Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épuré de ces rubriques. Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -39%
PNY – SSD Interne – CS3030 – 1To ...
Voir le deal
119.99 €

 

 Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly

Aller en bas 
AuteurMessage
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 10619
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeLun 14 Sep 2020 - 10:05

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Scree275


“Carmontelle” ou le temps de la douceur de vivre
au Cabinet d’Arts Graphiques Domaine de Chantilly
du 5 septembre 2020 au 3 janvier 2021

Le musée Condé à Chantilly conserve la plus belle collection au monde de Carmontelle avec 484 portraits dessinés et un transparent. Cette collection est mise à l'honneur au Cabinet d'arts graphiques du Château de Chantilly du 5 septembre 2020 au 3 janvier 2021.

Commissariat :
Nicole Garnier-Pelle, conservateur général du Patrimoine chargée du musée Condé.

Auteur dramatique, dessinateur, paysagiste, Louis Carrogis, dit Carmontelle (Paris, 1717-1806) est un brillant amateur dont les multiples talents reflètent le milieu cultivé et cosmopolite dans lequel il évolue. Ordonnateur des fêtes du duc d’Orléans, célèbre pour ses portraits comme pour ses comédies improvisées appelées Proverbes, il dessine le parc Monceau à Paris pour le duc de Chartres et met au point les transparents, rouleaux de papier faisant défiler de riants paysages.

De Mozart à Buffon, de Rameau au baron Grimm, il dresse le portrait fidèle du tout-Paris du milieu du XVIIIe siècle : princes du sang, écrivains, philosophes, musiciens, scientifiques, belles élégantes du « temps de la douceur de vivre », selon le mot de Talleyrand sur l’Ancien Régime. Grâce à Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), descendant des Orléans qui rachète la majeure partie de ce fonds en 1877, le musée Condé à Chantilly conserve la plus belle collection au monde de Carmontelle avec 484 portraits dessinés et un transparent.

Débuts

Fils d’un maître cordonnier parisien, Louis Carrogis, après des études de géométrie, est « ingénieur » en 1744. Pour faire oublier sa modeste extraction, il prend le nom de Carmontelle. Durant la guerre de Sept Ans (1756-1763), il participe aux campagnes comme topographe, croquant les soldats de son régiment et faisant jouer des comédies improvisées. Ses premiers dessins sont alors exécutés à la pierre noire et à la sanguine, à la différence des œuvres postérieures.

Au service des Orléans. « Des portraits mauvais, mais ressemblants » (Grimm)


En 1759, son ami le chevalier de Pons propose au duc Louis- Philippe d’Orléans (1725-1785) de nommer Carmontelle lecteur de son fils Louis-Philippe-Joseph, duc de Chartres (1747-1793), futur duc d’Orléans et futur Philippe Egalité. Il réalise alors les portraits à la gouache et à l’aquarelle de toute la cour des Orléans du Palais-Royal, à Saint- Cloud et Villers-Cotterêts de 1755 à 1784, sous Louis XV et Louis XVI. «Cette place, quoique honorable, dit Mme de Genlis, était en quelque sorte subalterne, puisqu’elle ne donnait pas le droit de manger avec les princes, même à la campagne ». Dessinateur amateur, Carmontelle privilégie par facilité les portraits de profil, selon la mode lancée par Etienne de Silhouette (1709-1769), dissimulant ainsi son manque de technique. Il parsème ses portraits d’objets symboliques : scientifiques au travail, musiciens jouant de leur instrument, cantatrices sur scène, veneurs à cheval, collectionneurs avec leurs objets favoris, et s’attache aux costumes, étonnamment diversifiés. Les fonds sont, tantôt des appartements luxueux, tantôt des jardins animés de fontaines

Selon le baron Grimm, secrétaire du duc d’Orléans (1763): « M. de Carmontelle se fait depuis plusieurs années un recueil de portraits dessinés au crayon et lavés en couleurs de détrempe. Il a le talent de saisir singulièrement l’air, le maintien, l’esprit de la figure plus que la ressemblance des traits. Il m’arrive tous les jours de reconnaître dans le monde des gens que je n’ai jamais vus que dans ses recueils. Ces portraits de figures, toutes en pied, se font en deux heures de temps avec une facilité surprenante. Il est ainsi parvenu à avoir le portrait de toutes les femmes de Paris, de leur aveu. Ses recueils, qu’il augmente tous les jours, donnent aussi une idée de la variété des conditions ; des hommes et des femmes de tout état, de tout âge, s’y trouvent pêle-mêle, depuis M. le Dauphin jusqu’au frotteur de Saint-Cloud ».

Les Proverbes « L’ami Carmontelle fournit des pièces comme des petits pâtés » (Grimm)


Pour distraire la famille d’Orléans, de Condé ou les amis de Mme d’Epinay à Montmorency, Carmontelle écrit des comédies ou proverbes dans la tradition du théâtre amateur, sur le thèmes des relations conjugales et des dettes, et publie ses oeuvres de 1768 à 1781 ; son nom et celui de Diderot sont réunis sur une affiche de théâtre en 1769. Selon Grimm (1771) : « Il est lui-même auteur passable ; il dessine fort bien pour un homme dont ce n’est pas le métier ; il a du goût et c’est un des ordonnateurs de fêtes de société le plus employé à Paris », mais pour Diderot : « M. de Carmontelle n’a jamais pu faire une comédie supportable.»

Carmontelle critique de Salons.

Carmontelle l’amuseur, Carmontelle l’amateur, s’intéresse aux tendances artistiques nouvelles. Dès 1765, dans ses Salons, Diderot rapporte leur discussion sur la peinture religieuse. Sensible à l’art de Greuze, il apprécie David et publie régulièrement mais de façon anonyme des critiques de Salon de 1779 à 1789.

Le créateur de « jardins naturels »

A cinquante ans passés, Carmontelle devient paysagiste. En 1769, le duc de Chartres achète le domaine de Mousseaux au pied de la colline de Montmartre : topographe, amateur de jardins et de fêtes, Carmontelle y crée la « Folie de Chartres » (1770-1774), dont une partie est l’actuel parc Monceau. Il appelle ce parc « un jardin naturel », animé de fabriques, dénigrant les pelouses à l’anglaise et critiquant la simplicité de Jean-Jacques Rousseau. Cela rend Carmontelle célèbre, mais le duc de Chartres fait appel au paysagiste écossais Thomas Blaikie qui modifie le parcours.

Les transparents

Dans les années 1780, pour amuser la cour des Orléans, il met au point un système permettant de dérouler un paysage peint de façon continue sur plusieurs feuilles de papier collées. « Carmontelle, écrit Mme de Genlis, a eu l’idée de faire sur papier transparent une espèce de lanterne magique toute composée de gracieuses scènes d’invention représentant des paysages. » Sa vente après décès en mentionnait onze réalisés de 1783 à 1804. Cinq sont aujourd’hui conservés dans des musées dont deux aux Etats-Unis, au J. Paul Getty Museum à Los Angeles, dans la collection Rachel Lambert Mellon à la Oak Spring Garden Library à Upperville, Virginie, et trois en France, au musée du Louvre, au musée de l’Ile-de-France à Sceaux et au musée Condé (ce dernier mesure 12 mètres).

A la Révolution, Carmontelle voit disparaître le duc d’Orléans, guillotiné en 1793. Il n’émigre pas et meurt à 89 ans en 1806 à Paris. Son acte de décès le désigne comme « rentier et homme de lettres » : délicieux dessins et prodigieux transparents n’étaient donc qu’amusement d’amateur.


Histoire des dessins du musée Condé, de Carmontelle au duc d’Aumale.


Sous Louis XVI, le Garde des Estampes du Roi Hugues-Adrien Joly (Paris, 1718-1800) avait songé à acquérir l’ensemble des portraits. En 1776, Diderot avait recommandé à Grimm de les proposer à la cour de Russie ; Catherine II n’acheta pas l’ensemble, mais en fit graver vingt-quatre. L’ensemble des portraits était resté groupé, car Carmontelle ne donnait pas les dessins à ses modèles, mais leur en offrait des copies. En 1807, lors de sa vente après décès, la collection comprenait 750 portraits. Le chevalier Pierre-Joseph Richard de Lédans (1736-1816), officier en retraite ami de Carmontelle, les racheta, puis en vendit quelques uns. A sa mort en 1816, 530 portraits de Carmontelle furent rachetés par Pierre de La Mésangère, directeur du Journal des dames et des modes. En 1831 à sa vente, 440 dessins, soit 520 portraits, furent acquis par un écossais, le major Gordon Duff, et passèrent en Écosse.

Le duc d’Aumale et Carmontelle.


Petit-fils de Philippe Egalité, le duc d’Aumale ne pouvait que s’intéresser à Carmontelle qui avait dressé les portraits de la cour du Palais Royal. Il voulait faire revenir en France ces dessins exilés en Angleterre, car d’un grand intérêt pour l’histoire familiale, pour l’histoire du goût et pour l’histoire de France. Il achète en 1877 pour 4 500 £ (112 500 francs) 440 dessins de Carmontelle (soit 520 personnages) par l’intermédiaire d’Andrew Mac Kay, de la galerie Colnaghi, qui procura ensuite au duc d’Aumale quelques autres dessins. A sa mort en 1897, le duc d’Aumale possédait ainsi 484 dessins, soit 562 portraits. En 1936, Gabriel Dessus donne au musée Condé un transparent long de 12 mètres.

Aucun musée au monde ne dispose d’un fonds aussi important et diversifié que le musée Condé. Carmontelle nous livre un témoignage précieux, presque un instantané, de la société d’Ancien Régime qui allait disparaître avec la Révolution.

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 2967_c10
Autoportrait de Louis Carrogis, dit Carmontelle (Paris, 1717 ; Paris 1806).
Mine de plomb, sanguine, aquarelle et gouache ; H. 24,8 cm ; L. 19 cm.

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Agen2910

Le site de l'exposition : https://domainedechantilly.com/fr/event/carmontelle/

Sujets connexes :
Exposition Carmontelle au Musée de Sceaux
Chantilly : Le cabinet d'arts graphiques
Chantilly, le Versailles des Condé
Tous les liens connexes

_________________
Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit Mme de Chartres, vous serez souvent trompée ; ce qui paraît n'est presque jamais la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
Lebrun

Nombre de messages : 6179
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Re: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeMar 15 Sep 2020 - 14:56

Magnifique expo que je recommande à tous les amateurs de dessins, du XVIIIe, de la gens orleanis et de Chantilly.
Revenir en haut Aller en bas
G.M.
co-Admin
G.M.

Nombre de messages : 10619
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Visite exposition Carmontelle Chantilly Nicole Garnier   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeJeu 1 Oct 2020 - 15:25


[Visite privée] Carmontelle au château de Chantilly
30 sept. 2020 - Scribe Accroupi

Carmontelle (1717-1806) est un officier au service des Orléans qui représente les hôtes du Palais-Royal à la pierre noire, à la gouache et à l’aquarelle.
Nicole Garnier, conservateur générale du Patrimoine chargée du musée Condé, nous fait découvrir ce dessinateur amateur - mais amateur éclairé - du XVIIIe siècle qui a "fait poser devant lui la société de son temps", selon les Goncourt.

_________________
Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit Mme de Chartres, vous serez souvent trompée ; ce qui paraît n'est presque jamais la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
valmont

Nombre de messages : 2803
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: carmontelle chantilly    Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeSam 10 Oct 2020 - 18:04

L'exposition est plaisante pour les petits détails vestimentaires et mobiliers que les illustrations nous apportent, les cartels ne sont pas sans reste sur des anecdotes à propos des personnages représentés.  

Quelques portraits choisis parmi les moins connus :

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1283

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1284

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1285

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1286

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1287

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1288

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1289

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Capt1290

Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Lebrun
Modérateur
Lebrun

Nombre de messages : 6179
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Re: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeLun 12 Oct 2020 - 22:06

En complément :

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 99c38210
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Ffaa8d10
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 95063b10
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 6e79d610
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 23bb0210
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Db6de310
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
Lebrun

Nombre de messages : 6179
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Re: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeLun 12 Oct 2020 - 22:10

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly D8a6fd10
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Df03f210
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Bfa63310
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly D3867210
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Bc19c810
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Ed78b710

Voilà pour le gratin.
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
Lebrun

Nombre de messages : 6179
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Re: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitimeLun 12 Oct 2020 - 22:15

L’œuvre emblématique de Carmontelle a été prêtée par le collectionneur qui s’en était porté acquéreur lors de la dernière vente Orléans

Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly 21275c10
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Fccaec10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Empty
MessageSujet: Re: Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly   Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Carmontelle ou le temps de la douceur de vivre, à Chantilly
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, un musée méconnu :: Expositions :: En province-
Sauter vers: