Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6606
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Ven 25 Sep 2015 - 11:31


© Inspection du bureau d’André-Charles Boulle avant restauration par la restauratrice Delphine Elie-Lefebvre (à gauche) et Fanny Pelvet, régisseure des œuvres (à droite)
© Louvre-Lens, photo B. Cappelle

Restauration d’un bureau d’André-Charles Boulle au Louvre-Lens

Du 23 septembre au 16 octobre, l’atelier de restauration du Louvre-Lens ouvre ses portes au public, à l’occasion de la restauration d’un précieux bureau du célèbre ébéniste André-Charles Boulle. Des visites de l’atelier, en présence des restaurateurs, sont proposées gratuitement. Explications de Delphine Elie-Lefebvre, restauratrice du patrimoine spécialiste du mobilier.

Lien ici


Bureau d’André-Charles Boulle avant restauration
© Louvre-Lens

L’oeuvre :

Il s’agit d’un bureau plat rectangulaire d’environ deux mètres de long. Il fut réalisé à Paris par André-Charles Boulle vers 1710 et a meublé tout au long du 19e siècle le bureau du directeur des Archives Nationales, avant d’être versé au Louvre en 1909.
Il présente un placage d'ébène et une marqueterie de laiton sur fond d'écaille de tortue, formant un décor d’arabesques fleuries. Il ouvre en façade par trois tiroirs, dont le central, en retrait, est incurvé. Il repose sur des pieds de biches cambrés et marquetés. Le plateau est recouvert de cuir brun.

L’ornementation de bronze doré est constituée au centre d'un mascaron d'homme barbu coiffé d'une couronne de feuilles de chêne, surmonté d'une coquille, et sur chaque côté d'une figure de jeune femme coiffée de pampres de vigne et d’une coquille. Les entrées de serrure ont un décor de figures féminines ailées et de tête de Gorgone. Les pieds de biches sont sommés de têtes de satyres barbus.

L’ébéniste André-Charles Boulle

André-Charles Boulle est considéré comme l’ébéniste français le plus célèbre de tous les temps. Son nom est indissociable de la marqueterie de métal et d’écaille qui fit sa réputation. Son œuvre est aussi caractérisée par la virtuosité des bronzes dorés qui ornent ses bureaux, commodes, pendules et candélabres. Louis XIV lui accorda un atelier à l’intérieur du Louvre en 1672. Boulle réalisa de nombreuses commandes pour la famille royale, notamment à Versailles. Mais le raffinement et la perfection de ses meubles lui valurent également un immense succès dans toute l’Europe.

Les étapes de la restauration :

Après un dépoussiérage minutieux par micro-aspiration, les bronzes et leur visserie seront déposés afin de pouvoir intervenir sur le meuble. La structure pourra être consolidée si nécessaire mais il s'agira essentiellement de refixer les soulèvements de la marqueterie par infiltration d'une colle chimiquement stable et parfaitement réversible.
Les lacunes dans l'ébène, le laiton et l'écaille seront comblées. Les éléments de laiton seront nettoyés par peeling.  Le vernis sur l"ébène sera allégé avec précaution, puis l'ensemble du bureau sera protégé par l'application d'une cire microcristalline sur les parties en ébène et d'un vernis spécifique sur les parties marquetées. Les bronzes seront quant à eux décrassés à la vapeur, afin de mieux contrôler le niveau de nettoyage. Ils seront ensuite remontés.

La restauration se déroule dans le cadre des recherches conduites sur le mobilier Boulle depuis 2008 par le département des Objets d'art du musée du Louvre, en collaboration avec le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), en vue de la publication du catalogue de cette collection.

L'équipe :

L'intervention a été confiée à Delphine Elie-Lefebvre et Carolina Hall, restauratrices du patrimoine spécialistes du mobilier, et Laura Caru, restauratrice du patrimoine spéciaisée dans les arts du métal.

Quelle est la particularité du bureau d’André-Charles Boulle qui va faire l’objet d’une restauration au Louvre-Lens ?

Delphine Elie-Lefebvre : Ce bureau fait partie d’un corpus d’oeuvres d’André-Charles Boulle, qui appartiennent au département des Objets d’art du musée du Louvre à Paris. Cet ensemble est restauré dans le cadre d’une importante opération commencée depuis 2008 avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (CR2MF). Il s’agit de restaurations menées selon de nombreux protocoles d’analyse et de recherche. Ce mobilier présente en effet des altérations particulières, comme par exemple le problème du collage entre le bois et le laiton, ou le fait qu’il comporte des matériaux multiples. Cette situation demande de prendre en compte des problématiques de restauration différentes. Il faut mettre en place des protocoles un peu différents de ceux utilisés, par exemple, pour restaurer un bureau qui serait uniquement en placage.

Sur quoi va porter la restauration du bureau ?

D. E.-L. : La restauration porte surtout sur la marqueterie. Il y a une première phase d’observation de l’oeuvre et d’apport d’informations menée avec le conservateur. Des analyses vont être réalisées, notamment des analyses de dendrochronologie pour dater les planches du bureau. Cette technique permet de dater avec une grande précision les sites ou objets qui contiennent du bois.
Pour les restaurateurs, la part importante du travail est un problème de collage de la marqueterie qui se soulève. C’est un bureau en parties, avec un fond d’écaille de tortue et des dessins en laiton. Il faut prévoir une première étape de conservation, pour éviter toute dissociation et perte d’éléments. Nous allons donc recoller toute la marqueterie à l’aide de différentes techniques : collage par infiltration avec des seringues, collage ponctuel avec des serre-joints… Nous utilisons une colle composée spécialement pour coller du bois et du laiton entre eux.
Ensuite, nous avons la question de la restauration des bronzes dorés, effectuée par une de mes collègues, restauratrice dans les arts du métal. Puis, se posera le problème de l’oxydation des laitons et de la protection de ces laitons pour qu’ils ne se réoxydent pas. La restauration sera faite en concertation avec le conservateur qui viendra, plusieurs fois sur place, pour valider ou pas les propositions d’intervention que les restaurateurs lui feront.

Combien de temps va durer la restauration et quelles en sont les différentes étapes ?

D. E.-L. : La restauration va durer un mois. Nous sommes trois restaurateurs à travailler en alternance : deux restaurateurs spécialisés en mobilier et un restaurateur spécialisé en arts du métal.
Dans les grandes lignes, les étapes sont : la dépose des bronzes (on retire les bronzes du meuble), le dépoussiérage, le nettoyage, le collage de la marqueterie, la désoxydation des laitons, la pose d’une protection de surface sur les laitons. Pour chaque étape, nous allons nous demander si elle a un intérêt ou pas. Par exemple, la dépose des bronzes n’était pas une étape obligatoire. Nous aurions pu les nettoyer sur place. Sauf que, pour effectuer le recollage de la marqueterie, il fallait que les bronzes soient déposés. Les étapes de la restauration sont interdépendantes les unes des autres et elles peuvent aussi varier en fonction de ce qu’on découvre et de ce que le conservateur veut savoir ou voir.

Des visites pour découvrir cette restauration sont proposées au public. Comment se déroulent-elles ?

D. E.-L. : Les visites ont lieu tous les mercredis, jeudis et vendredis, à raison d’une visite le matin et une visite l’après-midi. Elles permettent au public d’approcher d’un peu plus près la restauration d’un objet prestigieux, comme celui du mobilier de l’ébéniste André-Charles Boulle, et de pouvoir poser des questions sur les différentes étapes.
La visite commence par une présentation par un conférencier hors de l’atelier. Elle se poursuit dans l’atelier même, où les restaurateurs présentent l’avancée du travail, en fonction des étapes où en est la restauration. Les visiteurs peuvent ensuite poser des questions.

C’est aussi l’occasion de présenter votre métier. Quelles sont les différentes missions du restaurateur ?

D. E.-L. : Etre restaurateur du patrimoine, c’est d’abord conserver les œuvres et donc savoir les observer. Pour cela, nous travaillons avec des conservateurs. Le conservateur apporte des informations sur l’histoire de l’oeuvre et le restaurateur, des informations techniques. Pour conserver l’oeuvre, le restaurateur propose des solutions ou peut conseiller le conservateur, en donnant par exemple des indications de conservation par rapport au climat.
En ce qui concerne, l’acte de restauration lui-même, qu’il porte sur un problème de surface, de structure, de marquetterie, de vernis …, il faut que toutes nos interventions soient lisibles, notifiées dans un rapport de restauration, et qu’elles soient totalement réversibles. Nous ne sommes pas des artisans, nous ne créons rien. Quand nous avons besoin d’informations supplémentaires sur l’oeuvre, nous pouvons demander des analyses ou faire des observations au microscope, ou encore effectuer des tests.

Quelles qualités demande ce métier selon vous ?

D. E.-L. : C’est un métier très intéressant parce qu’il demande d’avoir des connaissances dans trois grands domaines : premièrement en histoire de l’art, deuxièmement dans la pratique de la spécialité du restaurateur - dans mon cas, la spécialité en mobilier demande une pratique de l’ébénisterie et de la menuiserie - et troisièmement dans les sciences. Le métier de restaurateur suit un protocole scientifique. On émet des hypothèses, on pose des questions, on vérifie et ensuite on peut passer à l’acte. On a une démarche très scientifique. Pour ma part, j’étais biologiste et me suis reconvertie dans le métier de restaurateur en mobilier en suivant une formation à l’Institut national du Patrimoine (INP). Et je trouve que le métier de restaurateur n’est pas si éloigné que cela du métier de scientifique !


Détail d’un ornement de bronze du bureau restauré à Lens
© Louvre-Lens  

Informations pratiques :

Des visites de l'atelier de restauration, accompagnées d'un médiateur du musée et en présence des restauratrices, sont proposés du 23 septembre au 16 octobre, tous les mercredis, jeudis et vendredis, à 11h15 et 16h15.

Tarif : gratuit pour tous
Durée : 45 minutes
Nombre maximum de personnes par visite : 17
Réservations sur place (tous les jours sauf le mardi) ou par téléphone au 03 21 18 62 62

Sur le forum, voir sujet connexe dans : Réouverture des salles de mobilier XVIIIe du Louvre

_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 12:56

Le voici revenu dans les salles du conseil d'Etat, sans ses masques de satyre.
Le bureau au second plan, non restauré, a conservé, pour l'instant, ses masques.

Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 12:59

On se posait la question de savoir avec le forumeur james bendern (http://www.connaissancesdeversailles.org/t5849p375-reouverture-des-salles-de-mobilier-xviiie-du-louvre) pourquoi les masques de satyres n'avaient pas été replacés. La question a été posée aux restauratrices, il ne s'agirait pas d'éléments postérieurs rajoutés au bureau mais plutôt une question sur leur placement qui semblait étrange, donc le bureau est présenté sans les masques...
Les restauratrices nous ont renvoyés vers  M. Frederic Dassas pour plus d'information.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 13:07

On voit sur ce dessin issu du fonds d'A.C. Boulle comment des masques de satyre sont placés sur ces bureaux plats :

Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 13:18

Mystère donc...
je lis dans un extrait d'article paru dans la Voix du Nord au moment de la restauration du meuble :


Est ce que les satyres faisaient partie de l"éclat" du meuble comme il est dit?....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Bureau Boulle Chantilly table Boulle Ojjeh   Dim 13 Mar 2016 - 13:42

A titre comparatif, le bureau de Chantilly possédant de forts épaulement comme celui du Louvre ne présente pas de masques mais des feuilles (à supposer qu'elles soient d'origine) :



Les masques semblent plutôt se trouver sur des montants dont ils épousent exactement la forme comme sur cette table de l'ancienne collection Ojjeh (transformée au XVIIIe siècle) :



Il faudra attendre les conclusion de M. Dassas (Ce n'est pas pour tout de suite).
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 9048
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 14:12

Autre exemple comparable le bureau du prince de Condé Versailles/Chantilly


Pour l'autre de Chantilly, ne serait-ce pas ces palmes qui comblent un vide laissé par des masques perdus?
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 14:53

Vous remarquerez sur ce bureau que la chute en buste épouse parfaitement le galbe du montant, ne laissant pas passer le jour, comme sur tous les montants de meubles dus à Boulle, l'exception se trouvant sur les bureaux du Louvre.

Axa possède un bureau en contrepartie du petit bureau de Chantilly.
Il présente également les mêmes feuilles nervurés en chutes.

Dans le catalogue de l'expo Boulle (Francfort 2009), ce bureau est étudié et il est dit la chose suivante : (deux bureaux du Louvre) "ont perdu la feuille supérieure de leurs chutes, remplacée par un masque de satyre, posé de biais, laissant curieusement passer le jour".

M. Dassas sera t-il d'accord avec cette analyse ?
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 9048
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Dim 13 Mar 2016 - 16:09

Je trouve cette discussion fort intéressante, et le zoom de la base bien utile.



Revenir en haut Aller en bas
james bendern
Dame, Chevalier


Nombre de messages : 71
Age : 61
Localisation : paris
Date d'inscription : 28/09/2009

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Mer 16 Mar 2016 - 17:43

Bravo, cher Lebrun, pour vous être souvenu de la note 3 – que je n'avais manifestement pas lue – de la notice 24 (celle du bureau AXA) du catalogue de l'exposition "Boulle" à Francfort. Jean-Nérée Ronfort y indiquait en effet que les bureaux du Louvre ont perdu :
"la feuille supérieure de leurs chutes, remplacée par un masque de satyre (…)".
Sur le zoom du bureau plat non encore restauré, je crois d'ailleurs distinguer le trou rebouché d'une vis, précisément à la hauteur de celle qui fixe la feuille nervurée du bureau AXA (merci à qui le pourra de scanner la photo du catalogue, car je ne suis pas équipé pour le faire).

J-N Ronfort signalait les mêmes chutes à feuille nervurée et volute terminée par une feuille d'acanthe sur deux commodes, l'une conservée à la Wallace Collection (F 402), l'autre à Versailles (V 4905, où elle est invisible depuis belle lurette, car GVDK après l'avoir préemptée dans une vente à Angers grâce au mécénat de Juan de Beistegui,découvrit, mais un peu tard, qu'elle avait été entièrement replaquée), mais aussi sur un burau plat plaqué d'ébène, vendu par le Metropolitan Museum chez Sotheby's à New York le 3 mai 1986, n° 158.

Ce bureau est censé selon JNR présenter des pieds identiques à ceux des bureaux du Louvre, mais ceux-ci sont en fait un peu plus hauts et moins cambrés, car adaptés à une ceinture plus mince, à tiroir central en ressaut. Ce meuble n'est donc pas une troisième version des bureaux du Louvre, mais se rattache à un type autre, dont les nombreux exemplaires connus (cf. par exemple celui de l'ancienne collection Roudinesco, qui a figuré à l'exposition "Louis XIV" au musée des Arts décoratifs en 1960, n° 80, pl. XLI) possèdent tous pour chutes les masques de satyre qui ornent les tables à écrire Grog et Wildenstein-Ojjeh.
Il reste donc à retrouver les pendants – s'ils existent encore et dans leur état d'origine – des deux bureaux du Louvre, pour corroborer la présence d'une feuille nervurée au-dessus des chutes à feuille d'acanthe.
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: commode V4905 Beistegui    Mer 16 Mar 2016 - 22:05

Cher Benderm,
Voici des clichés de cette commode reléguée dans l'appartement des mécènes.
On y retrouve les feuilles nervurées mais si la commode est replaquée, sont-elles également d'origine ? On sait que les bronzes d'ameublement voyagent facilement d'un meuble à l'autre ;-)



Cependant, la commode a été examinée ces dernières années dans les ateliers du château et il a été conclu qu'elle est beaucoup moins replaquée qu'on a voulu le dire.

Certains objets à Versailles sont parfois frappés d'un incompréhensible ostracisme, le lustre Windsor, aujourd'hui accroché en bonne place dans le salon de Mercure, a été longtemps dédaigné et considéré comme faux. A tort visiblement.

Il est intéressant de lire ce que pensaient de cette commode les sommités de l'époque (Lefuel, Verlet, Ferray, Boutemy...) :


Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 9048
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: commode V4905 Beistegui    Jeu 17 Mar 2016 - 7:04

Il y avait dans l'antichambre des chiens une commode antique, disent les inventaires, au point que l'on y avait placé, un temps, l'une de commodes mazarine (je n'ai pas de photo).
La commode de l'appartement des mécènes ne serait-elle pas une bonne équivalence à cette endroit?


Dernière édition par Alain Roger-Ravily le Mar 3 Mai 2016 - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: commode Régence Beistegui antichambre chiens V4905 B   Jeu 17 Mar 2016 - 14:10

Cette image tirée d'un guide de Versailles de 1979 montre que cette commode, appelons-là Beistegui, du nom du généreux mécène, a été placée un temps dans l'antichambre des chiens pour coller aux inventaires :



Et pour en revenir aux avis très, très autorisés émis sur cette commode en son temps, pas un ne comporte la moindre critique, même pas Verlet et Ferray à qui on connaissait pourtant la dent extrêmement dure.
Revenir en haut Aller en bas
Alain Roger-Ravily
Filles, Fils de France
avatar

Nombre de messages : 9048
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: commode V4905 Beistegui    Jeu 17 Mar 2016 - 15:52

Ça alors cher Lebrun! Je ne croyais pas si bien dire, (ni si mal lire, j'ai ce guide, lol), n'ayant en mémoire que la commode mazarine placée un temps assez court par M Baulez.

Du coup la voici dans l'aile nord des ministres

Revenir en haut Aller en bas
james bendern
Dame, Chevalier


Nombre de messages : 71
Age : 61
Localisation : paris
Date d'inscription : 28/09/2009

MessageSujet: commode V4905 Beistegui    Jeu 17 Mar 2016 - 16:36

Merci, Messieurs, pour cette photo que je ne pouvais scanner.
Les autorités que cite Lebrun (hormis O. Le Fuel, bien sûr) s'exprimaient-elles d'après photo ou avaient-elles fait le déplacement à Angers pour voir le meuble au moment de sa mise en vente ? Rien ne le prouve, d'autant qu'André Boutemy vivait en Belgique.

Quoi qu'il en soit, seul l'atelier de restauration fut capable ultérieurement de détecter le re-placage, mais l'authenticité des bronzes ne fut pas pour autant remise en question. Aussi serait-il un peu étrange qu'après la"réhabilitation" au moins partielle du placage signalée par Lebrun, ce soient maintenant les bronzes que l'on tienne pour douteux. Et s'il s'agissait des seules feuilles nervurées, celles-ci se retrouvent au-dessus des mêmes chutes sur la commode Wallace F 402, meuble ultérieurement réduit en largeur par Levasseur.

P-S : quand j'ai évoqué dans mon post précédent ce qui me semblait un trou de vis rebouché sur le zoom, je parlais en fait de la petite dépression circulaire visible sous le masque de satyre du bureau du Louvre en cours de restauration à Lens, photo postée par Grande Mademoiselle le 13 février.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1761
Localisation : Québec
Date d'inscription : 01/07/2006

MessageSujet: commode V4905 Beistegui    Ven 18 Mar 2016 - 1:16

Si je comprends bien ce débat  Shocked  , aucune analyse «archéologique» de cette très belle commode (mon opinion) n'a été publiée à ce jour par l'EPV.  
Placages authentiques lors de la vente mais douteux un peu plus tard, placages authentiques ou en partie(?) refaits, bronzes authentiques ou douteux selon l'humeur du jour, tout cela semble curieux, voire léger. Ceux qui fréquentent la ruelle du roi peuvent-ils m'éclairer?
Revenir en haut Aller en bas
Lebrun
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 4707
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   Ven 18 Mar 2016 - 14:03

En effet, cher Benderm, cette dépression fait penser à un trou de vis bouché :

Revenir en haut Aller en bas
valmont
Princesse, Prince Etranger
avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: bureau plat Boulle   Dim 27 Mar 2016 - 19:51

Un bureau plat attribué à Boulle mis en vente chez Sotheby's Paris le 19 avril prochain (lot 139, estimation 200/300 000E), se approche nettement du dessin de l'ébéniste posté plus haut par Lebrun.
On y voit précisément le placement des masques (de Democrite sur ce modèle).
Le catalogue donne aussi une intéressante liste des autres exemplaires identifiés.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.connaissancesdeversailles.org/profile?mode=editprofil
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens   

Revenir en haut Aller en bas
 
La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La restauration d’un bureau d’A-C Boulle au Louvre-Lens
» Restauration d'un carton de Le Brun au Louvre-Lens
» A// LA MARINE SOUS LA RESTAURATION
» Topic grammaire : "Il travaille"... et "son bureau"
» Actualités du Bouddhisme dans le monde : Déclaration du bureau administratif du Karmapa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, Recherches, Etudes et Vie scientifique :: Vie scientifique-
Sauter vers: