Connaissances de Versailles
Bienvenue à vous
Vous consultez actuellement un forum épurgé de ces rubriques.Seuls les membres inscrits peuvent accéder à l'intégralité du forum. Visiteurs, n'hésitez pas à vous inscrire et à venir nous rejoindre pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du forum !

Autrefois à Versailles, pour se dire "de la Cour", il fallait être " présenté".
Première participation ? Pensez à vous présenter dans la rubrique " Bienvenue à vous" dans un délai d'un mois pour voir votre inscription validée définitivement et accédez aux rubriques accessibles aux seuls "présentés".

Après ce délai sans présentation effective, votre compte provisoire sera supprimé sans préavis de notre part.

A bientôt !
Merci















Histoire, description et guide du chateau de Versailles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les trésors de la joaillerie française France5 25/05/2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grande Mademoiselle
co-Admin
avatar

Nombre de messages : 6523
Localisation : Entre le comté d'Eu, Versailles, Fontainebleau, et la principauté de Dombes
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Les trésors de la joaillerie française France5 25/05/2015   Lun 25 Mai 2015 - 18:07


Les trésors de la joaillerie française
25 mai 2015 sur France 5

Documentaire
Durée 90’
Avec Sophie Jovillard
Auteures Marion Vaqué-Marti et Camille Ménager
Réalisation Marion Vaqué-Marti et Stéphane Bion
Production Martange Production, avec la participation de France Télévisions


Une escapade inhabituelle pour Sophie Jovillard, qui s’aventure cette fois dans le monde extraordinaire de la joaillerie française. Du beau, du luxe et du savoir-faire pour rêver aux bijoux inaccessibles qui, au fil du temps, ont accompagné l’évolution de la société.

http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-22-2015/articles/p-22967-Les-Tresors-de-la-joaillerie-francaise.htm

Boucheron, Cartier, Chaumet, Mellerio dits Meller et Van Cleef & Arpels, cinq synonymes de l’excellence et du luxe à la française ! Symboles d’un artisanat d’art encore aujourd’hui inégalé dans le monde, ces cinq maisons ont accepté exceptionnellement d’ouvrir leurs portes à Sophie Jovillard. A l’abri des murs de la place Vendôme et de la rue de la Paix, leurs collections privées rassemblent, en effet, les pièces emblématiques de leur patrimoine, mais aussi des bijoux contemporains exceptionnels. De l’origine de ces prestigieuses joailleries aux mariages princiers les plus en vue du XXe siècle, en passant par les fastes de l’Empire, la période sombre de l’Occupation et les années folles, Sophie raconte, au travers notamment d’anecdotes amusantes et méconnues, comment les pierres précieuses ont joué un rôle majeur dans l’histoire de France.

La plus ancienne des maisons de haute joaillerie, Mellerio dits Meller, est née il y a quatre cents ans. Après avoir obtenu les faveurs de Marie de Médicis, Mellerio demeure le fournisseur de la cour et devient l’un des joailliers de la reine Marie-Antoinette. Mais aussi du roi Louis XVI qui, en tant que souverain, se doit de porter les plus belles pierres. Pour preuve : le diamant Le Régent – acheté en 1714 par Philippe d’Orléans, aujourd’hui exposé au musée du Louvre, et considéré comme le plus pur au monde – sera monté sur les couronnes du sacre des rois Louis XV et Louis XVI. A l’époque de l’Empire, pour Napoléon Bonaparte, les bijoux représentent le pouvoir et la puissance. Un autre joaillier, Marie-Etienne Nitot, fondateur de Chaumet, fait son apparition. C’est lui l’artisan des joyaux du sacre impérial. En avance sur son temps, Nitot comprend vite que l’Empire est aussi un tournant dans le domaine des arts décoratifs. Le diadème revient à la mode et les bijoux se veulent naturalistes.

Paris, capitale de la joaillerie

Plus tard, l’instauration de la IIIe République s’accompagne d’une mutation profonde de la société. Les années de la Belle Epoque, entre 1870 et la Première Guerre mondiale, sont marquées par la paix, le progrès social et technologique. La rue de la Paix et la place Vendôme deviennent des lieux très prisés. Frédéric Boucheron, le premier à y ouvrir une boutique, rencontre immédiatement le succès en créant pour ses clientes, issues de la grande bourgeoisie, la nouvelle classe dirigeante, des œuvres plus faciles à porter et plus féminines.
Fondé en 1847, Cartier innove et fait évoluer la joaillerie en associant le diamant au platine à la place de l’or. De son côté, la maison Van Cleef & Arpels, créée en 1906, acquiert ses lettres de noblesse dans les années 1930 grâce à ses prouesses techniques. Comme ceux de Cartier, ses bijoux sont conçus pour les femmes modernes et chics. Mais le luxe n’a pas fait oublier leur patriotisme aux joailliers. Durant l’Occupation et dans l’immédiat après-guerre, bon nombre de créations traduisent l’esprit de l’époque, telles la broche « oiseau en cage », puis « oiseau libéré » de chez Cartier, ou le clip « infirmière » de chez Van Cleef… Aujourd’hui, ces grandes maisons continuent de s’imposer par leur créativité et leur savoir-faire.

Beatriz Loiseau


_________________
« Ce qu’il y a de plus beau à Paris, c’est Versailles ! » Pierre de Nolhac.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les trésors de la joaillerie française France5 25/05/2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avez-vous des livres de grammaire française "traditionnelle" à suggérer?
» Initiation à la vie politique Française Option B
» [Autorité héraldique] [BELGIQUE] Communauté française de Belgique : du nouveau !
» Petit débat sur la nécessité d'inscrire la gastronomie française au patrimonie mondial de l'UNESCO
» [En ligne] Armorial de la noblesse française (XVII-XIX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Connaissances de Versailles :: Versailles, ressources en ligne :: A l'écran-
Sauter vers: