Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers

Aller en bas 
AuteurMessage
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeLun 2 Juil 2018 - 9:00

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Dg3tmy10

La Fabrique du luxe :
les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle
Du 29 Septembre au 27 Janvier 2019
Musée Cognacq-Jay


Le musée Cognacq-Jay vous plonge aux sources du luxe parisien.


« Vendeurs de tout, faiseurs de riens », suivant la célèbre et peu amène sentence prononcée par Diderot dans son Encyclopédie, les marchands merciers constituent l’une des corporations parisiennes les plus importantes au XVIIIe siècle.
Du 29 septembre 2018 au 27 janvier 2019, le musée Cognacq-Jay organise la toute première exposition consacrée à cette corporation particulièrement codifiée et incontournable dans la diffusion de l’art et du luxe français.

À travers les destins de marchands comme Gersaint ou Duvaux, le musée présente une centaine d’oeuvres d’art, de documents et d’archives illustrant les origines du luxe à la parisienne.

À la fois négociant, importateur, collecteur, designer et décorateur, le marchand mercier occupe un rôle majeur dans l’essor de l’industrie du luxe à cette époque. Personnage atypique, il entretient des liens dans la haute aristocratie et s’appuie sur un réseau international d’artistes comprenant les meilleures spécialités techniques et artistiques, qu’elles proviennent de Lyon ou de Chine.
Les marchands merciers se trouvent au coeur d’un réseau à trois pôles : le commanditaire, l’artisan ou artiste et, phénomène nouveau à la puissance croissante, la « mode ». Aussi, pour se faire connaître et agrandir leurs réseaux, ils développent les mécanismes de la promotion publicitaire, avec le concours de dessinateurs anonymes ou d’artistes comme Boucher ou Watteau.
Dissoute durant la période révolutionnaire, cette corporation suscite encore aujourd’hui l’intérêt des historiens de l’art et d’universitaires qui en font leur sujet de recherches.

Le parcours de l’exposition explore le contexte propice à l’épanouissement de ce réseau, les clefs de leur succès et leurs innovations, et s’attache à dépeindre quelques-uns de ses illustres représentants.

Commissariat :
Rose-Marie Herda-Mousseaux, Conservateur en chef du patrimoine,  directrice du musée Cognacq-Jay

Comité scientifique :
Vincent Bastien, Docteur en Histoire de l’Art
Stéphane Castelluccio, Chargé de recherche au CNRS
Natacha Coquery, Professeure émérite des universités, Université de Lyon
Carolyn Sargentson, Docteur en Histoire de l’Art et consultante
Sylvia Vriz, Historienne de l’art
Guillaume Glorieux, Professeur des universités, directeur de la recherche  de l’École des Arts Joailliers, avec le soutien de Van Cleef & Arpel

Site : http://www.museecognacqjay.paris.fr/fr/le-musee-cognacq-jay

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.


Dernière édition par G.M. le Sam 25 Mai 2019 - 8:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: corporation marchand mercier Paris XVIIIe siècle   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeLun 2 Juil 2018 - 9:01

(Suite.)

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers 05-50910
L'enseigne, dit l'enseigne de Gersaint
Watteau Antoine (1684-1721)
©  BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Jörg P. Anders

Les marchands merciers : une corporation unique

L’appellation “marchand mercier” provient du terme « mercerie » qui, s’il désigne de nos jours les articles liés à l’habillement et à la parure, était synonyme au XVIIIe siècle de « marchandise ».
Les statuts de la corporation, codifiés en 1613, permettent aux marchands de vendre des objets enjolivés ou assemblés par leurs soins ou de seconde main. Ainsi, au XVIIIe siècle, les marchands merciers deviennent incontournables dans la diffusion des arts et du luxe hors de la cour. Ils acquièrent auprès des manufactures de porcelaine ou des grandes compagnies de transport des objets qu’ils font monter à l’aide d’orfèvres, de bronziers ou d’ébénistes pour créer des pièces décoratives aux formes nouvelles.

Cartographie du luxe parisien

Paris réunit les ingrédients indispensables d’un marché du luxe en plein essor : capitaux, clientèle nombreuse, fournisseurs hautement qualifiés, large réseau artistique, proximité avec la cour...
Il est possible d’identifier des quartiers privilégiés dans l’organisation de ce commerce : la rue Saint-Honoré, bien sûr, mais aussi le Palais de Justice et les rues Saint-Martin et Saint-Denis, où les marchands disposaient d’adresses physiques.

La naissance des stratégies publicitaires

Dans un secteur concurrentiel, les marchands doivent faire preuve d’une stratégie permanente. C’est ainsi que l’émergence des enseignes ou « marques » s’appuient sur des ressorts marketing novateurs : contrats d’exclusivités ou monopoles, identification de clients prestigieux dans les réclames ou encore création d’identité visuelle dont témoignent les enseignes et cartes de visite.

L’exemple de Gersaint : un marchand-mercier emblématique

En 1720, Antoine Watteau peint en seulement « huit matins », pour la boutique de son ami Gersaint, une enseigne remarquable qui fait l’admiration du Tout-Paris. Ce coup de publicité fait de Gersaint un des premiers marchands merciers à développer une image publicitaire soignée. Le musée Cognacq-Jay conserve une étude préparatoire de cette œuvre et présente une reconstitution du tableau original à grande échelle.

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Gersai10
Jean-Antoine Watteau,
Étude pour l’enseigne  de Gersaint
, sanguine, pierre noire et craie  blanche sur papier, 1720,
Paris, musée Cognacq-Jay (inv. J195)
© Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Cf. communiqué de Presse


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.


Dernière édition par G.M. le Sam 7 Juil 2018 - 7:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: bras lumière enfant marly cabinet reine 1789 Remond Daguerre   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeJeu 5 Juil 2018 - 11:18

Le château de Versailles participe à cette exposition. Parmi les œuvres prêtées, nous retrouverons :

La paire de bras de lumière dite " petits bras à enfants " livrée par Dominique Daguerre en 1789 pour le second cabinet de la reine Marie-Antoinette au château de Marly.

Cette paire fut ciselée et dorée par Rémond. Le modèle, original, s’inscrit dans la suite des projets de Prieur qui recourut souvent à la figure de l’enfant et appartient aux bras dits « à plateau ».

Anc. coll. Fould-Springer, abbaye de Royaumont ; anc. coll. Liliane de Rothschild. Achat en vente publique, vente "Marie-Antoinette", Christie's, Paris, le 3 novembre 2015, lot n° 96, avec la participation de la Société des Amis de Versailles.
Cf. Acquisitions pour Versailles en 2015


Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Bras_l10
Désignation : bras de lumière
Nº d'inventaire: V.2015.40.1
attribué à Rémond, François (bronzier)
modèle de Piedeleu, Jean-Baptiste-Martin (fondeur)
livraison de Daguerre, Dominique (marchand mercier)
Date de création : 1789 (XVIIIe siècle)
Dimensions : œuvre: 39 x 14,5 x 14 cm
Matière et technique : bronze ciselé et redoré, bronze patiné
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: coffre bijoux Poiriermarchand mercier duchesse Mazarin   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeVen 6 Juil 2018 - 9:13

Le coffre à bijoux livré le 25 janvier 1774 par le marchand mercier Simon-Philippe Poirier à la duchesse de Mazarin.

Racheté par les héritiers de la duchesse lors d'une de ses ventes-après décès ; coll. Alfred de Rothschild ; coll. Mme Léon Barzin (née Eléanor Post Close).
Don sous réserve d'usufruit en 1961 ; entré à Versailles en 2007 ; déposé au musée du Louvre, Département des Objets d'art, 2011.


Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers 11-564136
Nº d'inventaire: V 6205
Carlin, Martin (ébéniste)
Sèvres, Manufacture de (fabricant)
Poirier, Simon-Philippe (marchand mercier)
Date de création : 1774 (XVIIIe siècle)
Emplacement : Paris, musée du Louvre, département des Objets d'art
Dimensions : 95 x 55,5 x 37 cm
Matière et technique : Bâti : chêne. Placage : bois de rose, palissandre. Incrustations de plaques de porcelaine. Bronze ciselé et doré
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Sujets connexes :
Louise Jeanne de Durfort-Duras, duchesse de Mazarin
Les plaques de porcelaines dans les collections de Versailles

*
Simon-Philippe Poirier, sur le forum

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
valmont

Nombre de messages : 2443
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Re: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeVen 6 Juil 2018 - 9:21

Et bien que de belles choses  Wink  Ça promet d'être une exquise petite expo comme sait si bien le faire le musée CJ. Espérons que ces pièces insignes ne soient pas présentées sous coffrage en plexiglass en raison des petites dimensions des salles...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: assiette Sévres service fond vert LouisXV Duvaux   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeMar 10 Juil 2018 - 15:38

Nous y retrouverons également l'assiette du service fond vert, "à petites palmes" acheté par Louis XV, livré en mars 1758 par le marchand-mercier Lazare Duvaux (don des amis de Versailles en 2005) :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Assiet10
Nº d'inventaire: V 6094
Sèvres, Manufacture de (fabricant)
Duvaux, Lazare (marchand mercier)
Date de création : 1756-1757 (XVIIIe siècle)
Matière et technique : porcelaine tendre
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Sujet connexe : La Salle à manger aux salles neuves dite des porcelaines

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: vases girandoles ressort Sèvres Dulac Barry Versailles   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeMer 11 Juil 2018 - 11:59

Nous y verrons aussi
la paire de vases-girandoles à ressort, livrée par le marchand-mercier Jean Dulac (1704-1786) vers 1770,
pour l'appartement de Madame du Barry à Versailles :


Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Dulac_11
Nº d'inventaire: F 586 C.1
modèle de Dulac, Jean (marchand mercier)
vase : Sèvres, Manufacture de (fabricant)
Date de création : (bronze) vers 1770 (XVIIIe siècle)
Dimensions : 46 x 29 x 26 cm
Matière et technique : bronze ciselé et doré, porcelaine
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot


Passée en 1774 au château de Louveciennes ; envoyée en 1795 au palais du Luxembourg dans l'appartement du directeur La Révellière-Lepeaux ; en 1810 dans le premier salon de l'hôtel de la secrétairie d'Etat, place du Carrousel (ancien hôtel d'Elbeuf) ; rentre au Garde-Meuble en 1814 ; envoyée au château des Tuileries en 1816, pour le troisième salon de l'appartement du premier Valet de chambre du roi ; passe directement des Tuileries à la salle du Trône de Fontainebleau, le 15 septembre 1835.
Cassés accidentellement sous le Second Empire, les vases sont remis au Mobilier de la Couronne le 25 août 1863 pour être rassortis ; la manufacture de Sèvres les copie sous le nom de " vases cache pots Louis XV " executés spécialement pour le Garde-Meuble à la suite d'un arrêté de mai 1864 ; ils sont livrés au Garde-Meuble le 5 juillet 1864 puis envoyés à Fontainebleau.
Dépôt du Musée national du château de Fontainebleau, 1999.
(Historique EPV)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: tabatière ovale émail Bastier orfèvre Granchez   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeJeu 26 Juil 2018 - 12:29

Nous trouverons également cette tabatière :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers 17-50010
Nº d'inventaire: V 5845.168
Le Bastier, Charles (orfèvre)
Granchez, Charles-Raymond (marchand mercier)
Date de création : 1777-1778 (XVIIIe siècle)
Dimensions : œuvre: 2,2 x 4,1 x 8,8 cm, 0,1 kg
Matière et technique : or, émail peint, émail translucide de basse-taille
© RMN-GP (Château de Versailles) / © Franck Raux

Cette tabatière ovale en or est ornée sur toutes ses faces de surfaces émaillées "en plein" à fond blanc où figurent des silhouettes d'arbres peintes en brun.
Le couvercle est également orné de plusieurs oiseaux de couleur bleu clair.
Les bordures d'encadrement de la boîte présentent un double filet d'émail bleu et sont constituées d'une frise de feuilles émaillées de couleur translucide vert et de perles d'émail rouge translucide, le tout sur un fond d'or sablé.
Les quatre pilastres qui rythment la bâte sont embellies de deux draperies superposées en émail translucide vert surmontées d'une perle d'émail rouge translucide sur un fond d'or sablé. Le couvercle s'ouvre grâce à une charnière en or invisible, l'intérieur est entièrement doublé d'or.

Legs de Mme Jeantet, 1997.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: flambeau modèle Granchez appartement Reine Saint Cloud   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeJeu 26 Juil 2018 - 12:31

Et enfin, cette paire de flambeaux :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Flambe10
Nº d'inventaire: V 6315.1 et 2
Anonyme Paris XVIIIe siècle (bronzier)
Date de création : vers 1782 (XVIIIe siècle)
Dimensions : 23,5 x 7,5 x 7,5 cm
Matière et technique : bronze ciselé, doré et argenté
© RMN (Château de Versailles) / © Gérard Blot

D'un modèle en vente vers 1780 chez le marchand-mercier Charles-Raymond Granchez,
ainsi que du modèle des flambeaux décrits en 1794 dans les appartements de Marie-Antoinette à Saint-Cloud

Sujets connexes :
Mobilier de la chambre de Marie-Antoinette à Saint-Cloud
Saint-Cloud, mobilier du grand cabinet de Marie-Antoinette

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
valmont

Nombre de messages : 2443
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Re: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeVen 5 Oct 2018 - 14:15

Magnifique exposition qui montre des objets en collection privée et pas des moindres. Pour info, le serre-bijoux de la duchesse de Mazarin n’est pas présenté mais le Louvre a prêté une des encoignures bleues de Madame du Mailly et une en laque de Mesdames par Carlin à Bellevue.
Les flambeaux de Marie Antoinette et les bras de lumières aux enfants de F. Rémond montrés plus haut par GM sont exposés.

Sinon l’histoire des marchands merciers est richement expliquée et localisée à l’aide d'un plan de Paris. Quelques unes de leurs pièces maitresses sont montrées.

On découvre cette magnifique pendule en main privée offerte par Mme du Barry au couple Provence en 1771

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu230

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu229

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu231

Le document du fournisseur sur lequel figure la pendule (ligne 3)

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu232

On découvre des vases de la collection de la duchesse de Mazarin

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu233

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu234

De près, les vase-girandole conservés chez Mme du Barry montrent des bronzes pas très finement ciselés comparés aux bras de lumière de Rémond

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu235

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu236

Ils sont accompagnés d'un dessin anonyme conservé au MET

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu237

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu238

D'autres dessins sont présentés :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu244

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu245

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu246

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu247

Beaucoup de porcelaines sont exposées notamment de Vincennes, de Meissen et de Sèvres, et cette fontaine

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu239

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu240

Le plan de Paris avec la localisation des marchands merciers

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu242

Pour clôturer l'expo, le fameux tableau de Watteau l'Enseigne de Gersaint est reproduite en grand comme un décor dans lequel ont peut se promener et finir par un irrésistible selfie!

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu243[/center]


Dernière édition par valmont le Sam 25 Mai 2019 - 8:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Alain Roger-Ravily
Dauphine, Dauphin
Alain Roger-Ravily

Nombre de messages : 12112
Age : 72
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Re: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeVen 5 Oct 2018 - 15:54

La fontaine de Louis XV de la garde robe  était, elle aussi, primitivement accolée de chiens, mais non de style asiatique, comme indiquée dans le cartel de l'exposition.

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Captu210

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Bhugtr11

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Dsc05710

La pendule est extraordinaire, on l'imagine bien après avoir étét donnée apr me du Barry aux Provence, être offerte à Versailes, Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
M. de Noisy

Nombre de messages : 15693
Age : 53
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Re: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeVen 5 Oct 2018 - 16:35

Lors du vernissage de l'expo, M. Vincent Bastien nous a confirmé cette provenance princière avec sa présence avérée à Versailles puis au palais du Luxembourg.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Rose-Marie Herda-Mousseaux Cognacq-Jay expo Fabrique luxe    Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeLun 15 Oct 2018 - 9:11


[Visite privée] La Fabrique du luxe au musée Cognacq-Jay
Scribe Accroupi
Ajoutée le 13 oct. 2018

Suivez Rose-Marie Herda-Mousseaux, directrice du musée Cognacq-Jay et commissaire de l'exposition, à la découverte des marchands merciers, ces "vendeurs de tout, faiseurs de riens" selon Diderot dans son Encyclopédie, grands promoteurs du luxe à la française au XVIIIe siècle.


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
M. de Noisy

Nombre de messages : 15693
Age : 53
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: fontaine table meissen chine 1750 cygne Kaendler Reinicke   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeSam 1 Déc 2018 - 10:24

un exemple d’œuvre de marchand-mercier :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers 171012_543292773_d22b2ea41a09552825329a90db206893

FONTAINE DE TABLE
en porcelaine de la Chine
ornée de cygnes en porcelaine de Meissen
Epoque Louis XV - vers 1750
H: 35 - L: 27 - P: 18 cm

BIBLIOGRAPHIE ! C.Dauterman, Wrightsman catalogue, t.IV,
n°177, pp. 399-401

Cette fontaine de table présente un corps cylindrique en porcelaine blanche à motif de treillis surmonté d'un couvercle en porcelaine blanche terminé par un panache de roseaux en tôle vernie au naturel. Deux anses simulant des roseaux en bronze doré encadrent le corps. Un robinet, lui aussi en bronze doré prend la forme d'une grenouille.
Le tout repose sur une base en bronze doré mouvementée avec un motif de concrétion au centre surmonté d'un buisson de roseaux au naturel, base sur laquelle sont assis deux cygnes portant chacun un cygneau sur leur dos et un entre leurs pattes, le tout en porcelaine de Meissen.

Le réservoir de forme cylindrique en "blanc de Chine" date de la fin de l'époque Ming ou début de la dynastie Ch'ing du XVIIe siècle.
A l'origine ces cylindres ajourés étaient des boîtes à brosse ou à pinceaux ou des cages à crickets. Une boîte identique (vente Christie's, 24 février 1966) portait sur la base en caractère chinois l'inscription suivante: " fait par Lin pendant la période T'ien Ch'i (1620-1627) de la grande dynastie Ming".

Les cygnes furent exécutés à Meissen par Johann Joachim Kaendler et Peter Reinicke à partir de 1747 suite au service "aux cygnes" commandé par Henri comte von Brühl à l'occasion de son mariage en 1737.
Le modèle fut commercialisé en France par les marchands merciers, en particulier Lazare Duvaux qui en vendit douze paires à partir de 1749. Le modèle utilisé sur notre fontaine est rarissime de par la présence de deux cygneaux.

Les bronzes d'une fontaine à parfum presque identique ayant fait partie de la collection Wrightsman portent la marque au "C" couronné qui les datent précisément entre 1745 et 1749.

Cette fontaine de table fait partie de ce type d'objet décrit dans les textes du XVIIIe siècle comme fontaine à eau ou à parfum.
La cour de Louis XV est surnommée "la cour parfumée" en raison des senteurs que l'on répandait chaque jour sur la peau, les vêtements. Pour ces différentes fragrances on invente de nouveaux récipients: ce seront des étuis, des pots-pourris, des fontaines à parfum.

Une aquarelle signée Slodtz et datée 1743 représente ce type d'objet dit "objets montés". Réalisée en porcelaine céladon et bronze doré, cette fontaine fut livrée à Louis XV et est conservée au château de Versailles. (cf. supra)

Ces objets étaient l'apanage des marchands merciers tels Lazare Duvaux ou Thomas Joachim Hebert qui fournissaient les personnes les plus influentes en matière de goût et très friandes de ce genre d'objets. Ils avaient pour spécialité de mélanger porcelaine chinoise et européenne, le tout agrémenté de somptueuses montures en bronze doré, toujours confiées à de talentueux bronziers.

Madame de Pompadour, fidèle cliente de Lazare Duvaux possédait "une grande fontaine de porcelaine truitée sur deux chiens garnis de bronze doré, prisé 150 L"
Louis-Jean-Marie de Bourbon duc de Penthièvre possédait lui aussi "une fontaine de porcelaine soutenue par deux cignes sur pied en monture de cuivre doré d'or moulu" cité dans son inventaire après décès en 1793.

Le rôle des marchands merciers prend toute sa signification pour l'élaboration de ces objets luxueux. Toutes les caractéristiques du style Louis XV à savoir les lignes courbes ornées de décorations minérales et végétales prennent tout leur sens sur ces objets. Le mélange de porcelaine chinoise du XVIIe siècle avec des porcelaines européennes étaient très fréquent dans l'organisation de ces objets.

Notre fontaine à parfum présente la particularité d'avoir des cygnes et leurs cygneaux en porcelaine de Meissen, ce modèle est rare dans l'oeuvre de Meissen. Nous en trouvons une paire (non montée), vente Sotheby's, New York, 9 mai 2018, n° 198.

Les fontaines à parfum avec des cygnes sur la base:
- Une fontaine presque semblable faisait partie de la collection Wrightsman
Vente Sotheby's, New York, 5 mai 1984, n° 105
- Une autre fontaine ornée de cygnes faisait partie de la collection Mrs Derek Fitzgerald, vente Sotheby's Londres, 26 novembre 1963, n°158
- Collection Paul-Louis Weiller, Vente Drouot, Mes Gros- Delettrez, 6 avril 2011, n°115

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 8828
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Porteurs Chasse Geneviève Philippe Pezard marchand mercier   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 8:26

Dans l'actualité des ventes :

Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers 15574911

OFFICES PROPRES DE SAINTE GENEVIÈVE, Patronne de Paris... ensemble les cérémonies et prières qui se font en la Descente et Procession de sa chasse. Paris, Coustelier, 1695. In-8, maroquin citron, dos à nerfs orné, sur les plats large dentelle comprenant des flammes du Saint-Esprit, double P fleuronné au centre dans une réserve entourée d'une couronne de feuillage, dentelle intérieure, doublure de tabis rose, tranches dorées (Reliure de l'époque).
Beau portrait de Ste Geneviève d'après Philippe de Champaigne sur fond figurant la ville de Paris et Notre-Dame.

Conservées à Saint-Étienne-du-Mont dans une châsse d'or ornée de pierres précieuses, les reliques de Sainte Geneviève à qui Paris devait plusieurs miracles n'étaient « descendues » que dans les plus terribles calamités : peste, famine, inondation, maladie du roi...

Appartenir à la Confrérie des (16) Porteurs de Chasse de Ste Geneviève était réservé aux plus importants notables et magistrats municipaux.
EXEMPLAIRE DE PHILIPPE PEZART, MARCHAND-MERCIER ET PORTEUR DE LA CHÂSSE DE SAINTE GENEVIÈVE, DANS UNE JOLIE RELIURE DÉCORÉE, À SON CHIFFRE.

A la fin, très rare placard imprimé et annoté donnant la liste des Porteurs de la Châsse, avec leurs adresses.

(Alde-H.Ambassador. 17/06/2019. 27. Estimation : 1 200 € / 1 500 €)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Empty
MessageSujet: Re: Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers   Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Cognacq-Jay : La Fabrique du luxe. Les marchands-merciers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des médias controlés par les marchands d'armes?
» Comment fabrique t'on du lait ????
» Une machine de la NASA fabrique des nuages de pluie devant la caméra (+vidéo)
» L'école, la grande illusion ou la fabrique de crétins.
» Qui est responsable: celui qui fabrique l'arme ou celui qui l'emploie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Paris-
Sauter vers: