Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Exposition Versailles revival, 1867-1937 (10/2019-02/2020)

Aller en bas 
AuteurMessage
G.M.
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 7936
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Exposition Versailles revival, 1867-1937 (10/2019-02/2020)   Jeu 13 Sep 2018 - 18:44


Fête champêtre donnée au Hameau de la Reine au Petit Trianon le jeudi 27 juin 1901
au bénéfice et pour la création de « L’oeuvre des crèches de Versailles ».
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Versailles revival, 1867-1937
(titre provisoire)
Mi-octobre 2019 – mi-février 2020
Salles d’Afrique et de Crimée


À la charnière des XIXe et XXe siècles, le château de Versailles connaît un moment crucial de son histoire.
Cent ans après la Révolution Française, à l’aube de la « Belle Époque » un phénomène spectaculaire d’engouement, de nostalgie, de curiosité, de passion se développe autour de Versailles.

Les prémisses s’en font sentir dès le Second Empire avec l’impératrice Eugénie, qui en est l’une des principales incarnation avec sa vénération pour Marie-Antoinette.
Mais c’est aussi dans les milieux artistiques et littéraires que l’on vient subitement interroger ce « Versailles, grand nom rouillé et doux, royal cimetière de feuillages, de vastes eaux et de marbres, lieu véritablement aristocratique et démoralisant, où ne nous trouble même pas le remords que la vie de tant d’ouvriers n’y ait servi qu’à affiner et qu’à élargir moins les joies d’un autre temps que les mélancolies du nôtre » M. Proust (v. Marcel Proust - et Versailles).

La peinture historiciste, déjà en vogue depuis le début du XIXe siècle, connaît un essor spectaculaire à cette époque et trouve certains de ses plus beaux sujets à Versailles. Le mobilier et les arts décoratifs déclinent les grands exemples royaux dans une production frénétique de copies fidèles ou de variations délirantes. Le modèle versaillais recommence à inspirer l’Europe comme au XVIIIe siècle, dans l’art et dans l’architecture, étendant cette fois sa fascination outre-Atlantique.
D’incroyables fêtes font revivre Trianon.
Sarah Bernhardt se produit au château à l’occasion de la visite du tsar Nicolas II en 1896. De Louis II de Bavière à Gloria Vanderbilt, de la comtesse Greffülhe à Gabriel Fauré, tout un monde rêvé se reconstitue autour du monument-symbole.

Cette vague d’enthousiasme est concomittante avec le travail acharné auquel vont se livrer, à cette époque, les responsables du Château pour lui rendre sa splendeur perdue et le rapprocher de son état de l’Ancien Régime.
C’est-à-dire en remettant en cause brutalement le musée historique inauguré en 1837 par Louis-Philippe. C’est le début d’un travail de longue haleine qui se poursuit encore aujourd’hui, en recherchant les uns après les autres les objets et décors disparus, obtenant dons, restitutions et dépôts pour parvenir à l’illusion d’un palais qui n’aurait pas été vidé.
Pierre de Nolhac, directeur du musée de 1892 à 1920, est la grande figure de cette entreprise. Son travail de recherche, ses publications, ses réseaux mondains et politiques sont intimement liés à l’effervescence artistique et culturelle qui renaît à Versailles.

L’exposition mettra en tension ces deux histoires parallèles. D’un côté la chronique de cette « résurrection » du château, pour reprendre le titre des mémoires de Pierre de Nolhac ; de l’autre, un moment surprenant de l’histoire de l’art où Versailles prend place parmi les grands motifs, avec les visions irréelles des peintres symbolistes et les jardin vibrants des postimpressionnistes.
Le site inspire de nombreux artistes étrangers mais aussi les plus grands photographes, d’Atget à Steichen.

Le château de Versailles retrouve, au tournant du XXe siècle, un éclat royal et aristocratique en même temps qu’une popularité nouvelle. Le cinéma s’en empare dès ses débuts, le tourisme s’intensifie, la mode s’en inspire. Les grandes eaux, qui n’ont jamais perdu de leur attrait au cours du XIXe siècle, deviennent une destination pour les foules et dès 1937 le château franchira le million de visiteurs.

Commissaire :
Laurent Salomé, directeur du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

(EPV)

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
 
Exposition Versailles revival, 1867-1937 (10/2019-02/2020)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Roslin au chateau de Versailles
» Exposition à Versailles "Fêtes et divertissements à la cour.
» Exposition Versailles : Le tsar et l'enfant. Pierre Le Grand à la cour de Louis XV
» Exposition Versailles dispersé
» Versailles et les tables royales en Europe - 3 novembre 1993

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: A Versailles-
Sauter vers: