Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Palaiseau, Musée Polytechnique, expo Gaspard Monge

Aller en bas 
AuteurMessage
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 14742
Age : 53
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Palaiseau, Musée Polytechnique, expo Gaspard Monge   Ven 1 Juin 2018 - 8:49

Polytechnique, Mus’X, Palaiseau :
La première expo rend hommage à Gaspard Monge, « savant des Lumières »



Gaspard Monge est considéré comme l’un des principaux fondateurs de l’école Polytechnique.
La première exposition temporaire du nouveau musée de l’école lui consacre une rétrospective en cette année du bicentenaire de sa disparition.

En ouvrant en 2018 le Mus’X, l’école Polytechnique ne pouvait pas passer à côté de Gaspard Monge. Car c’est l’année du bicentenaire de sa mort, et il est considéré comme l’un des principaux fondateurs du prestigieux établissement en 1794.
Le nouveau musée lui consacre jusqu’en décembre sa première exposition temporaire : « Gaspard Monge savant et républicain, quand les sciences forment les citoyens ».


Gaspard Monge, comte de Péluse (1746-1818), mathématicien
Mauzaisse Jean-Baptiste (1784-1844)
Reprise du portrait supra ?
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

A la demande de la Convention, il conçoit le plan d’enseignement et d’organisation de l’Ecole centrale des travaux publics (premier nom de l’X). Il y enseigne une vingtaine d’années les mathématiques, qu’il conçoit comme devant être profitables à la société.

Il fait la connaissance de Napoléon Bonaparte pendant la campagne d’Italie en 1796, d’où il rapporte de nombreux ouvrages « confisqués » au pape pour enrichir la jeune bibliothèque de l’école. Un fonds qui constitue une acquisition majeure pour les archives de l’X, comme ces grandes encyclopédies parcheminées exposées au musée.

Napoléon l’embarque avec lui en Egypte de 1798 à 1799 (avec des élèves) et le nomme sénateur à vie. L’empereur a toute confiance en ce « grand enquêteur qui a l’expérience des faits scientifiques tels qu’on les découvre, tels qu’on les enseigne et tels qu’on peut les appliquer dans la pratique ».


Gaspard Monge (1746-1818), comte de Péluse
en grand habit de président du Sénat Conservateur
Naigeon Elzidor (1797-1867)
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Bien avant Claude Allègre ou Frédérique Vidal, Gaspard Monge fut le premier scientifique à devenir ministre, rattaché à la Marine au Conseil exécutif de la Première République. « Son œuvre mathématique a marqué la géométrie des XVIIIe et XIXe siècles, et certains des problèmes qu’il a abordés inspirent encore les mathématiques contemporaines », résument les commissaires de l’exposition. En 1989, la Nation lui a rendu un ultime hommage en l’inhumant au Panthéon.

Jusqu’au mois de décembre. A la bibliothèque de l’Ecole polytechnique, route de Saclay à Palaiseau. Ouvert du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures. Entrée libre.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
avatar

Nombre de messages : 14742
Age : 53
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: palaiseau musee polytechnique microscopoe magny bronze 1757   Ven 1 Juin 2018 - 8:51

Complément :

Essonne : un musée à l’école Polytechnique pour exposer ses trésors

La prestigieuse formation d’ingénieurs inaugure en mai 2018 un tout nouvel espace.
Le grand public pourra y découvrir ses encyclopédies, livres et instruments scientifiques anciens. Ainsi que ses différentes tenues.

Encore plus grisant que de découvrir une mallette dans le grenier de ses grands-parents. L’école Polytechnique inaugure son nouveau musée à Palaiseau. A partir de lundi, le grand public aura accès gratuitement aux collections du prestigieux établissement. Depuis 224 ans, l’X s’est constitué des collections historiques exceptionnelles : des ouvrages et encyclopédies scientifiques du XVIIIe siècle, des œuvres d’art léguées ou réalisées par d’anciens élèves, ou encore des instruments scientifiques incroyables.

« Autant de trésors auxquels le grand public n’avait pas accès », regrette Hubert Lévy-Lambert, président de l’association Amusix et chargé par Jacques Biot, le président de Polytechnique, de créer le musée. « Réalisé en moins de deux ans et avec un budget de 2,2 M€, il retrace l’histoire de l’école, mais aussi l’histoire des sciences. »

Et l’histoire tout court. Car qui se souvient que l’X a été créé en 1794 ?
Après la Révolution, la France est bouleversée. Les universités ont été vidées ainsi que les écoles réservées à la noblesse. Il faut rapidement faire face à la pénurie d’ingénieurs et de cadres supérieurs pour remettre le pays sur les rails, de la République bien sûr.

EN IMAGES. Découvrez les trésors de l’école Polytechnique
http://www.leparisien.fr/essonne-91/essonne-un-musee-a-l-ecole-polytechnique-pour-exposer-ses-tresors-31-05-2018-7746024.php

L’école créée en 1794 en pleine pénurie d’ingénieurs

Un décret du 11 mars 1794 crée l’Ecole centrale des travaux publics, qui devient l’Ecole polytechnique en 1795. La première promotion abrite 400 élèves. Reçus à un concours – « c’est une première en France » insiste Marie-Christine Thooris, du centre de ressources historiques de la bibliothèque centrale de l’X – ils sont issus de toute la France et de tous milieux.

S’ils suivent leurs cours dans les dépendances du Palais Bourbon, ils sont logés chez de « bons citoyens » parisiens. Souvent très indisciplinés à l’extérieur, les élèves sont « encasernés » par Napoléon Ier en 1804. « C’est Bonaparte qui militarise l’école pour mieux avoir la main sur les élèves, raconte Marie-Christine Thooris. Il l’installe sur la montagne Sainte-Geneviève, toujours à Paris. Et lui apporte son drapeau et sa devise : Pour la patrie, les sciences et la gloire, gravée dans la pierre comme on peut le voir au musée. »
-

Ce microscope réalisé en 1757 par Alexis Magny, opticien du roi,
Achat de Louis XV ?
Collections de l'Académie royale des sciences ?
Saisie révolution chez le Duc d'Harcourt, gouverneur du Dauphin
les bronzes sont de Philippe Caffieri
© Collections École polytechnique/Jérémy Barande.

Sur les plus de 900 m2 d’exposition, le visiteur a de quoi s’émerveiller.
Comme avec la plus belle des 300 pièces exposées : le microscope réalisé en 1757 par Alexis Magny, opticien du roi Louis XV. Mais il y a aussi l’ancêtre de la radiologie, des archives historiques, les différentes tenues adoptées par l’établissement…

Ou encore l’indicateur de vitesse Étévé. Un instrument qui ressemble à une sorte de grosse équerre. « Ce petit appareil a l’air de rien, sourit Marie-Christine Thooris. Il a pourtant permis de sauver de nombreuses vies. Car une fois qu’Albert Étêté, élève à l’X en 1900, l’a mis au point, cela a permis de corriger l’instabilité des premiers aéroplanes. Et il a évité les crashs des avions si nombreux à l’époque. »

Grâce à la mise en scène du muséographe Altermuseo, le public peut s’immerger dans l’ambiance de travail de certains très grands scientifiques formés à l’Ecole polytechnique. Les bureaux de Louis-Joseph Gay-Lussac (physicien connu pour ses études sur les propriétés des gaz) et Louis Charles de Saulces de Freycinet (ingénieur et homme d’Etat) ont été reconstitués.

La fin de la visite se termine par dix-sept bustes et quinze portraits d’élèves ou enseignants illustres de l’X. Ceux de Valéry Giscard d’Estaing, Nathalie Kosciusko-Morizet n’y figurent pas. Comme l’industriel André Citroën, le fondateur de l’Express Jean-Jacques Servan-Schreiber ou encore le mathématicien Henri Poincaré, ils font pourtant partie des Polytechniciens célèbres. Plus de deux cents ans après sa création, la « poule aux œufs d’or » de Napoléon continue à produire de belles couvées.

Le musée se trouve dans les locaux de la bibliothèque de l’école Polytechnique, route de Saclay à Palaiseau.

Ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures. Entrée libre.
Renseignements sur www.polytechnique.edu.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.


Dernière édition par M. de Noisy le Ven 1 Juin 2018 - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Dauphine, Dauphin
avatar

Nombre de messages : 11366
Age : 71
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Palaiseau, Musée Polytechnique, expo Gaspard Monge   Ven 1 Juin 2018 - 9:05

Le bal annuel de l'X s'est plusieurs fois déroulé à Versailles.



http://www.connaissancesdeversailles.org/t6172-le-124e-bal-de-l-x-au-chateau-de-versailles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Palaiseau, Musée Polytechnique, expo Gaspard Monge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Palaiseau, Musée Polytechnique, expo Gaspard Monge
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expo musée de l'Empéri - campagne de Russie
» expo : Le Génie de la Fabrique. Musée des Tissus de Lyon
» EXPOSITION DE JOAILLERIE AU MUSÉE DE LA LÉGION D'HONNEUR À PARIS
» Expo : La Tenture de Moise d'après Poussin aux Gobelins
» expo figurines au musée de l'artillerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: