Ils témoignent de l’émergence d’une certaine famille moderne.

L’exposition aborde enfin l’influence du dessin d’enfant sur l’art à l’aube du XXe siècle. Une sélection inédite de crayonnages dus aux rejetons de Monet et de Pissarro ainsi que les dessins d’enfant d’artistes reconnus comme Maurice Denis et Jean Lurçat sont présentés pour la première fois au public. Réalisés dans un cadre strictement familial, ces griffonnages suscitent à l’aube du xxe siècle un intérêt particulier. La création enfantine marque les avant-gardes en quête d’un vocabulaire nouveau. Le portrait de Pierre Matisse par son père, Paul dessinant de Picasso et, du même auteur, Le peintre et l’enfant – image triomphante d’un enfant brandissant un pinceau quand le peintre qui l’accompagne tient une palette - attestent de cet intérêt. Avec l’Art Brut, représenté par Dubuffet et Gaston Chaissac, l’infantilisme des formes est poussé à outrance et dénonce l’art codifié et classique, « l’asphyxiante culture ».

Commissariat : Jacques Gélis Historien, Professeur émérite d’histoire moderne de l’Université de Paris VIII
Marianne Mathieu Adjointe au directeur, Chargée des collections du musée Marmottan Monet
Dominique Lobstein Historien de l’art
Et pour sa contribution à la recherche iconographique, Anne Galloyer, conservateur du Musée-Fournaise





Site :
http://www.marmottan.fr/fr/exposition_en_cours-musee-2576

2, rue Louis-Boilly
75016 Paris
Téléphone : +33 (0)1 44 96 50 33

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Dernière entrée : 17h30
Nocturne le jeudi jusqu'à 21 h
Dernière entrée : 20h30

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.


Dernière édition par Grande Mademoiselle le Lun 18 Avr 2016 - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Portrait futur Louis quatorze enfant anonyme   Lun 18 Avr 2016 - 10:29

Parmi les oeuvres prêtées par le château de Versailles, nous trouvons :


Portrait du futur Louis XIV, enfant
Nº d'inventaire: MV 8499
Date de création : 1640-1700
Dimensions : œuvre : 89 x 65 cm cadre : 101,3 x 76,6 x 6,2 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Avec la dynastie des Bourbons, qui accèdent au trône grâce à Henri IV en 1589, l’image des futurs héritiers de la couronne évolue. Il ne s’agit plus d’enfants auquel un détail vestimentaire confère une destinée royale, mais de souverains en réduction dans un décor protocolaire.
Le premier portrait officiel du dauphin, futur Louis XIV, le représente avec un vêtement d’enfant porté jusqu’à cinq ans, mais brodé d’emblèmes royaux et complété d’un manteau d’hermine sur lequel s’affiche le ruban bleu de l’ordre du Saint-Esprit.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Anne d'Autriche enfants Louis Dieudonné Philippe portrait    Lun 18 Avr 2016 - 10:35


Anne d'Autriche et ses enfants
Nº d'inventaire: MV 3369
Anonyme
Date de création : 1601-1650
Dimensions : 188 x 185 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot

La reine est entourée de ses deux enfants, Louis XIV à gauche (né en 1638), son frère Philippe à droite (né en 1640). Une couronne fermée est posée sur un riche meuble à proximité du petit Louis XIV pour rappeler qu’il est le dépositaire de l’autorité souveraine. La reine protège son fils Philippe d’un geste maternel qui le maintient dans son giron, tandis qu’elle pose sa main droite sur l’avant-bras de son fils aîné, pour montrer qu’elle le guide même s’il est le roi. Seule à porter un vêtement fleurdelisé, Anne d’Autriche pose avec assurance entre ses deux fils, vêtue d’une somptueuse robe rose. Louis XIV est quant à lui peint en robe d’enfant dorée ; comme son frère, il porte le cordon bleu et la croix de l’ordre du Saint-Esprit.

La mise en scène du lien dynastique et la désignation du jeune âge du roi, portant la robe des enfants, sont ici des instruments visant à légitimer la régence et à assurer la permanence dynastique. La présence de Philippe, renforce encore le droit du sang royal et doit rassurer les spectateurs du tableau : l’existence d’un héritier du trône contrebalance la fragilité d’une monarchie dont l’avenir ne tient qu’à un enfant d’à peine sept ans. Nous sommes ainsi en présence d’une affirmation de continuité, de stabilité et de légitimité dynastique.

Voir les Portraits d’Anne d’Autriche, par Jean HUBAC
Site : https://www.histoire-image.org/etudes/portraits-anne-autriche

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: portrait Louis quatorze Henri Testelin 1648   Lun 18 Avr 2016 - 10:51


Louis XIV, roi de France (1638-1715)
Nº d'inventaire: MV 102
Testelin, Henri. 1648
Dimensions : œuvre: 207,5 x 155 cm cadre: 225,5 x 163,5 x 9,5 cm
Matière et technique : huile sur toile
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

Historique : ancienne collection ; rentoilé dans l'atelier du Louvre, vers 1932 ; exposé dans les salles du XVIIe, n°6, 1965 (EPV)

Grâce enfantine et majesté royale se combinent dans ce portrait du jeune Louis XIV en costume de sacre.

Louis XIV est vêtu du manteau fleurdelisé, et doté du collier de l'ordre du Saint-Esprit et du bâton de commandement. Devenu roi en 1643 lorsqu'il avait cinq ans, il est représenté ici âgé d'une dizaine d'années, six ans avant la date de son sacre qui eut lieu en 1654. Il s'agit avant tout ici d'affirmer la stabilité de la dynastie et l'autorité royale fragilisée par le début de la Fronde.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Louise-Marie de Bourbon Mademoiselle Tours Mignard   Lun 18 Avr 2016 - 11:00


Louise-Marie de Bourbon, dite Mademoiselle de Tours
Nº d'inventaire: MV 3624
Pierre Mignard. Vers 1681-1682
Huile sur toile – 132 x 96 cm
© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

Portrait acquis par Louis-Philippe pour Versailles en 1833. (Collection Louis-Philippe.)

Louise-Marie-Anne de Bourbon, cinquième enfant de Louis XIV et de Mme de Montespan, née en 1674, légitimée en 1676 comme Mlle de Tours, meurt en septembre 1681 à Bourbon-l’Archambault, loin de ses parents.

Au peintre Pierre Mignard échoit la commande du portrait commémoratif de l’enfant. Renonçant à toute allusion funéraire, il représente la fillette en tenue d’apparat dans le cadre d’une résidence royale ; seules les bulles de savon dont elle s’amuse évoquent la brièveté de la vie et sa disparition.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6170
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Rome Bonaparte Reichstadt Baron Gérard 1812   Lun 18 Avr 2016 - 11:07

Oeuvre également prêtée par l'EPV figurant à l'exposition :


Napoléon-Charles-François-Joseph Bonaparte, duc de Reichstadt, prince impérial, roi de Rome (1811-1832)
Nº d'inventaire: MV 4707
Baron Gérard. 1812
Dimensions : œuvre: 61,2 x 50,3 cm cadre: 75,5 x 64,6 x 7,7 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château – de Versailles) / Daniel Arnaudet / Jean Schormans

Historique : acquis de la vicomtesse de Senonnes, 1841 ; restauration, 1954 ; restauration, 1962 ; restauration, 1969

Qu'on ne s'y trompe pas, ce portrait est d'abord une œuvre de caractère dynastique et le portrait très officiel de l'héritier du trône impérial.

Il est présenté assis sur un coussin de velours de soie d'un vert profond qui met en valeurs ses carnations et fait chanter le ruban rouge de la Légion d'honneur dont il est déjà ceint. Sa main gauche est posée sur un globe, et la droite serre un hochet qui ressemble à un sceptre, symbole de sa destinée. Le visage présente un fort caractère familial, l'artiste étant parvenu à y faire la synthèse des traits de sa mère - la peau très blanche, les cheveux très blonds, les yeux bleus - et de son père - la forme générale du visage et la mèche retombant sur le front.

Le tableau original fut envoyé par l'impératrice Marie-Louise à Napoléon, parti pour la campagne de Russie, qui le reçut la veille de la bataille de la Moskowa, le 6 septembre 1812. Il le désigna aussitôt comme un chef-d'œuvre et le fit placer devant sa tente, à l'admiration de toute l'armée. Ce tableau aurait été perdu ou détruit pendant la retraite de Russie. Un second exemplaire, réalisé pour l'impératrice, était présenté en novembre 1812 au Salon (ce pourrait être celui conservé aujourd'hui au musée national du château de Fontainebleau).

L'exemplaire de Versailles est une réplique réalisée de la main de Gérard ou de l'un de ses élèves. Il fut acquis de la vicomtesse de Senonnes pour le musée de Versailles en 1841. (F. Lacaille)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Vidame du Hayreu-Hersay
Princesse Légitimée, Prince Légitimé de France


Nombre de messages : 2265
Age : 42
Localisation : --
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française   Lun 18 Avr 2016 - 11:19

Merci pour ces posts cher GM, car à ne s'en tenir qu'à l'affiche, on aurait presque pu croire à une expo impressioniste de plus (à chaque musée ses produits d'appel !).

Bravo également à la personne qui a obtenu (sans doute aux forceps) que le nom de Chardin figure aussi dessus...
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin


Nombre de messages : 11490
Age : 51
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française   Lun 18 Avr 2016 - 13:24


_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française   Aujourd'hui à 2:36

Revenir en haut Aller en bas
 
L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’ Art et l’enfant. Chefs-d’œuvre de la peinture française
» Le 18e aux sources du design, chefs d'oeuvre du mobilier
» Echec du multiculturalisme, de l'intégration
» peinture à l'essoreuse à salade
» le baptême des enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Paris-
Sauter vers: