Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -48%
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth technologie ...
Voir le deal
35.69 €

 

 L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières

Aller en bas 
AuteurMessage
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 10302
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières Empty
MessageSujet: L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières   L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières Icon_minitimeJeu 9 Jan 2020 - 18:22

L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières 80716110

Musée Lambinet
Conférence - Dimanche 19 janvier 2020 à 15h
L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières
par Gwénola FIRMIN,
conservateur en chef au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

« Les femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées ». Cette célèbre citation des Souvenirs de Mme Vigée Le Brun semble résumer à elle seule la condition de la femme peintre au siècle des Lumières.

De la Russie à l’Angleterre, de l’Allemagne à l’Italie, en France surtout, les femmes artistes surent imposer leur talent. Mais si elles gagnèrent leurs lettres de noblesse au cours du XVIIIe siècle, toutes ne connurent pas le destin de l’artiste attitrée de Marie-Antoinette. Seule une poignée d’entre elles eut en effet le privilège d’intégrer l’Académie royale de Sculpture et de Peinture.

Quels facteurs permirent leur éducation artistique ? Qui furent leurs commanditaires ? Quel est leur apport à l’histoire de l’Art ? C’est en retraçant la carrière de plusieurs de ces artistes, comme Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Adélaïde Labille-Guiard, Mademoiselle Capet, ou Rose-Adélaïde Ducreux, fille aînée de Joseph Ducreux, peintre de Marie-Antoinette, que sera analysée la condition de la femme peintre au XVIIIe siècle.

_________________
Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit Mme de Chartres, vous serez souvent trompée ; ce qui paraît n'est presque jamais la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
M. de Noisy
Admin
M. de Noisy

Nombre de messages : 17478
Age : 54
Localisation : Royaume de France et de Navarre
Date d'inscription : 21/02/2006

L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières Empty
MessageSujet: Rose-Adélaïde Ducreux peintre portrait   L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières Icon_minitimeVen 10 Jan 2020 - 12:10

L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières 08-511091
Autoportrait à la harpe
Ducreux Rose Adelaïde (1761-1802)
Etats-Unis, New-York (NY), The Metropolitan Museum of Art

Concernant Rose-Adélaïde Ducreux, fille aînée de Joseph Ducreux, elle eut une période de production limitée (1786-1799), longtemps confondue avec celles de contemporains comme Jacques-Louis David, Antoine Vestier ou Élisabeth Vigée-Le Brun.

Elle apprit à peindre dans l'atelier de son père.
Elle pratiqua la peinture, le pastel et la miniature.
Elle fut également une musicienne accomplie.

Elle expose pour la première fois en 1786 au Salon de la Correspondance puis au Salon du Louvre entre 1791 et 1799, désormais ouvert aux artistes hors de l'Académie Royale de Peinture.
Elle ne semble pas avoir reçu de commandes royales via les Bâtiments du roi ou en direct.

En 1801, elle épouse François-Jacques Lequoy de Montgiraud, préfet colonial à Saint-Domingue.
Elle y contracte la fièvre jaune et y meurt en 1802.

_________________
"Oui, Sire, le moulin a disparu mais le vent est resté", M. de Gramont.
Revenir en haut Aller en bas
http://ornemania.blogspot.com/
 
L’ascension des femmes peintres au siècle des Lumières
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, Recherches, Etudes et Vie scientifique :: Conférences-
Sauter vers: