Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13023
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777   Mer 25 Oct 2017 - 22:20



La reine Marie-Antoinette annonçant à Mme de Bellegarde la liberté de son mari
Gravure de Antoine-Jean Duclos (1742-1795)
d’après Charles-Henri Des Fossés
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

L’événement relaté :

L'événement dépeint concerne Antoine-Denis Dubois de Bellegarde (1734-1825), un officier des garde du corps du roi, reconnu coupable d’avoir vendu frauduleusement des armes destinées a la réforme en 1767 et condamné par un conseil de guerre en 1770.
Grâce l’intervention de la reine qui fit réviser son procès, il fut gracié en 1777 après que l'avocat Linguet eut pris son cas en main.
C’est l’annonce de cette grâce à son épouse, venue à Versailles en mai 1777, que retranscrit cette gravure.
M. de Bellegarde obtiendra par la suite le poste de capitaine des chasses du comte d’Artois dans l’Angoumois.
Au demeurant, ce militaire ne se montrera guère reconnaissant puisqu’acquit aux idéaux révolutionnaires et devenu député de la Charente, il votera la mort de Louis XVI.

L’iconographie :

Cette gravure fut réalisée en 1779 par Antoine-Jean Duclos d’après un pastel (non localisé) de Charles-Henri Des Fossés ou Desfossés réalisé après 1777. Ce pastel originel fit partie des collections du cabinet du roi.
Si il n’est plus localisé, peut-être la version colorisée du Louvre en garde-t-elle la polychromie :


Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

La scène se passe dans la galerie des glaces - rare représentation de cet espace au 18e siècle – près de l’entrée du Salon de la paix alors annexé comme salon des jeux au grand appartement de la reine.
On devine la porte et son châssis qui fermait l’enfilade de ce côté-ci. Visiblement une portière de soierie à ramage complète le décor - détail un peu surprenant d’ailleurs car si portière il y avait, elle serait plus logiquement de l’autre côté dans le salon de la Paix.
Pour le reste cette gravure n’apporte rien d’identifiable sur l’ameublement de la galerie à cette époque.
Grâce à la publicité qu’en fit l’éditeur Pierre-François Basan, l’on connait la majeure partie des personnes représentées sur cette gravure.

Au centre, le reine Marie-Antoinette qui relève Mme de Bellegarde accompagné de son fils également à genoux.
A sa droite, la reine est accompagnée de son frère Joseph II alors en visite incognito en France sous le pseudonyme de comte de Falkenstein (Voir ici).
Derrière la reine, suivent le comte et la comtesse de Provence puis le comte et la comtesse d’Artois et enfin à l’arrière plan, trois dames de la cour attachées au service de la reine, Madame de Chimay, sa dame d’honneur, Madame de Mailly, sa dame d’atours, et Madame de Gramont, une de ses dame du palais – parfois faussement identifiées avec Mesdames Adélaïde, Victoire et Louise.

Elles sont toutes trois coiffées d’un bonnet « à la Gabrielle de Vergy », titre d’une tragédie de 1770.
La reine et ses belles-sœurs ont elle des coiffures piquées de plume et sont en robe à la polonaise, tenue adoptée à Versailles à la fin de ces années 1770 en dehors des cérémonies.
L’habit à la française de l’empereur Joseph II, au centre, est bien plus modeste que ceux des comtes de Provence et d’Artois, ceints du cordon de l’ordre du Saint-Esprit.
On remarquera à l’extrême gauche, deux valets portant la livrée du roi, d’un modèle fort semblable à celle offerte à Versailles par notre forum et actuellement exposée aux « Visiteurs de Versailles » …  

A l’opposé, parmi les officiers du corps royal d’artillerie présents, sont citées Mrs de la Garde, d’Agoult et de Monlezon.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.


Dernière édition par M. de Noisy le Jeu 26 Oct 2017 - 8:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13023
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Charles-Henri Des Fossés desfosses pastelliste   Mer 25 Oct 2017 - 22:24

Les auteurs :

Charles-Henri Des Fossés ou Desfossés (1764-1851)

Né à Saint-Vaast-de-Longmont dans l’Oise et mort à Paris, ce chevalier titré vicomte, admis à l’Ecole royale militaire en 1774, fut un officier au corps royal d’artillerie. Il démissionnera de l’armée en 1791.
Après le décès de son père en 1802, il se retira à Cappy, près de Verbery, dont il devint le maire.
Sous l’Empire, il part en Italie à Florence dans la suite de Charles-François Lebrun, duc de Plaisance. Il revint en France en 1815.
Vers 1850, il est à Paris après la mort de son épouse. Il décédera dans la capitale l’année suivante  

Étudiant parallèlement l’art du dessin et de la peinture auprès d’Augustin, Hall et Greuze, il fut connu à l’occasion comme pastelliste.
Il est l’auteur du pastel ayant servi à la gravure étudiée ici, ainsi que d’une autre œuvre :
le portrait de l’orphelin François-Michel Gagne, dit Petit Jacques ou le pauvre Armand (c.1785–1836), qui fut adopté par Marie-Antoinette  après s’être jeté sous les roues du carrosse de la reine.
Pour l’anecdote, la reine conservera ce portrait dans ses bagages jusqu’à la prison du temple.
Resté probablement proche de la famille royale, il est réputé avoir réalisé, à la demande de la duchesse d’Angoulême, des miniatures représentant Louis XVI, la reine et le dauphin au Temple.
Après la révolution, il réalisera encore quelques portrait de sa famille et des miniatures.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13023
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: antoine-Jean Duclos graveur   Mer 25 Oct 2017 - 22:26

Antoine-Jean Duclos (1742-1795)

Le graveur de cette scène est né et fut actif à Paris dans la seconde moitié du 18e siècle.
Il fut élève d'Augustin de Saint Aubin et participa au Salon en 1795, année de sa mort.
Il grava notamment des œuvres de Boucher, des scènes de la vie mondaine (le bal paré, le concert, le coucher), des portraits en costumes pour des recueils de mode, ainsi que plus tard des scènes révolutionnaires dont l’exécution de la reine en 1793.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 13023
Age : 52
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Pierre-François Basan graveur editeur marchand estampe   Mer 25 Oct 2017 - 22:29

Pierre-François Basan (1723-1797)

Célèbre éditeur et marchand d'estampes parisien, il fut élève de Fessard et de Daullé, établi successivement 'Place Maubert', 'rue St. Jacques', 'rue du Foin' et 'rue Serpente'.
Bien que de nombreuses pièces portent sa signature, Basan n'a souvent fait que retoucher au burin des planches préparées à l'eau-forte par les graveurs de son atelier. Il fit la publicité de la gravure étudiée.

En 1767, il publia un 'Dictionnaire des graveurs anciens et modernes', puis, en collaboration avec La Mire, les 'Métamorphoses' d'Ovide (1767-1771), et, à partir de 1770, une suite d'estampes connue sous le nom de 'Cabinet Choiseul'.
Il travailla également à des planches d’anatomie pour l’ouvrage "L'Histoire naturelle’ du comte de Buffon.

Sources :
Versailles, base collection
Louvre, DAG
Neil Jeffares, Dictionnairy of pastellists before 1800

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
duc de Dorset
Marquise, Marquis
avatar

Nombre de messages : 657
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/10/2015

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777   Mer 25 Oct 2017 - 22:30

Cette gravure est présentée à l'exposition "Visiteurs de Versailles", actuellement en cours, et passera en vente chez Coutau Bégarie le 7 novembre 2017 (lot n°110) :

Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Antoinette et Madame de Bellegarde - mai 1777
» Les lettres de Marie-Antoinette à Madame de Polignac
» Marie-Antoinette par Mme Vigée-Lebrun (1778)
» La dernière lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, soeur de Louis XVI (16 octobre 1793)
» Marie-Antoinette à la rose par Madame Vigée-Lebrun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: L'oeuvre du Mois-
Sauter vers: