Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art   Mer 1 Juin 2016 - 14:04

Dans le cadre de Donostia Saint-Sébastien - capitale européenne de la culture en 2016, Bayonne accueille du 3 juin au 25 septembre une double exposition de grande envergure, de part et d'autre de l'Adour.

Le Musée Basque et de l'histoire de Bayonne présente 1660 - La Paix des Pyrénées : politique et famille, L'esprit de Velázquez, une exposition exceptionnelle qui illustre l'épisode historique du traité de paix des Pyrénées. De Velázquez à Poussin en passant par Mignard ou les frères Beaubrun : 140 chefs-d'oeuvre, peintures, gravures, dessins issus des musées européens les plus prestigieux, du Prado au Louvre, en passant par le musée du château de Versailles, les musées des Beaux-Arts de Chartres, Le Mans, Orléans, Valence (Espagne), la Real Academia de Bellas-Artes San Fernando (Madrid), la Bibliothèque Nationale d'Espagne, les Archives nationales de France, etc.

Le DIDAM dévoile 1808 - L'Abdication à Bayonne : ornement et délit, où l'art contemporain revisite la grande Histoire en livrant une interprétation ludique et paysagère d'évènements tragiques. L'espace du DIDAM se transforme en un parcours surprenant, dans lequel les visiteurs déambulent et rencontrent les oeuvres d'artistes contemporains. (News Press)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.


Dernière édition par Grande Mademoiselle le Mer 1 Juin 2016 - 14:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: 1660 Paix Pyrénées politique & famille esprit de Velazquez   Mer 1 Juin 2016 - 14:07

Expositions à Bayonne (suite)


Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV à l’île de la conférence les 6 et 7 juin 1660 Laumosnier, Commande du maréchal de Tessé ambassadeur à Madrid, 1720, Le Mans, Musée de Tessé © DR

1660 - La Paix des Pyrénées : politique et famille / L'esprit de Velázquez

Du 3 juin au 25 septembre 2016
Musée Basque de Bayonne


A travers une sélection de plus de 140 œuvres, l’exposition illustre la fin d’un long conflit qui permet en 1660 le rapprochement de deux Etats, la France et l’Espagne.

Peintures, gravures, dessins issus des musées européens les plus prestigieux, du Prado au Louvre, en passant par le Musée du château de Versailles , les Musées des Beaux-Arts de Chartres, Le Mans, Orléans, Valencia (Espagne), la Real Academia de Bellas-Artes San Fernando (Madrid),  la Bibliothèque Nationale d’Espagne, les Archives nationales de France, etc., sont autant de témoignages de la complexité d’un siècle marqué par les guerres entre les deux monarchies mais aussi par les influences culturelles de plus en plus prégnantes entre les deux territoires.

Le portrait devient, plus que jamais à cette période, un instrument d’échanges diplomatiques et d’affirmation du prestige de la monarchie. L’Espagne et La France s’échangent ainsi des portraits des figures de la famille royale, peintes par les plus grands artistes de l’époque, Velasquez en Espagne, Charles Le Brun, les frères Beaubrun ou Jean Nocret en France.

Depuis le XVIe siècle, la signature de traités de paix mettant fin à des états de guerre entre la France et l’Espagne se concluait par un mariage dans le but de renforcer les liens entre les dynasties régnantes. Après l’assassinat d’Henri IV, premier roi de France de la dynastie des Bourbon, sa veuve, la régente Marie de Médicis s’entend avec le roi d’Espagne Philippe III pour marier leurs filles aînées aux héritiers respectifs des deux couronnes. Elisabeth de Bourbon épousera le futur Philippe IV d’Espagne et Anne d’Autriche le tout jeune Louis XIII. Les contrats de mariage sont rédigés en 1612 et l’échange des princesses a lieu le 9 novembre 1615 sur l’île des faisans, territoire neutre sur la Bidassoa à la frontière franco-espagnole. Premier pas d’un rapprochement entre les deux monarchies, les mariages déboucheront sur le traité des Pyrénées, signé en 1659 sur cette même île.

L’art s’exprime grâce au génie de Velázquez et de Le Brun qui mettent en scène en 1660 la rencontre de deux rois au milieu de la rivière Bidassoa, et le mariage entre Louis XIV et l’infante Marie-Thérèse d’Autriche scellant la paix entre les deux monarchies. L’échange des cultures espagnole, française et basque font du territoire frontalier entre Fontarabie et Saint-Jean-de-Luz, et plus largement entre Saint-Sébastien et Bayonne, le symbole de la paix retrouvée.

Commissaires de l’exposition :
Olivier RIBETON, conservateur en chef du Musée Basque de l’histoire de Bayonne
Javier PORTÚS, conservateur de la peinture baroque espagnole au Musée du Prado



Exposition "Traité de Paix – Le génie de l’art" Une représentation de la paix dans l’histoire de l’art
1660 – La Paix des Pyrénées : politique et famille L’esprit de Velázquez
Du 3 juin au 25 septembre 2016


http://www.musee-basque.com/images/MUSEE_BASQUE/ACCUEIL/textes/2016/trait%20de%20paix.pdf


Musée Basque de Bayonne

37 Quai des Corsaires, 64100 Bayonne
Tél. : 05 59 59 08 98
Site : musee-basque.com
Horaires :
Avril à septembre de 10h à 18h30 (sauf les lundis et jours fériés)
Juillet-août de 10h à 18h30 tous les jours
Nocturne jusqu'à 20h30 le jeudi

(A suivre ...)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Entrevue Faisans juin 1660 Brun Renard Saint-André   Lun 6 Juin 2016 - 9:15

La reproduction réduite de l'Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV dans l'île des Faisans provenant du musée de Tessé (illustrée plus haut) fut peinte d'après le carton de tapisserie dessiné par Le Brun dont le château de Versailles conserve l'exécution par Renard de Saint-André (ci-dessous) :


Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV dans l'île des Faisans, 7 juin 1660
Nº d'inventaire: MV 2059
Renard de Saint-André, Simon (peintre), d'après Mathieu, Antoine le Père (peintre), d'après Le Brun, Charles (dessinateur)
Date de création : 1660-1700
Dimensions : 348 x 597 cm Matière et technique : huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Jean Schormans

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l'appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs commandes importantes et devient dès l’année suivante Peintre et Valet de chambre du Roy. Après avoir travaillé à Vaux-le-Vicomte pour Fouquet, il se voit confier, en 1660, la direction de la Manufacture des Gobelins nouvellement créée.

Le Brun exécute de grandes compositions mythologiques et historiques célébrant les hauts faits du règne. Il reçoit donc la commande du tableau de la rencontre du roi avec Philippe IV d’Espagne et de la présentation de sa future épouse, l’infante Marie-Thérèse. Ensuite, le tableau sera tissé par les artisans de la tapisserie des Gobelins entre 1665 et 1672.

La représentation du mariage de Louis XIV, 6 juin 1660


Charles Le Brun a réuni dans sa composition des épisodes vécus, en fait, de façon successive. Au centre, les deux rois se saluent chapeau bas, à égalité. Derrière Philippe IV se tient sa fille Marie-Thérèse. Les deux futurs époux sont tout à fait contemporains : Louis XIV est né le 5 septembre 1638 et Marie-Thérèse le 10 septembre de la même année.

Ceux qui assistent à cette rencontre, tous découverts, sont les personnes les plus éminentes des deux royaumes. A gauche, derrière Louis XIV, se tient sa mère, Anne d’Autriche, sœur du roi d’Espagne, à côté d’elle, le cardinal Mazarin, l’architecte de la paix des Pyrénées. A côté de sa mère et derrière Louis XIV, se tient le frère du roi, Philippe, duc d’Orléans, de deux ans son cadet. La succession de France est ainsi bien assurée. Derrière ce premier rang, on reconnaît la duchesse de Noailles, dame d’honneur de la reine mère, Turenne, qui tourne la tête vers sa droite, le maréchal de Grammont, ambassadeur extraordinaire, qui avait fait à Madrid la demande en mariage, et le prince de Conti.

Du côté espagnol, la succession de Philippe IV est plus difficile à entrevoir. Son second fils, qui règnera sous le nom de Charles II (son aîné étant mort trop tôt), naîtra, lui, en 1661 seulement. Ici, la princesse se trouve derrière son père, encore en habit espagnol. Entre Philippe IV et l’Infante, on aperçoit dom Luis de Haro, neveu du comte duc d’Olivarès. Devenu, après son oncle, le valido du roi d’Espagne. Juste derrière Marie-Thérèse, le peintre Velázquez, alors âgé de soixante et un ans, qui avait été l’ordonnateur de toute la décoration de la partie espagnole du pavillon. Derrière l’artiste, se tiennent Pasro de Aragon, capitaine de la Garde Bourguignonne, le marquis d’Aytonne, le marquis de Malepique, grand maître des cérémonies, le marquis de Lèche et le comte de Monserci (les deux fils de Don Luis de Haro), Don Fernando Voves de Canto-Carrero, ministre secrétaire d’Etat, Pimentel.

Le mariage de Louis XIV : un gage de paix

Plusieurs jours furent nécessaires pour ordonner la rencontre des deux parties. Le mariage eut d’abord lieu par procuration le 3 juin à Fontarrabie. Le lendemain, dans le pavillon de la Conférence, situé dans l’île des Faisans, au milieu de la Bidassoa, qui forme la frontière entre les deux royaumes de France et d’Espagne, Anne d’Autriche rencontra son frère, le roi Philippe IV, et sa nièce, l’infante Marie-Thérèse. Louis XIV aperçut sa promise derrière une tenture. Le 6 juin, eut lieu la rencontre les deux souverains qui se jurèrent amitié. Le lendemain, l’infante quitta la partie espagnole de l’île et fut accueillie en France. Le 9 juin 1660, le mariage religieux fut célébré en l’église de Saint-Jean-de-Luz. Louis XIV refusa les témoins qui devaient, selon la coutume, assister à la nuit de noces.

La conclusion du mariage de Louis XIV avec sa cousine est l’une des plus importantes clauses du traité des Pyrénées, signé dans l’île des Faisans le 7 novembre 1659. Cinquante-quatre ans plus tard, elle permettra à Louis XIV de faire monter sur le trône d’Espagne son deuxième petit-fils, le frère du duc de Bourgogne, Philippe de France, duc d’Anjou. Il succède alors à son grand-oncle Charles II, dernier Habsbourg à régner sur l’Espagne. Il devient ainsi le premier roi d’Espagne de la dynastie des Bourbon et prend le nom de Philippe V. Cette alliance entre la France et l’Espagne « effacera les Pyrénées » en 1713.

Le traité des Pyrénées, marque le recul de l’Espagne malgré une guerre poursuivie encore pendant onze ans après les traités de Westphalie, signés avec l’empereur Habsbourg en 1648, qui donnait à la France les trois évêchés de Metz, Toul et Verdun et les droits de l’empereur sur l’Alsace. En 1659, l’Espagne cède à la France l’Artois, le Roussillon et quatorze villes de Flandre et du Hainaut.

Bibliographie : CUBERO, José, L’Invention des Pyrénées, Ed. Cairn, 2009

Hélène DUCCINI, « Le traité des Pyrénées », Histoire par l'image. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/traite-pyrenees

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: étude Le Brun Turenne entrevue Faisans 1660   Lun 6 Juin 2016 - 9:18

Le château conserve également l'une des études de Le Brun pour le carton de tapisserie exécuté par Renard de Saint-André.


Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne, maréchal de France (1611-1675)
Nº d'inventaire: MV 3488
Auteur : Le Brun, Charles
Date de création : vers 1664
Dimensions : 65 x 56,5 cm cadre: 92,5 x 78,5 x 7 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Cette œuvre exceptionnelle témoigne des qualités de portraitiste de Charles Le Brun. L'artiste a su rendre la force de caractère de son modèle.

Le vicomte de Turenne était, avec le prince de Condé, le meilleur chef de guerre de Louis XIV. Il était issu d'une famille de la plus haute noblesse et avait rang de prince étranger à la Cour. N.M.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: tapisserie Gobelins entrevue Faisans juin 1660   Lun 6 Juin 2016 - 9:27

La tapisserie de L’entrevue de Philippe IV et de Louis XIV dans l’île des Faisans, le 7 juin 1660 fut réalisée aux Gobelins (entre 1665 et 1672).

Nous trouvons dans le Grand Salon de la Résidence de France un exemplaire déposé par le Mobilier national, en pendant du mariage du roi, le 9 juin 1660.

Voir sur le forum le sujet connexe : La Tenture de l’histoire du roi


Entrevue de Louis XIV et de Philippe III d'Espagne dans l'Ile des Faisans, le 6 juin 1660
atelier de Jean-Baptiste Mozin (1667-1693)
Hauteur : 3.780 m. Longueur : 5.590 m.
Espagne, Madrid, ambassade de France

Tapisserie d’après Charles Le Brun, tissée de 1665 à 1668, qui porte pour inscription dans la bordure du bas : "Entrevue de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, et de Philippe IV, Roi d’Espagne, dans l’île des Faisans, en l’année 1660, pour la ratification de la paix et pour l’accomplissement du mariage de Sa Majesté très chrétienne avec Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne". Elle appartient au Mobilier National (Gobelins).

Comme l’indique le texte de cette tapisserie, l’entrevue de Louis XIV et de Philippe IV avait pour but de mettre définitivement fin à la guerre entre la France et l’Espagne et de terminer ainsi la Guerre de Trente ans. Ce Traité fut appelé La Paix des Pyrénées, et était marqué par un certain nombre de clauses des plus favorables à la France avec, entre autres, l’acquisition du Roussillon. En outre, le roi épousait la fille aînée de Philippe IV, l’infante Marie-Thérèse.

C’est à cette occasion que Philippe IV, après avoir longuement retardé Turenne dit a plusieurs reprises : "cet homme m’a donné de méchantes heures". (Voir l'étude du portrait par Le Brun, dans le post précédent.)


L’ambassadeur de France en Espagne, M. Yves Saint-Geours, présente la tapisserie de la Manufacture des Gobelins ‘Entrevue de Philippe IV d'Espagne et de Louis XIV, roi de France et de Navarre, sur l'Ile des Faisans, le 6 juin 1660’, exposée à la Résidence de France à Madrid.

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre de l'exposition "1660 - La Paix des Pyrénées. Politique et famille".

Espagne, Madrid, ambassade de France.

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art   Lun 6 Juin 2016 - 9:46

Egalement dans le Grand Salon de la Résidence de France à Madrid :

Le mariage du roi, le 9 juin 1660


L'Histoire du Roi, 1ère tenture à or, 3eme pièce :
Le mariage du roi avec l’Infante d’Espagne
Mobilier National / Espagne, Madrid, ambassade de France

Tapisserie d’après Charles Le Brun, tissée de 1665 à 1672, qui porte pour inscription dans la bordure du bas : "Cérémonie du mariage de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, avec la Sérénissime infante Marie-Thérèse d’Autriche, fille aînée de Philippe IV, roi d’Espagne". Elle appartient au Mobilier National (Gobelins).

Entre autres clauses, la Paix des Pyrénnées prévoyait le mariage de Louis XIV avec sa cousine, l’infante Marie-Thérèse. Celle-ci, de quinze jours la cadette de son cousin, était la fille de Philippe IV d’Espagne et de la première épouse de celui-ci, Elisabeh de France, soeur de Louis XIII. Le contrat de mariage prévoyait que l’infante renoncerait à ses droits a la couronne d’Espagne moyennant une dote de cinq cent mille écus d’or. C’est le non paiement de cette dote, ajoutée au testament de Charles II, dernier Habsbourg de la Maison d’Espagne, qui justifia en 1700 l’accession de Philippe d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, au trône de Madrid sous le nom de Philippe V.

Le mariage du roi et de l’infante se déroula en l’église de Saint-Jean-de-Luz le 9 juin 1660. Dans l’église avaient été dressés « deux hauts dais de velours violet parsemé de fleurs de lis d’or, et l’estrade était de même, c’est a dire, le tapis, les chaises et les carreaux : le tout couvert de fleurs de lis. » (Madame de Motteville). (Les dais ne sont pas fleurdelysés sur la tapisserie). « Le roi », écrit aussi Madame de Motteville, « avait un habit noir et nulles pierreries ». La reine était en habit royal et coiffée d’une couronne fermée.

Avant de commencer la messe, l’officiant, qui était Jean Dolce, évêque de Bayonne, apporta au roi l’anneau que celui-ci remit à Marie-Thérèse. C’est ce moment que représente la tapisserie de l’Histoire du Roi.

La majorité des personnages qui participèrent à la cérémonie peuvent être identifiés. Derrière le roi est le cardinal Mazarin, son parrain, faisat office du Gran Aumônier, qui fut chargé de faire le « baiser de paix » et le porta également à la reine mère, Anne d’Autriche que l’on voit à droite, entourée à gauche de Monsieur, frère du roi, et à droite, du duc de Vendôme, fils légitime d’Henri IV.


© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans

La longue traîne de la reine fut portée par deux des filles du second mariage de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII : Mademoiselle d’Alençon, duchesse de Guise en 1667 et Mademoiselle de Valois, duchesse de Savoie en 1663. Madame de Carignan qui, elle aussi, portait la traîne, n’est pas représentée sur la tapisserie.

Derrière les deux princesses que l’on voit a gauche de la tapisserie, se trouve leur demi-soeur Mademoiselle de Montpensier (la fameuse Grande Mademoiselle) qui avait sa traîne portée par Philippe-Julien Mancini, futur duc de Nevers, neveu et héritier du cardinal Mazarin.


© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans

L’évêque de Fréjus, Joseph Zongo Ondodet avait aussi participé a la cérémonie et c’est lui que l’on distingue entre la reine et Mademoiselle de Valois.

Après la messe, le roi, la reine, la reine mère et Monsieur dînèrent ensemble. Le 15 juin suivant, la famille royale et la Cour quittèrent Saint-Jean-de-Luz pour Bordeaux, puis regagnèrent Paris.

Espagne, Madrid, ambassade de France.

Le carton peint par Henri Testelin, d'après Le Brun, est conservé dans les collections du château de Versailles.

La reproduction exécutée pour le maréchal de Tessé ambassadeur à Madrid (1720) est exposée à Bayonne :


Laumosnier, Mariage de Louis XIV et de l’Infante Marie-Thérèse à Saint-Jean-de-Luz, le  9  juin  1660
Le Mans, Musée de Tessé



_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Grande Mademoiselle
co-Admin


Nombre de messages : 6166
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: arrivée Anne Autriche Philippe Espagne Faisans 1660 1837   Lun 6 Juin 2016 - 10:32

Provenant des collections du château, et présenté à l'exposition du musée Basque de Bayonne,
le grand tableau représentant l'arrivée d'Anne d'Autriche et de Philippe IV d'Espagne sur l'île des faisans,
commandé par Louis-Philippe pour le musée historique de Versailles en 1837, et exécuté la même année par Jules-Michel Gué.


Anne d'Autriche et Philippe IV d'Espagne arrivent dans l'île des Faisans, 2 juin 1660
Jules-Michel Gué (1789-1843)
Nº d'inventaire: MV 6341
Dimensions : 120,5 x 195 cm cadre: 150 x 223,5 x 14 cm
Matière et technique : huile sur toile
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art   Aujourd'hui à 9:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expositions à Bayonne : Traité de Paix - Le génie de l'art
» Traité de paix avec la Terre par le vénérable Thich-Nhat-Hanh
» Traité de Paix
» Traité de paix de l'espace....
» Compilation anomalie alien - NASA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: